International
18H55 - dimanche 22 août 2021
Amériques

L’instituteur qui devint président du Pérou

 

Les images fortes de cet été 2021 vous serons proposées durant les prochains jours avec les événements les plus marquants de ces dernières semaines. Une vision iconographique de l’actualité par Opinion Internationale. 

 

Le nouveau président péruvien, Pedro Castillo, sortant du Congrès après avoir sa cérémonie d’investiture Lima, Peru July 28, 2021.
© REUTERS/Angela Ponce

Le Pérou a élu son nouveau président, ouvrant la voie à de jolies promesses et quelques controverses. Ancien instituteur, Pedro Castillo, est un petit nouveau en politique. Agé de 51 ans, il a prêté serment, mercredi 28 juillet 2021, affirmant souhaiter mettre fin à la corruption dans le pays et annonçant un projet de réforme constitutionnelle et le renforcement de l’industrie locale. Arborant sont désormais célèbre couvre-chef blanc, le vainqueur qui porte les couleurs de la gauche radicale a prononcé un discours vibrant. Les élections avaient eu lieu au mois de juin, mais son adversaire, la candidate Keiko Fujimori, qui roulait pour la droite populiste, a tellement multiplié les recours, que la proclamation des résultats n’a eu lieu que plusieurs semaines après. 

Le pays de 33 millions d’habitants qui fête cette année son bicentenaire va donc être gouverné, pour la première fois, par un homme issu d’un milieu modeste et rural. Il se dit « ni communiste, ni chaviste » et entend bien donner une impulsion toute personnelle à sa gouvernance. 

Le président Castillo s’est fait élire sur un programme qui promet un million de nouveaux emplois (grâce à la nationalisation de certaines entreprises), le renforcement des secteurs de la santé, de l’éducation et de l’agriculture. Sans oublier son rejet de l’homosexualité, de l’avortement et de l’euthanasie au nom de sa religion chrétienne. 

En tout cas, il est certain que l’homme ne laisse pas indifférent et que ses réformes feront grincer pas mal de dents. 

Directrice de la Rédaction

Senghor, l’homme complet

Benjamin Boutin, le président de Francophonie sans frontières (FSF), livre son admiration pour le poète-président et annonce l'Année Senghor qui marquera les vingt ans de sa disparition.

Femme et Afghane

Femme et Afghane, quel sort attend les femmes depuis que les Talibans ont repris Kaboul ?

Un climat sens dessus dessous

Série : retour sur l'actu de l'été 2021 en photo ! Grêle, froid polaire, dôme de chaleur, incendies, le monde, cet été a été divisé par le climat.
Deborah Rudetzki