Monde / World
Moyen-Orient /
10H46 - mercredi 8 juin 2016

Une « grainothèque » pour préserver le patrimoine palestinien

mercredi 8 juin 2016 - 10H46

Les semences sont à chaque région un patrimoine millénaire, issu des échanges entre les peuples, de la sélection des espèces par les cultivateurs ainsi que des aléas de la nature. La Palestine cherche aujourd’hui à protéger cet héritage.

Vivien Sansour - Capture d'écran

Vivien Sansour – Capture d’écran myrightword.blogspot.fr

Génération après génération, les agriculteurs ont développé des espèces parfaitement adaptées au sol et au climat de la Palestine. Mais la compétition de l’agriculture industrielle et la perte de territoires au profit d’Israël compromettent ces acquis.

Afin de garantir la survie de ces espèces endémiques de la Palestine, Vivien Sansour s’est lancée dans la construction d’une « grainothèque » qui se veut lieu d’échanges. Chacun peut y retirer des semences afin de les cultiver avant d’en rendre ensuite une partie à la grainothèque. En cela, elle se différencie des banques de graines qui congèlent les semences pour les garder indéfiniment, comme la réserve mondiale du Svalbard qui conserve plus de trois cents espèces sous une montagne de l’arctique.

Cette initiative est une première en Palestine. L’objectif est ici de préserver les graines d’origine paysanne de la standardisation qu’entraîne l’agriculture industrielle. L’ambitieuse entreprise de Vivien Sansour contribuera, à terme, à sauvegarder la biodiversité palestinienne, entre pastèques, fenouils et concombres. La grainothèque permettra également d’éduquer les futurs agriculteurs et de les encourager à participer à la sauvegarde de ce morceau de culture palestinienne.

Anthropologue de formation, Vivien Sansour a longuement étudié les agriculteurs du Honduras, d’Uruguay et de Palestine, afin d’enrichir sa connaissance de leurs techniques traditionnelles. Elle a choisi d’implanter son projet à Beit Jala, ville antique à la riche histoire agricole. L’endroit était autrefois réputé pour ses abricots, son huile d’olive, son miel… On y trouve encore aujourd’hui des oliviers millénaires.

La grainothèque de Beit Jala a ouvert ses portes le 3 juin.