Monde / World
Europe /
14H33 - lundi 30 mai 2016

Hashim Thaçi, président du Kosovo, répond aux questions d’Opinion Internationale

lundi 30 mai 2016 - 14H33

Hashim Thaçi, premier président du Kosovo élu démocratiquement, a répondu aux questions d’Opinion Internationale à l’occasion de son investiture. Opinion Internationale a publié il y a quelques semaines les meilleurs moments de l’interview, retrouvez-les en vidéo. Voici l’intégralité de l’interview en anglais et en français du nouveau président.

Investiture d'Hashim Thaçi, le 8 avril 2016 - Crédit photo : Stéphanie Petit

Investiture d’Hashim Thaçi, le 8 avril 2016 – Crédit photo : Stéphanie Petit

Montenegro entering NATO, is it a good sign for you?

It is wonderful news for the whole region. It means that this area of Euro-Atlantic values is expanding in our region. Therefore it is good news for everyone in the region. It is also our aspiration to gain as soon as possible membership in NATO. Membership in NATO is a condition for peace and stability in this disturbed region of the Balkans. There will be no lasting peace until all the countries become NATO members

 

In your speech you spoke of a secular state. We have models, France, the United States, Turkey, which one will you be?

Kosovo is a very good model of tolerance. It is the state of its citizens, regardless of their ethnic backgrounds, religions. We have operated like this. It is a tradition, this climate of tolerance. We will continue to promote it. Kosovo will remain a place where religion and state are two separate columns that will never mix.

 

During your inauguration, there was a little bit of teargas, but no violence. Is that the symbol of the political system that you have? Police is relaxed, a bit of violence but you let it go

No government has a 100% support of its citizens, of the voters. What is important for me is that I will be serving 100% of my citizens, regardless of what they think. I was a leader of a political party, it was the biggest in Kosovo. I have resigned from it to be the president of all citizens. I respect every political opinion, if it remains within the framework of democratic principles. Violence has no place in Kosovo politics anymore

 

EULEX is quite an original system. It is an international group which co-administers justice and supervises police. Is it a neo-colonial situation, a transition situation, the best of both worlds or a terrible situation?

Of course you will hear some political parties in Kosovo using the same words as you. In reality, the aim of international presence has always been supporting Kosovo society and institutions. Their role was to support and in a way to monitor developments in Kosovo especially in this rule of law sector. It is important that all the steps that Kosovo has made since freedom and governance were in full coordination with EU and the US and we will maintain this coordination. But Kosovo is today an independent sovereign state, a modern state of European standards; it has its own institutions that lead the country. Therefore it does not need the international presence that it had in the past. But there will be some presence remaining here, mainly in facilitating and supporting current state institutions of Kosovo.

 

French opinion sometimes says Kosovo is a complicated lawless state”. You are telling me you have European standards. Is it disappointing for you that people do not understand how technically advanced you are?

France itself was and remains very involved in Kosovo. It was part of the KFOR peacekeeping force, part of the UN administration, it played a very important role in the building of the state, the declaration of independence. And we are grateful for that. And it will remain involved.

Kosovo was very fortunate, very lucky to have this international presence here. It gained from this experience, it learned a lot from cooperating with them. In many aspects it is ahead of the region, thanks to this international presence here, especially when it comes to reforms in politics, economy and installing democracy, in the rule of law, we made huge advances in those fields thanks to the international presence. Of course there are those who would like to paint a different picture. But Kosovo in reality is very successfully implementing all the reforms in politics, economy and democracy.

 

You tried to get into Unesco, when you were not president yet. What must you do to get back into Unesco? How do you need to convince?

One of my tasks as a President will be to promote Kosovo internationally and gain membership in as many regional, international organizations as possible, starting with the Council of Europe and Interpol. Of course we will aim for Unesco membership next year. Kosovo deserves to be a member of Unesco. It is already a member of a big family of Unesco countries since it was received very well in Unesco, received support from many Unesco countries. Kosovo campaign for Unesco was focused on values and was very successful. What is important is that Kosovo membership in Unesco is in everybody’s interest including interests of Serbia and serb-orthodox Church and Serb heritage in Kosovo.

 

The Republic of Serbia and the Russian Federation do not accept your existence, although Belgrade maybe is moving a little bit. How can you make them change their minds and stop talking about punishing you, ethnic cleansing in reverse?

