Actualité
17H34 - vendredi 24 septembre 2021

Bien dans son corps, bien dans son management : le jeûne du dirigeant d’entreprise

 

Tendance passagère ou mode de vie, hérésie Newage ou véritable facteur santé, le jeûne fait de plus en plus d’émules. A une époque où l’on surveille notre assiette, où l’on compte les calories, où la viande a mauvaise presse et où le bio fait rage, le jeûne se pose comme une prise de conscience, un accélérateur de remise en forme voire encore une occasion de faire le point.

Le nombre de personnes s’y adonnant occasionnellement a explosé, de même que ceux qui pratiquent le jeûne intermittent régulier, c’est-à-dire en mangeant sur une période de 4h et en laissant l’estomac au repos 16h. Des versions existent aussi en 20h/4h ou 36h/12h selon les écoles.

La plupart en vantent les effets bénéfiques, impressionnants et immédiats, qu’il s’agisse de perte de poids ou de sentiment de remise en forme ou plutôt de remise à zéro de l’organisme. Concernant les risques pour la santé, nous ne les jugerons pas, n’étant pas médecins, mais sur une durée limitée, la plupart des personnels de santé estiment qu’il n’y a pas d’impact nocif notoire.

Si certains sont prêts à payer des fortunes pour dormir sous tente, d’autres sont logés confortablement et boivent des jus frais et des bouillons en faisant de magnifiques balades nature. C’est plutôt cette deuxième version que prône le programme « Jeûne et management » à destination des chefs d’entreprise.

Chasseur de têtes et conseiller en relations humaines depuis 25 ans, Alain Lacroix, dirigeant du cabinet LeaderLink, est convaincu que pour bien manager, il faut soi-même être bien dans ses baskets. « Ce qui me préoccupe en matière de recrutement, décortique-t-il, c’est de comprendre la trajectoire d’un candidat, et de me mettre en résonnance avec son parcours. Cette expertise appliquée au management, il me faut comprendre comment le dirigeant dirige et mène ses équipes pour l’aider à fluidifier les questions afférentes aux relations humaines. Clairement, l’état de santé dans lequel le dirigeant se trouve impacte son management ».

Après avoir vécu lui-même il y a cinq ans les effets d’un premier jeûne sur les encouragements appuyés d’une amie médecin, il aura réglé son épuisement physique et mental du moment. En 20017, il créé le programme « jeûne et management », des semaines « reset » destinées aux chefs d’entreprise.

Le but ? Un regain de vitalité par le jeûne, par le fait de remettre un équilibre biologique, physiologique, mental voire peut-être même spirituel « une complétude de soi ». Ainsi revigoré de l’intérieur, le dirigeant va gagner, grâce à cette remise à zéro profonde, de diriger et manager durablement en bonne santé son entreprise et ses équipes.

Qu’il se déroule à Hossegor ou dans le Finistère, chaque séminaire est encadré et allie le jeûne avec une marche journalière, des séances de méditation, de yoga et des soins énergétiques, à raison de 4 ou 5 séminaires d’une semaine par an.

Aurélie Godefroy, journaliste, réalisatrice, conférencière et écrivaine, célèbre présentatrice de « Sagesses bouddhistes » sur France 2 le dimanche matin, animera le prochain séminaire prévu du 11 au 17 décembre sur le thème du jeûne & inspiration, intuition et vision du dirigeant. Les participants y éclaireront à l’occasion un aspect décisif de leur leadership et de leur stratégie d’entreprise : La relation subtile entre le jeûne d’une part et ses bénéfices sur le plan cognitif, en particulier sur notre cerveau dit intuitif (néocortex) siège principal de nos émotions profondes.

Tous ceux qui ont pratiqué ces séminaires de jeûnes en reviennent transformés, même s’ils n’ont pas l’intention par la suite de devenir végan ou ermite.

Alors, arrêtons les préjugés et partons à la découverte de notre corps !

 

Prochain séminaire « Santé globale du dirigeant » du 11 au 17 décembre 2021 à Hossegor.

Renseignements : alain.lacroix@leader-link.com

 

Michel Taube

Directeur de la publication

Candidature Zemmour : à qui profite le crime ?

Eric Zemmour monopolise les programmes des chaînes d'information en continu. Si bien que sans le décès de Bernard Tapie, elles auraient continué à "bassiner" les Français. Mais pour quelles raisons au juste ?
Patrick Pilcer