Edito
06H59 - jeudi 4 juin 2020

Aïssa Maïga et Camélia Jordana, non, la France, pas plus que la police, n’est raciste. Non, Adama Traoré n’est pas le George Floyd français. L’édito de Michel Taube

 

Non, Aïssa Maïga et Camélia Jordana, vous ne ferez pas croire que la France est raciste ! Pas plus la police que les Français. En revanche, votre récupération de la vague de protestation internationale contre la mort tragique de George Floyd aux Etats-Unis pour relancer le dossier judiciaire d’Adama Traore est proprement scandaleuse : faire pression sur la justice française qui, en toute indépendance, vous a donné tort jusque là, par la voie médiatique et en attisant la haine n’est pas un procédé démocratique.

En bravant l’interdiction de rassemblement pour motifs sanitaires sans aucune considération pour les conséquences qui pourraient en résulter sur une éventuelle reprise de l’épidémie de Covid-19, 20.000 personnes ont enfreint la loi mardi 2 juin, aux abords de la Cité judiciaire de Paris. Le collectif « Vérité et Justice pour Adama Traoré » et les personnalités qui y sont intervenues devraient être poursuivis pour mise en danger de la vie d’autrui pour cette grave entrave aux consignes sanitaires.

L’objet de cette manifestation était, sous prétexte de rendre hommage à George Floyd, Afro-Américain victime de brutalités policières à Minneapolis, de protester contre une nouvelle expertise médicale qui exonère les gendarmes de toute responsabilité dans la mort d’Adama Traoré, en 2016.

La manifestation a dégénéré en violences, occasionnant de nombreux dégâts.

Vivez le monde d’après… 

Je m’inscris le 8 juin au Live Opinion Internationale – spéciale Journée de l’océan

 

Notre indépendance, c’est vous ! Parrainez, exprimez-vous, faites un don défiscalisé 

 

20.000 personnes ont donc scandé cette idée fausse que la police française est raciste. Dans la manifestation, deux personnalités se sont illustrées par la véhémence de leur propos et leur propension à attiser la haine des minorités africaines et nord-africaines contre cette France à qui elles doivent tant mais qu’elles haïssent de plus en plus : la chanteuse Camélia Jordana et l’actrice Aïssa Maïga, ont donc toutes deux mis leur notoriété pour propager la thèse mensongère et dangereuse de la prétendue brutalité de la police « française » à l’encontre des minorités. La première s’était déjà mise en valeur récemment, par une saillie sur le plateau de « On n’est pas couché », dans l’indifférence bienveillante de Laurent Ruquier : « Il y a des hommes et des femmes qui se font massacrer quotidiennement, en France, tous les jours, pour nulle autre raison que leur couleur de peau ». Cette fois, c’est en chanson qu’elle a repris sa rhétorique sur le pavé parisien.

Aïssa Maïga s’était illustrée lors de la cérémonie des Césars 2020, surfant sur la vague Roman Polanski pour déplorer le manque de diversité dans le cinéma français (un mensonge éhonté), allant jusqu’à compter les noirs et les « non-blancs » dans la salle. Elle aussi profité de la manifestation du prétendu hommage à Georges Floyd et Adama Traoré pour souffler sur les braises et inciter à la haine…

« Nous ne vous laisserons pas tranquilles ! Nous ne laisserons pas la France tranquille ! » , a scandé Aïssa Maïga.

Le véritable détonateur des violences de mardi est le mimétisme, une maladie qui touche particulièrement les imbéciles et les haineux. Floyd – Traoré, même combat, même racisme policier et racisme d’État, même impunité, même ségrégation à l’encontre des noirs (et des Arabes en France). C’est ce message que veulent faire passer les manifestants. Sauf que comparer la situation des noirs en France avec les Afro-Américains est une supercherie. Outre-Atlantique, tous les clivages sont plus marqués et l’idée que les noirs sont discriminés est largement admise, même si là aussi les faits disent le contraire au vu des statistiques officielles sur les meurtres commis aux Etats-Unis (ce sont surtout des Blancs qui tuent des Blancs) et s’il sera juridiquement difficile de rapporter la preuve d’une motivation raciste du policier de Minneapolis.