Who knows who did what in Kosovo but as I said in my inauguration speech I will be president of all citizens of Kosovo regardless of their background. I will be the humble president of the heroes who have the strength and courage to not forget but to forgive and to look forward for a better future in Kosovo and the region.

I will continue to support and encourage the process of full normalization of relations between Kosovo and Serbia, believing that very soon we can come to a point where there will be reconciliation between the two nations of Kosovo and Serbia. And that would make it even easier for Russia to recognize Kosovo.

Every citizen of Kosovo is a hero for me, but in particular those who have suffered in the past, but who have the courage and the wisdom to understand that for a better future, it is best to cooperate, to build bridges of reconciliation, of communication, so that we can have a better future for all.

Heroes are all my comrades, war veterans who, for the sake of the future, do forgive. Heroes are the millions of refugees from Kosovo who, for the sake of the future, do forgive. Heroes are the thousands of families of missing persons who, for the sake of the future, do forgive. Heroes are children of martyrs of the war who are proud of the sacrifice of their family members, but who have the strength and courage to look beyond that, and look towards the future.

 

What can the French people and nation do for you? French public opinion is still pro-Russian, pro-Serbian.

I am not convinced that the French people are more pro-Russian and pro-Serbian than pro-Kosovar. This society that gave so much to the world’s culture, that is respected all over the world, that is also so much respected and cherished in the Kosovo’s society, who did support NATO intervention to defend the people of Kosovo, showed solidarity with the population of Kosovo between 1998 and 1999 and supported its government when Kosovo became independent. All we have to do is continue building on this traditional friendship that has been established between the people of Kosovo and France. After all eventually, Kosovo will be part of the big families of states that was co-founded by France, the big families of NATO and EU. We and Serbia are expected to behave like France and Germany after the Second World War. But we never had great minds like Balzac and Goethe to build bridges between cultures. On the other hand, and I am sure that French public opinion knows this, I come from the same country as Mother Teresa, a person who lived by the values of love, respect and cooperation.

 

What is your philosophy? You are a war commander, a political figure. You have a pretty big career. What is your particular guiding principle?

I did go through different stages of political stages. I grew up, going through those processes. The world should remember than not only Kosovo but the whole region went from a feudal, almost medieval way of life, straight to communism. Then, in the case of Kosovo, we went immediately from communism to a state of repression and attempts of genocide with Serbia. I have studied History, and that is how I learnt that it is not enough to read books, we need to build our own History. To describe my political philosophy simply, I would say that I promote liberty for my country, sovereignty and independence for Kosovo, and also taking part in organizations such as NATO, all according to the values of EU and the UN.

 

You said you must build your own History. But you come from the great Albanian world so you can take things from this.

The beginning of the XXth century was a dark age for Albanians. The beginning of the XXIst century came as a time of enlightenment for Albania and Kosovo citizens. Kosovo is a state that has not belonged to an ethnicity more than another. It is a state formed of various citizens.

We are trying to build a new state for all its citizens, a new Kosovo, a tolerant Kosovo. We are not trying to close the borders; we want to open them so that all Albanians could live in the big family of NATO and EU. Almost every country in Europe lives beyond its borders. This is what we want to achieve.

 

About one year ago, many Kosovars left Kosovo, around 10 thousand, 20 thousand… Why?

We have a tradition of migration. But we were able to stop that process and we see those migrants returning and we integrate them, providing them with jobs and education for their children. And in the coming weeks, we look forward to positive applications for visas and by the end of the year, we expect Kosovo citizens to be able to travel freely across the continent like any European citizens. Brussels must not be late with Kosovo.

 

You are a majority Muslim country and in Pristina, it is almost impossible to see Islam, apart from a few minarets. But there are some jihad warriors. What can you do about them?

Kosovo is a country of ethnic tolerance and coexistence. We promote a European Islam, and we respect our Christian tradition. We are very proud of the jewels of the Serb-orthodox churches in Kosovo. We have built a monument to the Jewish community in Kosovo as a sign of diversity. We are proud of Skanderbeg which belongs to two worlds. We embrace the values that Mother Teresa represented, love and solidarity. I would not talk about Jihad, I would talk more of criminal individuals who joined a criminal financial organization such as ISIS.

