Actualité culturelle
06H58 - dimanche 17 octobre 2021

Voyage au pays de Bruce Lee

 

Bruce Lee dans Le jeu de la mort, 1978, réalisateur Robert Clouse Copyright : © musée du quai Branly – Jacques Chirac © 2010, Fortune Star Media Limited All Rights Reserved.Graphisme g6 design

Véritable icône cinématographique du 20e siècle, Bruce Lee, aussi surnommé « le Petit Dragon », aurait fêté ses 81 ans le 27 novembre prochain. Maître en Arts Martiaux, Bruce Lee a largement contribué à démocratiser le kung-fu dans le monde et demeure à ce jour l’un des seuls acteurs asiatiques ayant conquis Hollywood.

Né à San Francisco le 27 novembre 1940, Bruce Lee retourne vivre à Hong Kong à l’âge de trois mois. Adolescent, il débute les arts martiaux et apparaît dans ses premiers films. À 19 ans, Bruce Lee retourne aux États-Unis où il entreprend notamment des études de philosophie et ouvre sa première école de kung-fu. À 31 ans il remet le cap sur Hong Kong où il connaîtra un énorme succès cinématographique avec « The Big Boss » en 1971, « La Fureur de vaincre » en 1972 et « Opération Dragon » en 1973. Ce dernier est non seulement le premier film d’arts martiaux produit par Hollywood, mais également l’un des films d’arts martiaux les plus rentables de tous les temps.

Bruce Lee dans Le jeu de la mort, 1978, réalisateur Robert Clouse Copyright : © musée du quai Branly – Jacques Chirac © 2010, Fortune Star Media Limited All Rights Reserved.Graphisme g6 design

 

Nous vous invitons à découvrir à Honk-Kong les 8 lieux de tournage du mythique Opération Dragon

  • La Baie Victoria : le film s’ouvre sur cette baie mythique. Rien de tel pour l’admirer que de se rendre à The Peak, avant de la traverser à bord du Star Ferry pour gagner l’avenue of Stars et contempler la statue de bronze de Bruce Lee.
  • Le Temple de Ching Chung Koon : l’une des premières scènes s’y déroule. Bruce Lee affronte Sammo Hung, un autre grand nom du cinéma hongkongais.
  • Le Monastère de Tsing Shan : c’est ici que Bruce Lee médite auprès de son Maître Shaolin après son combat avec Sammo Hung.
  • Le Port d’Aberdeen : le port n’a pas changé et il suffit d’un peu d’imagination pour se retrouver aux côtés du bandit Han à bord de sa jonque traditionnelle.
  • Le Cimetière de Hong Kong à Happy Valley : dans l’une des scènes les plus intimes du film, Bruce Lee se recueille sur la tombe de ses parents.
  • La Baie de Tai Tam : Tai Tam signifie « grande piscine » en cantonais. C’est dans ce décor paradisiaque que Bruce Lee accoste sur l’île de Han. Pour une vue imprenable sur la Baie de Tai Tam, cap sur le sentier de randonnée Dragon’s Back.
  • Kai Tak : aujourd’hui réhabilité en terminal de croisières et parc urbain, l’ancien aéroport apparaît lorsqu’un avion survole Hong Kong
  • King Yin Lei : l’une des scènes de combats les plus mythiques a été tournée dans ce manoir classé monument historique construit en 1937.

 

 

Mais, en attendant de pouvoir se rendre à Hong Kong ne loupez pas l’exposition ULTIME COMBAT, ARTS MARTIAUX D’ASIE au Musée du Quai Branly — Jacques Chirac jusqu’au 16 janvier 2022.

L’exposition explore la mythologie, l’histoire, la pratique et la représentation des disciplines martiales d’Asie depuis les arts classiques jusqu’à la pop culture. Avec plus de 300 œuvres anciennes et contemporaines, l’exposition présente une riche galerie de personnages historiques et de héros de fiction.

La deuxième section de cette exposition explore les arts martiaux popularisés par le cinéma hongkongais de kung-fu dans les années 1970. Grâce à son charisme et à sa philosophie, Bruce Lee dépasse le cadre du cinéma et incarne une figure de justicier, défenseur des opprimés. Il contribue dès les années 1970 à diffuser les arts martiaux dans le monde en tant que pratique sportive, en gardant toujours les dimensions culturelles et spirituelles qui les caractérisent.

 

Ultime Combat, Arts Martiaux d’Asie

Musée du Quai Branly

Jusqu’au 16 janvier 2022

 

Week-end spécial, 26, 27 & 28 novembre 2021 : Nuit Bruce Lee : cinéma, le 26 novembre 2021, de 18h à 1h40 (gratuit)

 

 

Deborah Rudetzki

Directrice de la Rédaction

Au nom du père pour le fils

Les bons auteurs sont ceux qui montrent à leurs lecteurs que ces derniers sont intelligents et dans son oeuvre, Michel Garel le prouve.
Anne Bassi

Diabète : l’Autre Pandémie ?

Les projections estiment que le diabète fera 700 millions de malades en 2045. Pour l'affronter, "l'Autre pandémie" y consacre une expo entière.
Deborah Rudetzki

Afriques au Carré

L'art africain renaît. Et pour le célébrer : ses créateurs se réuniront près de la place de la République du 11 au 14 novembre. Objectif ? Modifier le regard porté sur la culture contemporaine en Afrique.
Deborah Rudetzki

Ouverture du Musée Dreyfus : une affaire moderne

Les questions posées lors de l'affaire Dreyfus demeurent actuelles et permettent de s’interroger sur les droits des femmes et des hommes, la place de la justice, de la lutte contre l’antisémitisme et contre toute forme de racisme.
Deborah Rudetzki