Esprit Sports
France /
14H38 - jeudi 7 juillet 2016

RESPECT : Paroles de supporters gallois contre le racisme dans le football

jeudi 7 juillet 2016 - 14H38

Qui l’a vu pendant l’Euro 2016 ? Et pourtant, tout le monde le voit tous les jours pendant les matchs ! Les joueurs arborent sur leur bras droit un logo avec la mention : RESPECT. Derrière ce mot, une campagne de l’UEFA : en effet, depuis l’Euro 2008 en Suisse et en Autriche, l’UEFA mène sa campagne RESPECT pour lutter contre le racisme dans le foot ? Qu’en pensent les supporters ? Sont-ils au courant ? Enquête rapide sur le terrain à Lyon à quelques heures de la demi-finale de l’Euro 2016 Portugal – Pays de Galles…

Des supporters gallois de bonne humeur avant la demi-finale face au Portugal. Photo : Timothée Piron

Des supporters gallois de bonne humeur avant la demi-finale face au Portugal. Photo : Timothée Piron

Mercredi 6 juillet, à Lyon. Aux abords du majestueux Parc Olympique Lyonnais, les supporters gallois et portugais attendent la première demi-finale de l’Euro 2016. Entre les pintes de bière et les vendeurs de billets au marché noir, nous sommes allés à leur rencontre pour parler du racisme dans le football. La démarche est simple : nous leur présentons une photo du bras gauche d’un joueur, sur lequel on distingue clairement le logo « RESPECT » de l’UEFA. Nous engageons ensuite la conversation : connaissent-ils le sens de ce logo ? Le football est-il un canal d’expression du racisme, ou au contraire est-il un moyen de le combattre ?

 

1631669_w2

 

Les premières personnes à répondre sont des supporters gallois, attablés autour d’une bière. Ils reconnaissent immédiatement la photo : « C’est le logo RESPECT de l’UEFA, qui veut développer l’égalité à travers le football, et lutter contre le racisme. C’est un gros problème dans le foot, le racisme. Et ça le sera tant que les pays d’Europe de l’Est et leurs supporters racistes et violents seront tolérés, on a vu l’exemple de la Russie… »

Un second fan prend la parole, pour nuancer les propos de son ami : « C’est une petite minorité, ils ne représentent pas les supporters en général. Ils viennent pour se battre, ils ne s’intéressent pas au foot. Ce sont les hooligans qui posent problème, et ils n’ont rien à voir avec les vrais supporters. »

Les supporters connaissent la campagne de l’UEFA, mais est-elle efficace ? « Non, franchement non, ça ne sert à rien, nous déclare un autre fan du Pays de Galles. La seule manière de combattre le racisme, c’est de sanctionner les équipes dont les fans posent problème. Ça, c’est un joli logo sur le maillot, mais dans la réalité ça n’a aucun impact. Il faut sanctionner sévèrement les équipes ».

 

Des hooligans racistes ?

En place depuis 8 ans, la campagne semble être devenue banale selon ces supporters, et aurait perdu énormément d’impact, même si combattre le racisme et la violence est encore nécessaire.

La preuve avec les affrontements entre les Russes et les Anglais à Marseille au début de l’Euro, qui ont visiblement choqué un bon nombre de spectateurs. Ce que confirme un Portugais : « J’avais un peu peur des Russes et des Anglais. Mais là je suis rassuré, avec les Gallois ça se passe super bien ». Amicaux, les Gallois ? En effet, l’ambiance est très conviviale autour du stade, même si la pression de l’enjeu commence à se faire sentir.

La conclusion sera pour un groupe de trois fans gallois qui se dirigent vers l’entrée du stade : « Les hooligans sont à part. Ils ne représentent personne. Les vrais supporters se sont rassemblés, ici en France. On aime juste le football. On s’en fout d’où tu viens, de ta couleur, de ta religion… On est là pour le foot, et on accepte tout le monde dans cette grande famille. » Un discours qui résume bien l’état d’esprit de la majorité des supporters. Globalement, les fans de football rassemblés en France attendent des mesures plus radicales de la part de l’UEFA.

Ils aimeraient des sanctions contre les rares éléments perturbateurs, plus que des simples logos sur des maillots.

Et si la violence des hooligans a entaché les débuts de l’Euro, convenons au moins qu’aucun acte raciste majeur n’a été constaté pendant l’Euro. L’indifférenciation des origines, espérée par des observateurs comme Sylvère-Henry Cissé, journaliste de Canal + et président de Sport & démocratie dans un récent entretien pour Opinion Internationale, serait-elle en marche ?

 

Pour aller plus loin

Le football est il racisteNoirs en bleu : Le football est-il raciste ? de Jean-Yves Guérin et Laurent Jaoui

 

 

 

 

 

Timothée Piron