 

ISIS is not a problem in Kosovo?

We are not immune to this phenomenon. There are a number of individuals. We immediately took measures and put legislation to prevent this phenomenon. Those who were involved in terrorist activities have been arrested and are now pending trials. Kosovo is a proud active member of the global coalition against terrorism. We have been praised by leaders such as Obama for our fight against extremism and terrorism.

According to all opinion polls, Kosovo is the most European country in the region. At the same time, among all the European countries, it is the most American country. There is a consensus that this is a fundamentally pro-Western society. Our tragedy is that as a nation we were described by the others, we were described the way they wanted to see us, not the way we are.

 

Traduction de l’interview :

 

L’entrée du Monténégro dans l’Otan, est-ce une bonne nouvelle pour vous ?

C’est une très bonne nouvelle pour toute la région. Cela signifie que les valeurs euro-atlantiques s’y développent. Nous-mêmes aspirons également à devenir membres de l’Otan aussi vite que possible. C’est une des conditions pour la paix et la stabilité dans la région troublée des Balkans. Il n’y aura pas de paix durable tant que les pays des Balkans n’appartiendront pas tous à l’Otan.

 

Dans votre discours d’investiture, vous avez parlé d’un État séculier. Il en existe plusieurs modèles, français, américain, turc… duquel vous réclamez-vous ?

Le Kosovo est un très bon modèle de tolérance. C’est le pays de tous ses citoyens, quelles que soient leur ethnie ou leur religion. Nous avons toujours fonctionné ainsi. Ce climat de tolérance, c’est une tradition, et nous voulons continuer à l’encourager. Le Kosovo restera un pays où l’État et la religion seront séparés.

 

Lors de votre investiture, des gaz lacrymogènes ont été jetés, mais il n’y a pas eu de violences. Est-ce le symbole de votre système politique ? La police est décontractée, il y a des protestations mais vous laissez faire ?

Aucun gouvernement n’a l’approbation de son peuple dans sa totalité. Mais ce qui est important pour moi, c’est de servir tous mes concitoyens, quelles que soient leurs idées. J’étais le dirigeant du plus grand parti du Kosovo. Mais j’ai abandonné ma fonction pour devenir le président de tous. Je respecte toutes les opinions politiques, tant qu’elles restent dans le cadre des principes démocratiques. La violence n’a plus sa place dans la politique kosovare.

 

La mission Eulex de l’Union européenne est un système plutôt original. C’est un groupe international qui coadministre la justice et supervise la police. Est-ce une situation néocoloniale, une situation de transition, le meilleur des deux mondes ou bien une situation horrible ?

Vous entendrez bien évidemment certains partis politiques kosovars tenir de tels propos. Dans la réalité, l’objectif de la présence internationale a toujours été de soutenir la société du Kosovo et ses institutions. Son rôle a été d’assister et de rendre compte du développement du Kosovo, en particulier dans le domaine législatif. Il était important que toutes les avancées réalisées par le Kosovo depuis son indépendance et le rétablissement de sa souveraineté l’aient été en totale coopération avec l’Union européenne et les États-Unis, et nous maintiendrons cette coopération. Mais le Kosovo est aujourd’hui un État indépendant et souverain, un État moderne aux valeurs européennes ; nous avons nos propres institutions pour diriger le pays. Il n’a donc pas besoin de la même présence internationale que par le passé. Celle qui sera maintenue ici servira principalement à faciliter le travail des institutions kosovares et à les soutenir.

 

L’opinion publique française dit parfois que « le Kosovo est un pays compliqué et sans loi ». Vous me dites que vous avez des valeurs européennes. Est-ce décevant pour vous que certains ne soient pas au courant de votre niveau de développement ?

La France est et restera très impliquée au Kosovo. Elle faisait partie intégrante de la KFOR pour le maintien de la paix, mais également de l’administration des Nations unies. Elle a joué un rôle très important dans la construction de l’État ainsi que dans la déclaration d’indépendance. Nous lui en sommes reconnaissants.

