Maroc pluriel
09H02 - mardi 31 décembre 2019

Un chemin marocain par Abdelmalek Alaoui

 

Abdelmalek Alaoui est l’auteur du livre « Un chemin marocain. 1999-2019 : Parcours d’un Royaume en transformation » (Ed. Descartes & Cie)

 

Les vingt dernières années, qui ont vu arriver à la tête du pays en 1999 un jeune monarque de trente-six ans ont en effet connu des parcours et des tournants déterminants qui ont forge l’identité contemporaine du Royaume.

Traversé sans cesse par des mouvements contradictoires entre racines conservatrices, ambition réformatrice et tentation de réinventer son modèle si particulier, le Maroc déçoit parfois, étonne souvent, mais ne laisse jamais indiffèrent. De la découle la notion de « chemin marocain ».

Le parcours de Mohammed VI, en matière économique, est plutôt pragmatique.

Ainsi, lors d’une première séquence qui durera de 1999 à 2007, le chef de l’État fera sienne les thèses Keynésiennes, appliquant au pays un « choc » de relance par les investissements dans les infrastructures, tout en réussissant à maintenir les équilibres macroéconomiques. Cette politique de grands travaux a eu les résultats tangibles que l’on connait. En 2019, le Maroc peut se targuer de disposer d’infrastructures de transport, de logistique et de connectivite qui en font incontestablement l’un des leaders du continent, alors même que le pays ne comptait qu’une centaine de kilomètres d’autoroute en 1999. Rien de cela n’aurait été possible sans une vision et une projection sur les temps longs. À cet égard, une anecdote particulièrement savoureuse circule autour de la décision de créer le port de Tanger Méditerranée, devenu le premier port d’Afrique. À l’un de ses conseillers qui arguait que cette gigantesque plateforme portuaire ne serait rentable que vingt-cinq ans plus tard, le monarque aurait rétorqué sèchement : « il n’y a donc pas une minute à perdre, il faut démarrer immédiatement » .

Cette première phase de grands travaux visait un triple objectif pour le roi : hisser tout d’abord le pays aux standards internationaux en matière d’infrastructures, puis augmenter l’employabilité notamment des jeunes, et enfin préparer l’émergence d’un tissu productif plus industrialise, en capacité d’accueillir des investissements directs étrangers substantiels, en capitalisant notamment sur la position géoéconomique du pays. Sur le plan politique, le message en filigrane est clair : le temps est à la prééminence du chantier intérieur sur les dossiers extérieurs.

Toujours en matière économique, la seconde phase de règne, qui démarre à partir de 2006 jusqu’en 2011, peut être qualifiée d’inspiration ricardienne, du nom de David Ricardo, l’économiste célèbre pour sa théorie du commerce international basée sur les avantages comparatifs. Le signal de l’arrivée à maturité du Maroc dans la chaîne mondiale des échanges sera sans conteste l’annonce de l’implantation dans le nord du Royaume de l’usine Renault le 1er septembre 2007, arrachée de haute lutte auprès du leadership du constructeur français alors que le Royaume se trouvait en compétition

avec la Turquie. Cette installation constitue un véritable basculement du centre de gravité de la production du tissu économique marocain, désormais tourné vers l’export dans sa composante automobile. En cinq ans, celle-ci deviendra le premier produit export du pays, dépassant ainsi le traditionnel secteur des phosphates. En 2021, la production automobile du Maroc, riche désormais de trois constructeurs de rang mondial, devrait dépasser celle de l’Italie, avec plus d’un million de véhicules produits.

Enfin, la troisième phase de règne, qui a démarré en 2011 est vraisemblablement inspirée des travaux de l’emblématique économiste du développement d’origine vénézuélienne Ricardo Haussman. Sous la double nécessité de reformer l’appareil productif du pays pour en réduire les effets pervers en matière d’inégalités tout en trouvant de nouveaux relais de croissance, Mohammed VI va ouvrir de manière concomitante deux chantiers stratégiques qui visent à transformer à la fois la manière dont le pays produit et celle dont il se projette. Au niveau de la production, le monarque souhaite lors de cette troisième phase replacer les jeunes au cœur des politiques publiques économiques en recentrant l’offre de formation pour la rendre plus adaptée au monde de l’entreprise. Pour cela, le marché national, bien qu’en progression, ne lui semble pas en capacité d’absorber les nouveaux entrants. Dans un contexte de baisse de la croissance des marchés traditionnels du Maroc, notamment en Europe, c’est donc en direction de la « dernière frontière » que le pays concentre ses efforts. Il réaffirme ainsi sa vocation africaine et ambitionne de devenir la nation motrice des partenariats Sud-Sud.

