Monde
06H37 - samedi 15 février 2020

 Un Sidra dans le château de Versailles pour lancer l’Année culturelle Qatar – France

 

 

Catherine Pégard, présidente de l’établissement public du château de Versailles, et l’Ambassadeur du Qatar en France, M. Ali Bin Jasim Al Thani, ont planté un Sidra jeudi 13 février dans le domaine de Marie-Antoinette, aux abords du Petit Trianon.

Cet événement marquait le lancement de l’Année Culturelle Qatar-France 2020 qui devrait renforcer l’amitié entre les deux pays.

 

Un arbre précieux 

Cette plantation s’inscrivait également dans l’Année internationale pour la Santé des Végétaux lancée par les Nations unies. En effet, le Sidr (Ziziphus jujuba) est le nom arabe du jujubier, un arbuste vivace de la famille des Rhamnacées. Il est originaire du Qatar et sa culture se répand dans toute la péninsule arabique et sous les tropiques. Sa croissance est lente et il résiste à des températures descendant jusqu’à -15°C. Ses feuilles sont dentées et persistantes, d’un vert brillant. Des petites fleurs blanchâtres en bouquets apparaissent à l’aisselle des feuilles, durant l’été. Elles sont suivies de fruits ovales à noyau, ressemblant un peu à des olives qui seraient rougeâtres. 

Les fruits du Sidr sont comestibles et riches en vitamines et minéraux. Ils sont reconnus en médecine populaire pour leur efficacité contre les maladies respiratoires et les problèmes thoraciques. Ses feuilles sont aussi connues depuis toujours pour renforcer le cuir chevelu. Quant à son noyau, il sert à fabriquer une huile ayant des vertus hydratantes.

Au Qatar, le Sidr a depuis toujours été le lieu de rencontre pour les savants et les voyageurs qui se réunissaient pour partager des connaissances, tout en apprivoisant son ombre. C’est un symbole de solidarité et de détermination, de résistance et de générosité.  Il est aujourd’hui l’emblème de plusieurs institutions publiques comme la Fondation du Qatar ou encore l’Hôpital Sidra.

Ce Sidra à Versailles est le premier planté en France.

 

Michel Taube

 

 

Directeur de la publication

Les artistes au service de l’écologie. La chronique de Lucie Breugghe

Diplômé de l’école nationale d’art appliqué Dupperé, Jacques Perdigues accompagné de Hans-Walter Müller et Nihil Bordures a présenté, pour la première fois, en 2020, au château d’Ancy-le-Franc, sa performance intitulée « Acclimitation transnaturaliste »,…
Lucie Breugghe