Edito
06H54 - jeudi 16 septembre 2021

Pourquoi Éric Zemmour pourrait être le prochain Président de la République. L’édito de Michel Taube

 

Eric Zemmour fait peur. Il est désormais l’homme à abattre.

En imposant dans le débat public la question de l’identité française et de la sécurité des Français, en faisant la soudure entre l’électorat populaire et la bourgeoisie qui constituent les deux pôles que l’on pensait irréconciliables au sein de la droite française, Zemmour a, à certains égards, déjà gagné la partie. Électoralement, les sondages lui prédisent déjà plus de 10% des intentions de vote. La question doit donc être posée : Zemmour peut-il vaincre d’ici avril 2022 ?

Eric Zemmour est-t-il le Trump français ? Sa stratégie délibérée de casser tous les codes engoncés de la vie politique française, comme l’avait déjà fait à sa manière Emmanuel Macron en 2017, lui permettra-t-il de renverser la table, de profiter d’une seconde vague de dégagisme et de l’emporter comme le fit en 2016 le milliardaire américain ?

Seul et parti de rien (mais pas de nulle part), Éric Zemmour est donc désormais crédité de 10 % d’intentions de vote, sans même s’être déclaré. Un coup de com’, un feu de paille, s’étaient empressés de décréter avec aplomb de nombreux commentateurs. Il est vrai qu’en juin 2020, un sondage IFOP indiquait que 13 % des Français étaient prêts à voter pour Jean-Marie Bigard. Puis sa prétendue candidature fit pschitt.

Éric Zemmour n’est pas un comique, même si certaines de ses prises de position peuvent faire rire (jaune). Il assume d’être réactionnaire, considérant qu’il est légitime et même salutaire de réagir contre le prétendu progressisme soixante-huitard. La confusion entre évolution (approche quantitative) et progrès (approche qualitative) est en effet une grande entourloupe de la gauche moralisatrice et donneuse de leçons. On ne saurait réduire Zemmour à un polémiste, attitude méprisante à l’égard d’un écrivain prolifique qui est devenu le véritable penseur d’un courant susceptible de rassembler droite républicaine et droite extrême, ce qui est depuis longtemps son souhait.

Éric Zemmour a plusieurs boulets à son pied, à commencer par son approche profondément ringarde des femmes, même s’il a raison de dénoncer un certain néo-féminisme gauchisant et haineux des hommes, comme celui d’Alice Coffin, élue écologiste au Conseil de Paris dans la majorité conduite par Anne Hidalgo.

Pas davantage, la nostalgie d’une France du passé n’est à mettre à son crédit. Sa relation à Pétain et à la parenthèse vichyste trouble les historiens.

Sa sortie hier sur BFMTV pour la peine de mort est ridicule et ramène la France quarante ans en arrière.

Pire encore, sa condamnation pénale pour propos racistes pourrait être éliminatoire. Pourtant, l’intéressé estime qu’il a été sanctionné pour délit d’opinion.

Aujourd’hui, les positions de Xavier Bertrand et de Valérie Pécresse sur l’immigration et les liens faits par de nombreux décideurs politiques avec la délinquance ne sont pas si éloignés des positions d’Éric Zemmour.

Eric Zemmour dit certaines vérités qui dérangent le landernau politique mais que les Français observent tous les jours. Et c’est la raison principale du succès de Zemmour dont le nouveau livre qui sort aujourd’hui, « La France n’a pas dit son dernier mot », est déjà en tête des pré-ventes avec plus de 350.000 commandes.

La vérité principale, c’est cette menace civilisationnelle que représente la conjonction de faits démographiques établis (voir notre article sur les statistiques ethniques et les projections d’évolution de la population mondiale) et le fait que l’islam politique prenne le dessus dans la société française sur un islam sécularisé. Car, toutes les études le prouvent, un nombre croissant de nos compatriotes musulmans se disent pour le moins tiraillés entre la chariah et les valeurs républicaines. Chez les jeunes, la loi de Dieu passerait avant celles de la République. Des penseurs que seule l’extrême gauche qualifie de « fachos », comme Michel Onfray, font la même analyse, sans pour autant les enrober de formules chocs comme « le grand remplacement ».

Éric Zemmour est convaincu que ces questions civilisationnelles, et donc l’islam et l’immigration, sont la première préoccupation des Français. Si le péril est réel et non fantasmé, il en existe bien d’autres, à commencer par le réchauffement climatique et la situation sanitaire. Sur ces sujets, tout comme sur les inégalités, la bureaucratie, l’économie ou la fiscalité, Éric Zemmour n’a encore rien dit, mais rappelle qu’Emmanuel Macron avait attendu mars 2017 pour présenter son programme.

À la liste des écueils du non candidat bientôt candidat, on pourrait ajouter sa méconnaissance des rouages de l’État et du monde politique. Cela n’avait pas empêché Donald Trump, exemple parmi tant d’autres, de se faire élire aux États-Unis. Du reste, Zemmour a un argument solide à opposer à ses détracteurs : l’article 20 de la Constitution dispose que le Premier ministre détermine et conduit la politique de la nation. Il ne serait donc pas le président qui viendrait, comme l’a fait Emmanuel Macron, présenter à la presse les futurs uniformes de la police nationale. Il serait le président jupitérien que le sortant n’a jamais su être. Certes, mais qui sera alors son premier ministre et ses ministres s’il était élu président de la République ? Un Nicolas Dupont-Aignan ? Des cadres du Rassemblement National ? Un Michel Onfray aux temps libres et à la culture ?

On entend souvent dire (mais cela reste à démontrer) que la France est majoritairement à droite, mais pas à l’extrême droite. Elle voudrait du Le Pen sans Le Pen, ce qui ouvrirait théoriquement un boulevard au candidat LR ou assimilé. Sauf qu’à sept mois du scrutin, la droite classique n’est même pas capable de déterminer son mode de désignation d’un candidat unique. Seul un tandem Bertrand – Pécresse permettrait de relancer la droite républicaine. Comme en parallèle, Marine Le Pen ne cesse de mettre (ou de faire semblant de mettre) de l’eau républicaine, voire européenne, dans son vin nationaliste, se croyant déjà au second tour de l’élection, les Français peinent à distinguer les intentions et programmes des uns et des autres : Macron, Le Pen, Bertrand, Pécresse… Zemmour assène qu’ils feraient tous du Macron ! Pas lui !

Incontestablement, le vent souffle dans les voiles d’Éric Zemmour. La dynamique est clairement en sa faveur. Son talent d’orateur et sa culture, conjugués à la force de ses convictions peuvent le mener jusqu’au second tour. Après, tout peut être envisagé.

Il n’empêche : une France capable de porter Éric Zemmour à l’Elysée est une France bien malade et profondément divisée, en danger de guerre civile. Les Français en veulent-ils vraiment ?

 

Michel Taube

Directeur de la publication

Les lois du marché. L’édito de Michel Taube

Les lois du marché priment souvent sur celles du législateur, et le capitalisme s’est accommodé de toutes les idéologies : le communisme n’a jamais été qu’un capitalisme d’État, plus violent, plus absurde, plus injuste que...
Michel Taube