Dans l’affaire Traoré, non seulement l’accusation de crime raciste portée sur les gendarmes relève du préjugé sans le moindre fondement, mais le lien de causalité entre leur intervention et le décès du jeune homme n’a pas été établi par la justice.

Hélas, le racisme est une tare de l’espèce humaine équitablement partagée. La police est à l’image de la société : il y a des racistes partout, et ils doivent être empêchés de nuire. Le racisme et l’antisémitisme dans les territoires perdus (ou en perdition) de la République sont aussi une réalité qui doit être combattue sans relâche. Les Indigènes de la République véhiculent la haine de Blancs ou des Occidentaux (Rokhaya Diallo a même déploré dans des tweets que les masques chirurgicaux soient conçus pour des hommes européens ou Américains) sont un mouvement identitaire raciste et antisémite. Les 20.000 manifestants du 2 juin sont-ils prêts à l’admettre ?

Les violences policières illégitimes sont dangereuses et inacceptables. En France, aux États-Unis et ailleurs. Mais contrairement à ce que laissaient entendre les Gilets jaunes l’an passé (et qui affutent à nouveau leurs couteaux) et les manifestants du 2 juin, la violence des forces de l’ordre est parfaitement légitime lorsqu’elle est proportionnée (pourquoi Adama Traoré a-t-il été contrôlé le jour de son interpellation tragique ?), qu’il s’agisse de faire face à des manifestants qui brûlent ou pillent les magasins, ou à hordes de blacks-blocs aux intentions criminelles ou pour faire respecter la loi républicaine dans des territoires qui veulent s’en affranchir.

Le refus d’obtempérer d’un individu appelle une réponse policière qui peut être musclée et rester parfaitement légitime dans un État de droit, quelles que soient ses origines ethniques. Si un fuyard se tue accidentellement lorsqu’il est coursé par la police, il est ignominieux de crier au meurtre raciste commis par les représentants de l’État, puis de mettre son quartier ou sa ville à feu et à sang, brûlant les voitures des petites gens qui en ont besoin pour travailler et nourrir leur famille. Une pareille lâcheté ne peut être acceptée.

La police ne s’intéresse pas à un délinquant de peau noire par ce qu’il est noir, mais parce qu’il est délinquant. Faire croire le contraire et colporter ce mensonge relève du complotisme, voire du complot contre la République.

Aux États-Unis, les noirs ont été plus touchés par le Covid-19 parce que leur situation économique et sociale ne leur donne souvent pas accès à une prise en charge sanitaire. En France, il n’existe aucune inégalité de la sorte, même si les Maghrébins et les Noirs-Africains ont été nombreux dans les services de réanimation. Dans les cités, nombreux ont été ceux qui refusaient d’appliquer les gestes-barrière et notamment la distanciation physique, et pas seulement par ce qu’ils vivent dans un logement sous-dimensionné. Personne ne leur a reproché. Le ministère de l’Intérieur a même donné à la police l’instruction de ne pas y intervenir pendant la période de Ramadan.

La mort d’Adama Traoré comme celle de Georges Floyd sont des drames, et le chagrin des familles doit être respecté. Aux États-Unis, le frère de Georges Floyd appelle au calme. On n’en attendrait pas moins de la famille d’Adama Traoré si celle-ci n’avait basculé, depuis longtemps déjà, dans un combat politique qui n’a plus rien à voir avec une bataille judiciaire.

Aïssa Maïga et Camélia Jordana, comptez sur nous pour que la France ne vous laisse pas tranquilles dans votre dessein de diviser les Français !

 

Michel Taube

 

Vivez le monde d’après… 

Je m’inscris le 8 juin au Live Opinion Internationale – spéciale Journée de l’océan

 

Notre indépendance, c’est vous ! Parrainez, exprimez-vous, faites un don défiscalisé 

 

Directeur de la publication

Nicolas Bedos assassin ? L’édito de Michel Taube

Trop de « fils de… » accèderaient-ils à la célébrité par ce qu’ils sont fils de… ? Jean-Marie Bigard, futur candidat à l’élection présidentielle, parlerait de « fils de p… ». Si…
Michel Taube