Monde
06H45 - samedi 28 décembre 2019

Et la désolation de l’année 2019 est…

 

La flèche de Notre-Dame en flammes se brise, le 15 avril 2019 à Paris – AFP/Archives / Geoffroy VAN DER HASSELT

 

Il y des drames qui ne sont pas « de l’année ». Ils sont permanents, intemporels. Certains sont individuels comme tout être humain en connaît ou en connaîtra. D’autres sont collectifs, comme la guerre, la misère, qui sont aussi l’addition d’innombrables drames individuels. Mais cette année, le monde entier a été affecté par la destruction partielle d’un symbole de la culture et de l’Histoire, du moins du monde chrétien, sinon de l’humanité entière, de son patrimoine architectural, iconique et culturel : l’incendie de Notre-Dame de Paris.

Malgré quelques tweets nauséabonds d’adeptes de l’islamogauchisme (notamment provenant d’adhérents du syndicat étudiant UNEF) ou des théories du complot, les croyants (et pas seulement catholiques), les sceptiques et les non-croyants, à Paris comme en régions, en France et dans le monde, ont été bouleversés par ce terrible incendie. Partout des cagnottes se sont ouvertes pour aider à reconstruire la cathédrale qui donna son nom au célèbre roman de Victor Hugo, même si le milliard d’euros promis n’a pas encore été intégralement payé, loin s’en faut, et que certains Gilets jaunes déploraient qu’ils ne soient pas bénéficiaires d’une pareille générosité.

Gauloiserie oblige, la reconstruction de Notre-Dame suscite déjà plusieurs polémiques, dont certaines n’en sont qu’à leur balbutiement. En cinq ans (comme l’avait annoncé Emmanuel Macron) ou en beaucoup plus ? Reconstruction à l’identique ou pas ? Il est vrai que l’ancienne flèche de Notre-Dame ne datait pas du Moyen-âge, et que la charpente pourrait, comme après l’incendie de la Cathédrale de Reims pendant la Première Guerre mondiale, être d’un matériau plus adapté et moins inflammable que le bois.

Tant qu’on ne demande pas à Jean Nouvel de nous faire un toit et une flèche « New-age », façon gratte-ciel de Dubaï où jardin suspendu (avec piste cyclable), on devrait éviter une nouvelle guerre civile. En attendant, on aurait préféré que Notre-Dame ne brûle pas, raison pour laquelle son incendie est bien le drame, l’incendie (pensons à l’Amazonie et à l’Australie tout de même) de l’année 2019. 

Quelle désolation !

Michel Taube

VIVEMENT 2020 !

Jusqu’au 5 janvier 2020, Opinion Internationale vous propose un kaléidoscope –  bilan de l’année 2019 et quelques pistes pour 2020.

Directeur de la publication

Corée, la guerre oubliée du Covid-19

Des échanges de coups de feu ont eu lieu le dimanche 3 mai au niveau de la Zone Démilitarisée (DMZ), frontière qui sépare les deux Corées. Initiés par la Corée du Nord,…