Arts & Cultures
08H48 - samedi 24 octobre 2020

Les artistes au service de l’écologie. La chronique de Lucie Breugghe

 

Diplômé de l’école nationale d’art appliqué Dupperé, Jacques Perdigues accompagné de Hans-Walter Müller et Nihil Bordures a présenté, pour la première fois, en 2020, au château d’Ancy-le-Franc, sa performance intitulée « Acclimitation transnaturaliste », performance artistique et musicale qui vient, en ces temps troublés, où la nature semble reprendre certains de ses droits, nous rappeler combien notre existence est intiment liée à la Terre.

Amoureux de la nature, Jacques Perdigues avec des prothèses et des masques de ficelle de sisal travaillé au crochet libre, cherche une manière de réparer notre Terre et de suppléer à la disparition des espèces. Son jardin mélancolique est une apologie de la lenteur, un temps suspendu où plane le cri piquant de la beauté, où l’indicible est débusqué.

C’est notre rapport à la nature et au vivant qui est questionné par ces quatre spécimens dont deux se trouvent dans des bulles, en milieu stérile car trop fragiles : le représentant du règne animal et celui de l’espèce humaine qui est accompagné d’une infirmière. Les racines du monde – le dernier des quatre spécimens – traînent la mémoire de l’humanité et font peser sur chacun d’entre nous le poids de la conscience collective de ce qui a été commis, abîmé, détruit.

C’est l’histoire de la terre, de l’humanité qui nous est contée avec une interprétation poétique de ce qui reste du jardin d’Éden. Et au détour de cette promenade artistique et musicale, c’est un bilan de l’état de notre planète qui surgit. Jacques Perdigues réussit l’exploit de nous emmener aux confins de son monde pour mieux appréhender celui que nous souhaitons construire.

 

Lucie Breugghe

Docteur en sciences humaines

 

 

 

Pour tout renseignement : lesproductionsducouvent@gmail.com

 

 

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale

Cannes 2021 : un palmarès titanesque

La Française Julia Ducournau décroche la Palme d’Or au festival de Cannes. Spike Lee a décerné le prix à un film décalé qui est loin d'avoir fait l’unanimité
Deborah Rudetzki

Contes et classiques en Avignon

Si Avignon, traditionnellement, compte beaucoup de créations, de textes inédits et de pièces contemporaines, certains auteurs classiques — certes revisités — parviennent à être joués dans la Cité des Papes.  Opérette méconnue…
Deborah Rudetzki

Quand Avignon rencontre Cannes

Le premier a vu le jour en 1947, le second en 1946. L’un et l’autre mettent la culture au service de la réinvention de nos sociétés. En 2021, après un an d’hiver sans spectacle et sans cinéma, les deux festivals dialogueront.
Deborah Rudetzki

Avignon 2021 : quand l’art s’engage

En Avignon, le théâtre reprend ses droits. Pour sa 75ème édition, le festival qui se déroulera du 5 au 25 juillet (du 7 au 31 juillet pour le off) annonce une programmation riche et éminemment…
Deborah Rudetzki