Ce pragmatisme en matière économique s’est doublé d’un certain réalisme en termes politiques, puisque le Maroc a non seulement créé en moins d’une décennie plus d’une dizaine d’entreprises à vocation panafricaine dont le chiffre d’affaires dépasse le milliard de dollars, mais a également opéré un changement de doctrine en politique étrangère en réintégrant l’Union Africaine début 2017, mettant un terme à une parenthèse de plus de trente ans.

Bien entendu, ces politiques économiques ne se sont pas succédées de manière nette. Dans plusieurs cas, elles se sont chevauchées ou additionnées afin de corriger les inévitables distorsions générées par des politiques publiques évoluant dans un monde en changement rapide et imprévisible. Parfois, leurs résultats ont été insuffisants en termes de développement global, soulignant le caractère dual de l’économie marocaine, avec des poches de très forte prospérité concentrées dans l’axe entre Kenitra et El Jadida, et d’autres zones accusant un retard certain, créant ainsi des déséquilibres territoriaux importants.

C’est aussi à l’aune de ce chemin qu’il convient d’appréhender la réforme constitutionnelle de 2011, un peu vite qualifiée exclusivement comme une réponse au « printemps arabe ». Si ce dernier a été indéniablement un facteur d’accélération de la réforme, il n’en était pas l’unique inspirateur. Au plus profond de la révision constitutionnelle de 2011 se trouve la conviction ancrée dans l’esprit de Mohammed VI que les disparités régionales, combinées aux inégalités qui se creusent, constituent un danger prégnant pour le Maroc. Consacrant à la fois une redistribution des pouvoirs entre l’exécutif et le roi mais également la mise en place d’une régionalisation avancée, le texte fondamental de 2011 introduit donc une double rupture fondamentale, tant sur le plan de l’exercice du pouvoir que de sa projection spatiale.

La Constitution de 2011, largement approuvée par le referendum du 1er juillet de cette même année, ne compte pas toutefois que des soutiens. Certains acteurs estiment qu’elle est allée trop loin et d’autres pas assez. Certains auraient voulu que la liberté de conscience y figure. D’autres pensent que l’article 47 2 serait trop limitatif et contribuerait à l’atomisation du champ politique. D’autres enfin auraient voulu y voir figurer une délimitation plus nette des champs de compétence du chef de gouvernement ou du cabinet royal.

Tous, d’une manière ou d’une autre, ont sans doute raison, mais personne ne raconte l’histoire en entier. En réalité, la réforme constitutionnelle de 2011, considérée comme un moment décisif des vingt années écoulées – parfois pour des raisons radicalement différentes – s’insère d’abord dans un contexte et un style d’exercice du pouvoir incarné par Mohammed VI. La culture monarchique marocaine place le chef de l’État comme le garant contre tous les extrémismes. C’est dans cet esprit que les arbitrages ont été effectués, pour que les intérêts particuliers d’un camp, d’un clan, voire d’une tribu, ne puissent l’emporter, quitte à privilégier dans certains cas un consensus temporaire sur des points clivant profondément la société.

Ceci se reflète également en matière d’affaires religieuses. Dans ce domaine, Mohammed VI n’aura de cesse de réaffirmer son ferme attachement au modèle particulier que constitue le Maroc, symbolise par la formule de l’« Islam du milieu ». Cette conception est ancrée dans l’histoire du Royaume, puisque le pays rejeta au cours de son histoire quasiment tous les mouvements extrémistes, voire sectaires, qui ont pu faire leur apparition, pour cultiver son modèle particulier base sur la tolérance, la coexistence, et le dialogue interreligieux, poussant même la sophistication jusqu’à reconnaitre dans son texte fondamental – en son article premier – que «  La nation s’appuie dans sa vie collective sur des constantes fédératrices, en l’occurrence la religion musulmane modérée, l’unité nationale aux affluents multiples, la monarchie constitutionnelle et le choix démocratique. » 

 

Abdelmalek Alaoui