Edito
04H31 - jeudi 10 février 2022

Imaginons Zemmour et Le Pen éliminés de la course aux parrainages. And the winner is… L’édito de Michel Taube

 

François Bayrou et le Modem voleraient-ils au secours de la démocratie française ? Ils en appellent à créer une « réserve de parrainages » parmi les maires de France, tant de grands candidats peinent à réunir leurs sésames présidentiels. Saluons aussi le maire de Marpent, près de Maubeuge dans le Nord, Jean-Marie Allain, qui avait décidé de procéder à un tirage au sort, avant d’être désapprouvé par le Conseil Constitutionnel. Le juge constitutionnel finirait par se soumettre à la volonté des maires s’ils étaient des milliers à procéder comme le bon Monsieur Allain.

Donc, où en sommes-nous ? Au 8 février 2022, c’est Valérie Pécresse qui dispose du plus grand nombre de parrainages. 939 ! Talonnée par Emmanuel Macron, le presque candidat déjà en campagne (sur fonds publics).

Anne Hidalgo est partie pour avoir plus de parrainages que d’électeurs à la présidentielle. Pour celle qui a empoisonné la vie de millions de Franciliens et osé comparer les années 30 à l’époque actuelle, sans investiture populaire, on ne se plaindra pas ! Christian Taubira, qui a pourtant reçu l’onction de 300.000 citoyens de gauche, n’a que 38 parrains !

Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon ont passé la moitié de l’obstacle. Encore un effort, Messieurs !

Anomalie française : le peuple est de droite mais les élites de gauche. Alors, là, des candidats de gauche qui cartonnent en parrainages, cela ne manque pas ! Des communistes vintage rénovés comme Fabien Roussel, des révolutionnaires gauchistes comme Nathalie Artaud et Philippe Poutou sont bien lancés. Tiens, un nouveau : Anasse Kazib de « Révolution permanente », coutumier de TPMP de Cyril Hanouna.

Sans oublier le parti animaliste d’Hélène Thouy que la cruauté du footballeur Zouma sur son chat devrait permettre d’augmenter fortement ses parrainages !

Bref, deux des grands favoris, de la droite nationaliste, sont à la traîne. Marine Le Pen et Eric Zemmour pourraient-ils être éliminés ? Est-ce un coup de bluff de leur part ? Les maires seraient-ils comme bon nombre d’électeurs de la droite nationaliste : auraient-ils le parrainage honteux ou sont-ils sous la pression de plus grands électeurs qui les menacent de couper leurs subventions ?

Alors qu’on n’imaginait pas que cela puisse être un problème pour la cheffe du RN, on se disait que l’intérêt de Valérie Pécresse serait d’aider le fondateur de Reconquête à obtenir ses parrainages. Mais il y a peut-être bien mieux à faire : les éliminer tous les deux de la course, avant qu’elle ne débute. Ce faisant, avec Éric Ciotti battant le pavé, la présidente de la Région Ile-de-France capterait la quasi-totalité de l’électorat des deux exclus, une partie de celui de la gauche non abstentionniste qui veut voter utile et surtout contre Macron, et même une bonne louche des voix de ce dernier.

Bref, on marche sur la tête : des goujats comme Jean Lassalle, des aventuristes comme François Asselineau, des nationalistes de témoignage (bon, il s’est quand même rêvé en premier ministre de Marine) comme Nicolas Dupont-Aignan pourraient prétendre à la magistrature suprême et pas les prétendants adoubés par des meetings enflammés ou des sondages explicites ?

Autant dans ce cas confier le pouvoir à un parti de la santé ! Au moins cela servira à quelque chose : sauver notre santé et celle des soignants qui peinent à rester à notre chevet. Tiens, le médecin anesthésiste Arnaud Chiche qui n’est pas dénué d’humour, a déjà récolté 4 parrainages !

Mais quand même, imaginez le premier tour de l’élection présidentielle sans la droite nationaliste. Le verdict sera rendu par le Conseil Constitutionnel le 4 mars. Les protestataires descendraient dans la rue et, camionneurs en colère à l’appui, on friserait peut-être la guerre civile. L’abstention grimperait en flèche. Dépasserait même la participation électorale.

Imaginez le 10 avril 2022 à 20h. Abstention : 51 %. Participation : 49%. Les abstentionnistes au pouvoir !

Michel Taube

Directeur de la publication

Refonder ? L’édito de Michel Taube

Emmanuel Macron, comme tout bon communiquant, a l’art d’abuser des mots : il promit la « révolution » en 2016 dans son livre de candidat à l’élection présidentielle. Voici qu’il lance demain le Conseil National…
Michel Taube