Le Kosovo a été très chanceux de bénéficier de cette présence internationale. Il a appris de son expérience en coopérant avec elle. En de nombreux aspects, le Kosovo est un pays en avance par rapport au reste de la région des Balkans, et c’est grâce à la présence internationale. Nous avons pu faire de grands progrès en matière de démocratie, de réformes politiques et économiques. Bien sûr il y a ceux qui voudraient dessiner une image différente du Kosovo. Mais notre pays a, en réalité, énormément gagné en instituant toutes ces réformes politiques et économiques.

 

Vous avez tenté d’entrer à l’Unesco, avant même d’être Président. Quelles sont les modalités d’une telle démarche ? Comment pensez-vous convaincre ?

Une de mes missions en tant que Président est de promouvoir le Kosovo sur le plan international et d’entrer dans autant d’organisations que possible, qu’elles soient régionales ou internationales, à commencer par le Conseil de l’Europe et Interpol. Nous tenterons d’entrer à l’Unesco l’année prochaine. Le Kosovo mérite sa place dans cette institution. Nous avons déjà reçu énormément de soutiens de cette grande famille que constituent les pays membres de l’Unesco. L’approche de notre campagne pour y entrer était de montrer nos valeurs, et ce fut un succès. L’entrée du Kosovo à l’Unesco est dans l’intérêt de tous, y compris de la Serbie, de l’église orthodoxe serbe et de l’héritage serbe du Kosovo.

 

La République de Serbie et la Fédération russe ne reconnaissent pas votre existence, bien que Belgrade ait fait quelques progrès dans ce sens. Comment pensez-vous pouvoir les faire changer d’avis et mettre fin à leur désir de revanche ?

Qui sait qui a fait quoi durant la guerre du Kosovo ? Comme je l’ai dit lors de mon discours d’investiture, je serai le président de tous les Kosovars quel que soit leur passé. Je serai l’humble président de tous les héros qui ont la force et le courage non pas d’oublier mais de pardonner, et d’aspirer à un avenir meilleur pour le Kosovo et la région.

Tous les citoyens du Kosovo sont des héros pour moi. En particulier ceux qui ont souffert par le passé, ceux qui ont eu le courage et la sagesse de comprendre que, pour un avenir meilleur, il fallait coopérer, nouer des liens pour se réconcilier, communiquer, et que nous entrerons ensemble dans cet avenir meilleur.

Les héros sont tous mes camarades, les vétérans de guerre qui, pour l’avenir, ont su pardonner. Les héros sont les millions de réfugiés du Kosovo qui, pour l’avenir, ont su pardonner. Les héros sont les milliers de familles de personnes disparues qui, pour l’avenir, ont su pardonner. Les héros sont les enfants des martyrs de guerre, fiers des sacrifices des membres de leur famille, mais qui ont eu la force et le courage de dépasser cela et de regarder vers l’avenir.

Je continuerai de soutenir et d’encourager le processus d’apaisement des relations serbo-kosovares, et je crois que nous arriverons très vite à un point de réconciliation entre ces deux nations. Il sera alors encore plus facile pour la Russie de reconnaître le Kosovo.

 

Qu’est-ce que l’État et le peuple français peuvent faire pour vous ? L’opinion publique française est toujours pro-russe et pro-serbe.

Je ne suis pas convaincu que le peuple français soit plus pro-russe et pro-serbe que pro-kosovar. La France a tant contribué à la culture mondiale, elle est respectée partout, également dans la société kosovare où elle est non seulement respectée mais aussi chérie. La France a soutenu les interventions de l’Otan pour défendre le peuple du Kosovo, elle a montré sa solidarité avec la population kosovare entre 1998 et 1999 et a soutenu notre gouvernement lorsque le Kosovo est devenu indépendant. Nous n’avons qu’à continuer à étayer cette amitié traditionnelle qui s’est créée entre les peuples de France et du Kosovo. Nous arriverons certainement un jour à faire partie de ces grandes familles d’États cofondées par la France, ces familles que sont l’Otan et l’Union européenne.

On attend de la Serbie et du Kosovo qu’ils se comportent comme la France et l’Allemagne après la Seconde Guerre mondiale. Mais nous n’avons pas eu de grands esprits comme Balzac et Goethe pour tisser des liens entre les cultures. En revanche, et je suis sûr que l’opinion française le sait, je viens du même pays que mère Teresa, qui a vécu selon des valeurs d’amour, de respect et de coopération.

