La chronique de Lucie Breugghe
10H33 - lundi 9 novembre 2020

Kamala Harris ou la victoire d’Alpha Kappa Alpha Sorority. La chronique de Lucie Breugghe

 

Alpha Kappa Alpha Sorority est une organisation universitaire afro-américaine composée de femmes dont Kamala Harris, nouvelle vice-présidente des USA, est issue. Cette organisation a certainement contribué à faire de cette femme ce qu’elle est aujourd’hui.

Créée en 1908, à Howard, Université de Washington, historiquement noire américaine, cette organisation constitue la première sororité noire des USA avec 300 000 membres se répartissant, aujourd’hui, entre les USA, les îles Vierges américaines, les Bahamas, l’Allemagne, le Libéria, la Corée du Sud, le Japon, le Canada, l’Afrique du Sud et le Moyen-Orient.

Ethel Hedgeman Lyle, jeune étudiante à l’Université Howard, fonde le 15 janvier 1908, cette organisation étudiante avec neuf de ses camarades. Elle souhaite sortir de l’assignation qui lui est faite, à elle et ses sœurs, dans cette société patriarcale, d’une « petite vie circonscrite ». Nellie Quander fera de ce réseau de soutien, en 1913,  une personnalité morale. Un an après, Alpha Kappa Alpha se démarque en créant une bourse d’études. Elle impose sa marque de fabrique incarnée par son crédo : « être extraordinaire au service de toute l’humanité ». Suivront des milliers d’initiatives pionnières et durables :

  • dans l’action sociale et culturelle en élevant le statut des afro-américains, en particulier ceux des filles et des femmes, en fournissant une aide aux populations pauvres,

  • dans l’action politique en œuvrant aux progrès des droits civils et humains,

  • dans l’action éducative « en enrichissant les esprits » et en encourageant l’apprentissage tout au long de la vie.

L’ensemble de ces initiatives menées par un corps de bénévoles donne à cette organisation une conscience communautaire et des leaders à même de maintenir ce crédo d’excellence. La sororité est un des leviers utilisés et mis en avant, sororité qui se garde bien d’afficher une couleur politique.

Durant la campagne présidentielle américaine, on a vu des tee-shirts affichant le message suivant « Kamala Harris is my sorority sister » (Kamala Harris est ma sœur de sororité). Lors de son premier discours comme candidate à la vice-présidence, Kamala Harris a tenu ses propos : « Ma famille, ce sont mes très chères Alpha Kappa Alpha (…) ».

La nouvelle vice-présidente a été introduite dans cette organisation suite à une initiation enveloppée de secret, en 1986. Lorsqu’on y est admis, c’est un engagement à vie. C’est aussi admettre que vous ne vous considérez pas comme le centre de l’Univers mais comme une actrice venant en aide à ses soeurs et à sa communauté.

Les sœurs Alpha Kappa Alpha de Kamala Harris se sont mobilisées tout au long de cette campagne présidentielle en incitant les électeurs à se rendre aux urnes. Le comité national du Parti démocrate a vu affluer des dons très précis de 19,08 dollars correspondant à la date de naissance de cette organisation.

Être membre d’Alpha Kappa Alpha a été un atout majeur pour Kamala Harris et rappeler au peuple américain son appartenance à cette organisation, c’était souligner avec beaucoup de justesse son appartenance à la communauté noire et à ses engagements en faveur de la justice sociale.

 

Lucie Breugghe

Docteur en Sciences Humaines

 

Pour aller plus loin : 

https://aka1908.com/

https://fr.linkedin.com/company/alpha-kappa-alpha-sorority?trk=ppro_cprof

 

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale

L’intelligence artificielle, le monde du livre et Amazon

L’intelligence artificielle questionne le monde du livre, l’art et les industries culturelles et créatives. Un livre blanc a été publié, en septembre 2020, par l’Université de Laval au Québec et porte sur…
Lucie Breugghe

Les artistes au service de l’écologie. La chronique de Lucie Breugghe

Diplômé de l’école nationale d’art appliqué Dupperé, Jacques Perdigues accompagné de Hans-Walter Müller et Nihil Bordures a présenté, pour la première fois, en 2020, au château d’Ancy-le-Franc, sa performance intitulée « Acclimitation transnaturaliste »,…
Lucie Breugghe