Monde
11H46 - lundi 2 novembre 2020

Convergence des luttes et Islamisme en France

 

Malgré l’horreur, l’indignation et les rassemblements aujourd’hui, c’est le silence qui s’abattra de nouveau, demain, face aux islamistes. Pourquoi ? Car ceux-ci ont déjà conquis la majeure partie de la jeunesse.

Mais comment, et par quel miracle des barbus illuminés auraient-ils pu rassembler sous leur étendard les jeunes héritiers du monde libre?

Parce que les islamistes ont bien compris que le terrorisme et la barbarie ne permettaient pas seuls de conquérir les esprits.

Dans la boite à outil de l’impérialisme islamiste, on retrouve des techniques bien plus modernes et originales d’activisme, parmi lesquels l’omniprésence sur les réseaux sociaux.   Si celle-ci peut revêtir différentes formes, on retrouve toujours les même modes opératoires : une suractivité, une présence assurée 24h/24, des messages rabâchés et relayés chaque jour et sans relâche par des personnalités influentes.

Abondent ainsi sur la toile vidéos de « catéchisme » islamistes, associations caritatives salafistes, sites d’infos spécialisés (type « Islam Info »), et autres associations de défense contre l’ « islamophobie » aux pratiques douteuses.

Car cet islamisme de France pour survivre ne peut se contenter d’assurer un service religieux en ligne (même si la propagande salafiste y est bien présente), cela rendrait son action trop visible, trop grossière. Il fallait trouver d’autres façon de pénétrer le tissu social et de faire vaciller les certitudes politiques d’une vieille démocratie comme la France.  

L’originalité donc, réside dans la création d’une multitudes de chapelles aux discours plus ou moins ambigus, plus ou moins conformes à l’orthodoxie républicaine ainsi que la mise en avant de « people » bien identifiés (rappeurs, humoristes), dans le but de séduire le plus grand nombre d’individus pouvant s’identifier (de près comme de loin) à cette identité musulmane.   

Les leaders de ces mouvements sont en apparence modernes, et lorsque ce sont des femmes ne portent, par exemple, pas le voile (malgré les invocations systématiques de dieu ). Mais, forts d’une culture française, proches des jeunes,  branchés , rompus à l’exercice de la dissimulation, ces individus véhiculent un discours clivant, raillant la laïcité, usant du « nous », et du « eux » avec un acharnement déconcertant.

Mais par-dessus tout, le génie de ces activistes est d’avoir repris les grands combats politiques modernes comme le féminisme et l’antiracisme à leur propre compte. Et évidemment, de porter à l’obsession la question du colonialisme (et de la race). C’est un tour de maitre car ces sujets touchent les jeunes au cœur, avec encore plus de force que notre pays se compose d’enfants de toutes les origines et de toutes les religions et souffrant souvent d’un conflit d’identité.

Mais surtout, ils introduisent la religion, l’Islam en l’espèce,  comme une donnée incontournable de ces combats politiques (ce qui n’est pas nouveau,  l’islam ayant déjà été associé à l’anticolonialisme).

C’est comme cela que des concepts ou pratiques provenant du fin fond des âges, comme le blasphème, la mécréance, la soumission ou la stigmatisation des femmes se banalisent, et la jeunesse sur les réseaux,  prête à mener tous les combats émancipateurs, se retrouve prisonnière de ce phénomène religieux. Aujourd’hui, on peut observer le grand écart de jeunes féministes LGBT qui passent de la défense du voile islamique, à la misandrie, sans que cela ne pose problème car ces luttes ont désormais fusionné.

Et c’est ainsi que se forge peu à peu une nouvelle conscience politique sur internet,  constituant le terreau d’un l’islam politique à la française. Et il est très difficile dans cette nébuleuse idéologique de faire le tri entre les combats légitimes (et il y en a), les idiots utiles et les véritables complices de l’islamisme mortifère. D’autant que ce phénomène de convergence des luttes a déjà gangrené les Etats Unis et une partie de l’Europe.  

Nous connaissons, malheureusement, tous la sanction contre celui qui osera critiquer ces individus en Europe. Il subira au mieux une assignation à racisme ou à « islamophobie », au pire une cabale en règle, bien relayée. C’est ce qui contribue notamment à pétrifier la jeunesse, tellement sensible aux inégalités. Et c’est aussi ce qui fait naître un sentiment de persécution chez de nombreux citoyens pouvant nourrir, dans le pire des cas,  un désir de vengeance. Ce sont les attentats commis sur notre sol, encore et encore , qui nous le rappellent.

Et enfin nous savons que derrière certains de ces réseaux, se trouvent tapies des associations islamistes ou salafistes internationales, et les Etats qui les soutiennent.

C’est un défi d’envergure et il structure peu à peu la politique de notre pays. Les citoyens français musulmans, noirs, descendants d’anciens pays colonisés, sont pris au piège dans cet étau, entre religion, nécessaire émancipation, luttes sociales, antiracisme et conflits identitaires.  C’est un véritable vertige pour les libéraux de tous bords, qui ne peuvent s’opposer par principe à ces luttes mais qui ne supportent pas de voir la jeunesse française abandonnée aux islamistes. Quelle est la porte de sortie ?

La sanction lorsque cela est possible et dans la limite du Droit.

Mais pour le reste, il s’agit d’un combat politique pour lequel il nous faudra marteler à notre tour, ruser, investiguer, dénoncer, nommer. Etre présent dans les quartiers. Continuer à enseigner et à se battre pour notre démocratie et pour les principes universels auxquels nous croyons. Ne pas se laisser duper. Porter l’antiracisme et la lutte contre les inégalités en bannière tout en déjouant les pièges de l’adversaire.  

Mais surtout savoir reconnaitre et soutenir l’Islam progressiste, et pas seulement en France. Se souvenir de tous ceux et toutes celles qui sont morts en Algérie, en Tunisie, en Egypte, au Mali, au Nigeria, en Iran, en Afghanistan, en Syrie, en Arabie Saoudite et dans tant d’autres pays, pour avoir défié l’islamisme.  

 

Rebecca Raynaud

 

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale

Guy Savoy : entretien avec un homme en colère

C’est un homme en colère qui a reçu hier Opinion Internationale. Guy Savoy, « Monsieur » Guy Savoy devrait-on dire, est un des plus grands ambassadeurs de la cuisine français, de cet art d’être…
Michel Taube

Maradona, le foot et bien au-delà. L’édito de Michel Taube

« Vers l’infini et au-delà ». Tel est le titre du dernier mouvement de l’extraordinaire ballet cinématographique de Stantley Kubrick dans « 2001 : l’Odyssée de l’espace ». « Le football et au-delà ». Tel fut aussi la…
Michel Taube

Le geste de la semaine : lécher l’opercule du yaourt !

Dans son édition week-end, Opinion Internationale proposera chaque semaine un focus sur un geste quotidien, signifiant, créateur de valeur et de respect. Le 27 octobre 2020, Danone, leader mondial du yaourt, aurait…
Michel Taube

La France face à la grande dépression de Covid-19

Ils sont de plus en plus nombreux à tirer la sonnette d’alarme, et, à parler, déjà, de troisième vague. Des économistes et des essayistes, comme Nicolas Baverez, parlent eux de l’hyperdette, voire…