Monde / World
Afrique /
11H54 - mercredi 4 juillet 2018

Dominique Nouvian Ouattara : l’autonomisation financière des femmes africaines est un enjeu essentiel du développement

mercredi 4 juillet 2018 - 11H54

 

 

Partout dans le monde et notamment en Afrique, les femmes restent encore trop souvent dépendantes financièrement des hommes. Or ce n’est qu’en favorisant leur autonomie qu’on leur permettra de jouer pleinement leur rôle et de contribuer au développement économique du continent. 

Depuis 1977, année de la création de la Journée internationale de la Femme (JIF) par les Nations Unies, beaucoup a été fait. Mais beaucoup reste encore à accomplir. Aujourd’hui, dans le monde, si les femmes effectuent les deux tiers du nombre d’heures de travail et produisent, elles-mêmes, plus de la moitié des aliments, cela ne se traduit pas en termes d’autonomisation financière. Les femmes ne gagnent, en effet, que 10 % du revenu mondial, elles possèdent toujours moins de 2 % des terres agricoles, et elles reçoivent moins de 5 % des prêts bancaires. En d’autres termes, elles ne sont pas pleinement autonomes.
 
L’autonomisation des femmes ne se décrète pas. Elle se construit pas à pas, par des actions ciblées et concrètes. À l’occasion de la JIF 2018, des délégations du Trésor public ivoirien se sont donc rendues dans des provinces rurales, afin de lever les barrières qui empêchent encore, trop souvent, les femmes de conquérir leur autonomie. À ce titre, le Trésor public de Côte d’Ivoire joue un rôle prépondérant, en proposant aux femmes des produits et services financiers variés, adaptés à leurs besoins, en assainissant le secteur de la microfinance ou, encore, en finançant l’ouverture de plusieurs comptes à la Banque des Dépôts, au profit de coopératives de femmes issues du milieu rural.

 
L’autonomisation financière des femmes, la condition d’un développement réellement durable 
 
L’autonomisation économique des femmes ne représente pas qu’un objectif politique et sociétal. C’est aussi un enjeu crucial pour éradiquer la pauvreté et réaliser les Objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030, selon un rapport remis au Secrétaire général de l’ONU en 2016. « Combler l’écart salarial entre les femmes et les hommes et rechercher des solutions pour le travail non rémunéré effectué par des millions de femmes et de filles aura un impact énorme sur la capacité des femmes à changer leur vie, surtout les plus pauvres », a ainsi déclaré la Directrice d’ONU-Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, à l’occasion de la remise de ce rapport.
 
En disposant d’argent et d’un contrôle accru sur leur temps et leurs ressources, les femmes sont à même de prendre de meilleures décisions pour leur vie et celle de leurs enfants. « Il est temps, pour nous, et pour le monde, de mettre l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes au centre des changements auxquels nous aspirons tous, et d’avoir un réel impact sur la pauvreté », déclarait encore il y a quelques jours Phumzile Mlambo-Ngcuka.
 
Il a été démontré que les femmes investissent leurs revenus en faveur de leurs familles et de leurs communautés et contribuent ainsi à améliorer l’accès aux soins et à l’éducation. Selon l’Institut McKinsey Global, si les femmes de tous les pays jouaient un rôle identique aux hommes dans le domaine économique, quelque 28 000 milliards de dollars seraient ajoutés à l’économie mondiale d’ici à 2025. Tout le monde a donc à gagner à ce que les femmes soient plus autonomes !

 
La femme africaine, au cœur de mon engagement en Côte d’Ivoire

C’est ce que nous avons bien compris en Côte d’Ivoire. Grâce au Fonds d’Appui aux Femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI), que j’ai contribué à créer en 2012, nous avons soutenu plus de 110 000 microprojets soutenus par des femmes. Le FAFCI, désormais doté de 10 milliards de francs CFA, a pour ambition d’augmenter les revenus propres des femmes, de faciliter leur indépendance financière, de renforcer leur capacité entrepreneuriale et de lutter contre le chômage.
 
Cependant, l’autonomisation financière des femmes africaines ne sera pas possible sans un meilleur accès à l’éducation et à la santé. C’est pourquoi nous nous engageons, avec le FAFCI, pour la scolarisation systématique des jeunes Ivoiriennes, contre le travail forcé ou non rémunéré et pour un meilleur accès aux soins de santé et à la protection sociale. C’est aussi pour favoriser cet accès des femmes aux soins que la Fondation Children of Africa, que je préside, a financé la construction de l’Hôpital Mère-Enfant de Bingerville, inauguré le 16 mars dernier et qui vise à contribuer à la réduction de la mortalité maternelle, néonatale, infantile et juvénile.
 
La condition des femmes africaines a un impact sur nos sociétés dans leur ensemble. Je suis intimement convaincue que leur permettre d’acquérir plus d’autonomie financière, c’est poser les bases d’un développement économique plus équilibré et réellement durable. Si nous voulons atteindre l’émergence, ne nous privons pas de leur énergie, de leurs idées, de leur détermination à toute épreuve.

 

Madame Dominique Nouvian Ouattara

Première Dame de Côte d’Ivoire et Présidente de la Fondation Children of Africa