Monde
09H40 - lundi 16 décembre 2019

Stop à l’exclusion énergétique. Un rendez-vous à ne pas manquer le 18 décembre.

 

Alors que la COP 25 se termine à Madrid sur un quasi échec historique, il est plus urgent que jamais d’agir. Or sortir un million de personnes par an de la précarité énergétique : c’est possible ! mais avec l’implication de tous, la création d’une alliance publique et privé, un accompagnement, ambitieux et personnalisé.

« Être précaire énergétique, c’est se coucher dans une maison à 7°C avec ses enfants en se demandant si on va se réveiller » témoignait Yvon le 5 septembre dernier lors du lancement de l’inititiative « STOP à l’exclusion énergétique ». Plus de 12 millions de personnes en France ont des difficultés à payer leurs factures d’énergie. Trois millions de foyers vivent dans des passoires énergétiques. Se chauffer, s’éclairer et se déplacer constituent pourtant des besoins essentiels. Parmi ces ménages, beaucoup sont en situation de totale pauvreté énergétique : locataires ou propriétaires, ils n’ont pas les moyens de faire face à leurs charges.

Au-delà du confort, cette difficulté entraîne bien souvent des problèmes de santé (y compris l’été), un abaissement de la capacité à être embauché ou à poursuivre une activité professionnelle, un délitement du lien social, des difficultés scolaires pour les enfants. Ces exclus vivent dans des habitats aux systèmes de chauffage anciens, peu économes, particulièrement pollueurs, voire dangereux. La question n’est pas qu’économique et environnementale, elle interroge la société sur notre de seuil minimal de qualité de vie juste et digne.

Mais nous devons agir vite et mieux, d’autant que les financements et les compétences existent mais peinent à se mettre en œuvre tellement le chantier est important. La priorité est à l’accélération et à l’amplification dans une approche globale à tous les niveaux de territoire. La suppression des « passoires énergétiques » est un des axes d’action. Il y en a d’autres. Des solutions existent partout. Elles sont portées par les acteurs de la lutte contre les exclusions, l’État (ANAH…), les collectivités territoriales, l’ESS et les entreprises. De nombreuses organisations agissent chaque jour, mais pas à la hauteur des enjeux. C’est d’autant plus grave que chacun a pu prendre conscience après la crise des Gilets Jaunes et le Grand Débat National que ces exclus énergétiques représentent plus de 20 % de la population française. On ne peut plus séparer social et écologie, exclusions et développement économique. La précarité énergétique sera un sujet prioritaire des élections municipales de mars prochain… Et elle est au cœur des débats actuels : pouvoir d’achat des retraités, précarité des étudiants…

 

Gilles Berhault

Délégué général de la Fondation des Transitions, coordinateur de STOP Exclusion énergétique

 

Mercredi 18 décembre au matin, dans l’amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne, la Fondation des transitions et Sorbonne Sustainable development, avec l’Université Paris I Pantheon Sorbonne et Convergences, organisent une grande conférence dont Opinion Internationale est partenaire : citoyens, acteurs de la solidarité, réseaux du développement durable, responsables politiques, agents des collectivités locales, entreprises, agences, institutions, chercheurs appelleront à ce que la lutte contre la précarité énergétique soit la grande cause nationale 2020.

Avec la participation d’Emmanuelle Wargon, Secrétaire d’État auprès de la Ministre de la Transition écologique et solidaire, Xavier Emmanuelli, fondateur du SAMU Social, Pierre-Jean Coulon, VP du Comité économique et social européen, Claire Pitollat, députée, Boris Vallaud, député, Stéphane Troussel, président du Département de Seine Saint-Denis, Patrick Ollier, président de la Métropole du Grand Paris, Philippe Pelletier, Président du Plan bâtiment durable, Pascal Berteaud*, DG du Céréma, Stéphane Aver,  président d’AAQIUS, Gilles Berhault, DG Fondation des Transitions, Franck Billeau, Réseau  cohabitat, Michel Derdevet, président des Pimms et SG d’Enedis, Manuel Domergue, Fondation, Cédric Carles, Atelier 21, Thierry Cot, VP de l’ADGCF, Abbé Pierre, Danyel Dubreuil, CLER / Rappel, Thierry Cot, VP de l’ADGCF, Frédéric Demarez, DG Oaan Consulting, Manuel Domergue, Fondation Abbé Pierre, Christophe Février, président de GeoPLC, Emmanuel François, Président du Smart Building Alliance, Marie-Maud Gérard, GERES, Antoine Grezaud, DG de la Fédération du Service aux Particulier, Bruno Lechevin, DG du Pacte Finances-Climat, Régis Larguiller, Chaire Hope, Vincent Legrand, Doremi, Arnaud Mourot, Ashoka, Sophie Nunziati, Agence Verte, Mario Pain, MTES, Christophe Poline, Schneider Electric, Florent Pratlong, Professeur Sorbonne, Jacques Rosemont, Banque des Territoires, Frédéric Roussel, président de Convergences, Bernard Saincy, Innovation sociale, Guillaume Sainteny, Professeur, Yann Toma, Président de Sorbonne Développement durable…

Programme : https://www.les-transitions.org/labs-2019/précarité-énergétique/

Inscription :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSf9LSh0EeSsvthkyPc5Olzg5fHAa0FejOQ_0k-GAiBKkAXp0A/viewform

La fin des fossiles ou la fin du monde ? Les chrétiens ont choisi.

42 institutions multi-confessionnelles chrétiennes dans 14 pays annoncent aujourd’hui leur désinvestissement des combustibles fossiles. Elles exhortent également les gouvernements à penser la transition énergétique équitable et bas carbone comme socle de la reprise économique,…
Michel Taube