Monde
06H30 - vendredi 27 décembre 2019

Et le vintage de l’année 2019 est…

 

Comme il est de coutume, on pensait désigner l’artiste, l’album ou la chanson de l’année. Exercice impossible, voire absurde, en réalité. Si le critère est le succès commercial, qui aujourd’hui se mesure d’abord en nombre d’écoutes sur les plateformes de streaming, Billy Eilish, jeune chanteuse de 17 ans, serait sans doute sur la plus haute marche du podium, avec six milliards d’écoutes sur Spotify, première plateforme mondiale. Impressionnant ! Ariana Grande, Post Malone, Lizzo ou Lil Nas X figurent aussi en bonnes places, consacrant le rap et la soul, alors que le rock accuse un sérieux coup de vieux.

Le rock et la pop, musique de vieux, donc ? Il est vrai qu’à un concert des Rolling Stones, groupe né au début des années 60, le public a majoritairement le même âge que les musiciens. De la musique pour maison de retraite, diraient les jeunes des années 2020 !

Même si les Stones et autres Led Zeppelin (sans oublier notre Johnny national) ont d’abord été de charmants poupins juvéniles conduisant à l’extase les adolescentes de leur époque, on peine à imaginer que les starlettes du streaming 2019 entreront au panthéon de la musique. Ça fait un peu musique Kleenex, fabriquée industriellement par des producteurs pour coller au marché du moment. On consomme, on jette, et on passe à autre chose. Mais qui sait… ?

Pourtant, il y a encore plus branché que le dernier cri : le vintage ! C’est comme dans la téléphonie : si vous n’avez que l’Iphone 10 alors que le 11 est sorti, vous êtes un vieux con ringard. Mais si vous avez l’Iphone 4 ou 5, alors vous êtes super vintage ! C’est le top (de la bêtise, sans doute).

La vraie différence entre d’un côté le vieux, le ringard, le dépassé, et, de l’autre, le vintage, le seul, le vrai, ce sont en grande partie les jeunes qui la font. Et là, à part quelques embellies ponctuelles, comme Queen, qui a bénéficié de l’énorme succès du film « Bohemian Rapsody », un nom plane au-dessus de la mêlée : il représente à lui seul près de 10 % des écoutes de Spotify, avec 30 % des auditeurs qui ont de 18 à 24 ans. Sur Deezer, confrère français de Spotify, 68 % des streams le concernant proviennent des moins de 45 ans et 27 % des moins de 25 ans.

Ce groupe, c’est les Beatles ! Oui, les vieux Beatles ! Si le vintage était seulement une mode, les autres dinosaures des années 60 et 70 cartonneraient autant chez jeunes. Les Beatles, eux, sont au top depuis 1962, sans interruption, toutes générations confondues. Héritage des parents sans doute, qui transmettent leur passion de génération en génération, mais aussi qualité intrinsèque de la musique : les Beatles ne sont pas seulement des génies. Ils sont uniques, incomparables et ont quelque chose de magique.

Avec la réédition remixée et remastérisée de l’album Abbey Road en 2019, les Beatles ont encore fait l’actualité, et méritent amplement le titre de vintage de l’année, même si le terme peut sembler un peu réducteur, en particulier du fait de cet incroyable succès chez les jeunes. Ils sont modernes, vintages, avantgardistes, classiques, intemporels… Ils sont Beatles.

 

 

Marginal Ray
Auteur-compositeur
https://marginalray.bandcamp.com/

 

 

 

 

 

 

 

VIVEMENT 2020 !

Jusqu’au 5 janvier 2020, Opinion Internationale vous propose un kaléidoscope –  bilan de l’année 2019 et quelques pistes pour 2020.

« Être père ! » La chronique de Bernard Rodenstein

Et si être père à l’ancienne était la forme la plus moderne de paternité ? La fête des pères est l’occasion d’offrir le témoignage réflexif de Bernard Rodenstein, pasteur retraité et personnalité…