 

Quelle est votre philosophie ? Vous êtes un chef de guerre, une figure politique. Vous avez eu une longue carrière. Quel est le principe qui vous guide en particulier ?

J’ai traversé plusieurs étapes dans ma vie politique. J’en suis sorti grandi. Le monde devrait se rappeler que les Balkans sont passés d’un mode de vie féodal, presque médiéval, à une société communiste. Ensuite, dans le cas du Kosovo, nous sommes entrés dans une période de répression et de guerre ethnique avec la Serbie. J’ai étudié l’histoire, et j’ai appris qu’il ne suffisait pas de lire des livres, il faut également écrire son histoire. Pour décrire ma philosophie politique simplement, je dirais que je promeus la liberté, l’indépendance et la souveraineté du Kosovo, ainsi que l’entrée dans des organisations telles que l’Otan, tout cela en accord avec les valeurs de l’Union européenne et des Nations unies.

 

Vous parlez de construire votre propre histoire. Mais vous faites déjà partie de la grande histoire albanaise, vous pouvez probablement en tirer des enseignements ?

Le début du xxe siècle était un âge sombre pour les Albanais. Le début du xxie siècle est arrivé comme une période de progrès pour les citoyens albanais et kosovars. Le Kosovo est un pays qui n’appartient à aucune ethnicité en particulier.

Nous essaierons de construire un pays nouveau pour tous ses citoyens, un Kosovo plus tolérant. Nous n’essayons pas de fermer nos frontières mais de les ouvrir afin que tous les Albanais puissent vivre dans les grandes familles que sont l’Otan et l’Union européenne. Presque tous les pays européens vivent au-delà de leurs frontières. C’est ce que nous voulons aussi.

 

Il y a un an à peu près, beaucoup de Kosovars ont quitté le pays, entre 10 000 et 20 000… pourquoi ?

Nous avons une tradition de migration. Mais nous avons été capables d’arrêter ce phénomène et nous voyons maintenant ces migrants revenir. Nous les intégrons, leur fournissons des emplois, de l’éducation pour leurs enfants. Dans les semaines à venir nous espérons que les Kosovars accèdent à des visas. Et d’ici la fin de l’année, nous espérons que nos citoyens, comme ceux de n’importe quel État européen, pourront voyager librement en Europe. Bruxelles ne doit pas oublier le Kosovo.

 

Bien que vous soyez un pays majoritairement musulman, il est presque impossible de voir des symboles de l’islam à Pristina, hormis quelques minarets. Pourtant, il existe quelques djihadistes dans le pays. Que comptez-vous faire pour les contrer ?

Le Kosovo est un pays de tolérance et de coexistence ethnique. Nous prônons un islam européen. Nous respectons notre tradition chrétienne. Nous sommes fiers des bijoux que sont les églises orthodoxes serbes au Kosovo. Nous avons construit un monument en l’honneur de la communauté juive kosovare en signe d’ouverture à la diversité. Nous sommes fiers de Skanderbeg, qui faisait partie de deux mondes. Nous embrassons les valeurs que mère Teresa représentait : l’amour et la solidarité. Je ne parlerais pas de djihad, plutôt de quelques individus criminels qui ont rejoint une organisation financière criminelle comme l’État islamique.

 

L’État islamique n’est-il donc pas un problème au Kosovo ?

Nous ne sommes pas épargnés. Il existe bien quelques extrémistes. Nous avons pris des mesures et mis en place une législation pour contrer ce phénomène. Les personnes impliquées dans des activités terroristes ont été arrêtées et attendent leur procès. Le Kosovo est un membre actif et fier de la coalition mondiale contre le terrorisme. Nous avons été félicité par des chefs d’États dont Obama pour notre combat contre l’extrémisme et le terrorisme.

Selon les sondages d’opinion, le Kosovo est le pays le plus européen de la région. Et c’est en même temps, parmi tous les pays européens, l’un des plus américains. Dire que nous formons une société fondamentalement pro-occidentale est consensuel. Notre tragédie est que notre nation a été décrite par d’autres tels qu’ils voulaient nous voir, et non tels que nous étions.

Le handisport soutient Paris 2024.

Handisport : épisode 3 de la semaine de soutien à la candidature de « Paris2024 » proposée par Opinion Internationale et Sport & Démocratie.
Michel Taube