Monde
12H21 - samedi 1 février 2020

Sadeh, le sens de la fête iranienne

 

Jeudi 30 janvier 2020, c’était la fête de Sadeh, selon le calendrier iranien. Sadeh est l’une des plus anciennes célébrations nationales iraniennes, selon Ferdowsi’s Shahnameh, remontant à l’histoire mythique sous le règne du roi Keyumars.

L’élément durable de la fête de Sadeh, c’est le feu. Le feu, depuis l’antiquité, en tant qu’objet chauffant et éclairant, a toujours attiré l’esprit des tribus aryennes et a fait l’objet de nombreux rituels et célébrations. La plupart d’entre eux proviennent des aspects énergétiques éclairants du feu.

Puis le feu est devenu symbole de la force vivante. Pour cette raison, la présence du feu dans nos célébrations est considérée comme essentielle.

La présence du feu en hiver contre le froid et sa lumière contre l’obscurité traversent le monde matériel et font du feu un sujet spirituel. Dans la littérature persane, le feu est utilisé comme une extension pour être vrai et profond. Comme l’amour ardent, le regard ardent, le cœur ardent, les mots ardents….

Non seulement la lumière du feu brille sur les ténèbres, mais elle devient même un symbole de lumière contre l’ignorance.

Ces symboles spirituels du feu en particulier font de lui un élément durable pour retrouver l’esprit de vie et la pensée rationelle qui sont essentiels au développement de chaque être humain.

En même temps, selon la philosophie zoroastrienne, le feu aux côtés de l’eau, du vent et de la terre est l’un des quatre éléments essentiels de la nature qui doivent être maintenus propres.

Joyeuse fête de Sadeh et je souhaite que le feu à l’intérieur de chacun d’entre vous illumine votre chemin.

 

Vanecha Roudbaraki

Artiste franco-iranienne