Monde / World
Monde /
15H21 - mercredi 17 février 2016

La route du Pacifique, une nouvelle voie vers le rêve Américain ?

mercredi 17 février 2016 - 15H21

Après la route du Golfe et la route Centrale, jugées dangereuses, de plus en plus de migrants centraux américains et mexicains choisissent d’emprunter la route du Pacifique pour rejoindre la frontière Étatsunienne.

 

Des migrants centre-américains tentent de monter à bord du train, dans la municipalité de Tutlitlan, Etat de Mexico. Crédits photo : Enrique Pérez Huerta / Flickr CC

Des migrants centre-américains tentent de monter à bord du train, dans la municipalité de Tutlitlan, Etat de Mexico. Crédits photo : Enrique Pérez Huerta / Flickr CC

 

Chaque année des millions de migrants tentent d’atteindre le sol des Etats-Unis. Ils viennent pour la plupart du Honduras, du Salvador, du Nicaragua et du Guatemala. La démarcation étatique au Nord du Mexique s’étend sur 3 200 kilomètres, pour éviter que les migrants ne puissent la traverser, des murs ont été érigés sur plus de 1000 kilomètres, laissant aux barrières naturelles – rivières, désert, montagne – le reste du travail.

Avant même d’arriver à cette frontière, les migrants doivent entreprendre un long voyage sur plus de 3 000 kilomètres, qui les mènera depuis leur pays, à la sacro sainte frontière.

 

Au Mexique, trois grandes lignes ferroviaires traversent le pays. Les routes du Golfe et du Centre débutent au sud du Mexique pour arriver à l’Est et au Centre du pays. La route du Pacifique, elle, prend son point de départ au centre, à Mexico DF et s’achève à l’ouest du pays, avec la frontière californienne des États-Unis. Pendant de longues années, les routes du Centre et du Golfe étaient les plus empruntées car plus courtes que la route du Pacifique (2 100 kilomètres contre 4 200 pour la route du Pacifique). Cependant ces routes sont très dangereuses car guettées par les membres du crimes organisé, comme les Maras, ou bien les autorités mexicaines. Pour cette raison, les migrants les ont progressivement abandonné au profit de la Route du Pacifique.

 

Ce changement de route est en partie expliqué par la volonté des migrants d’éviter toute forme de violence même si cela implique un trajet plus long. Serpentant entre les Etats de Mexico, Hidalgo, Querétaro, le train termine sa route dans la ville-étape de Guadalajara, dans l’état de Jalisco. Entre 2014 et 2015, la ville a enregistré un flux de migrants en augmentation de près de 400%. Les habitants de la ville de Guadalajara ont appris à vivre avec cette situation « la plupart des habitants soutiennent ces personnes qui ont tout quitté pour une meilleure qualité de vie » remarque Elina, habitante de Guadalajara. Car si la route est longue, les migrants rencontrent, sur leur chemin, des manifestations de solidarité. À Guadalajara, s’est créée en 2007, FM4 Paso Libre, la toute première association consacrée aux migrants s’engageant sur la route du Pacifique. En plus de couvrir aux nécessités des déplacés, l’équipe recueille des témoignages afin de faire avancer la cause migratoire au Mexique. « Le gouvernement mexicain doit prendre des mesures de protection et de garantie des droits humains des personnes en situation de migration, il faut également qu’il cesse de pénaliser la migration centraméricaine qui transite par le Mexique » explique Carlos Flores, membre de l’association.

 

Une fois à Guadalajara, certains décident de rester car cela représente une victoire en soi d’avoir pu arriver jusque là. D’autres, au contraire, reprennent la route après quelques semaines de repos. La véritable épreuve commence alors pour eux, lorsqu’ils montent dans un train censé les mener à leur destination finale. Ce train qui dessert la route du Pacifique et traverse le désert de Sonora, avec des températures pouvant atteindre près de 53°C, est désigné comme le train du Diable, « El Diablo ». Les conditions sont désastreuses et inhumaines, « c’est pire que l’enfer, ce n’est que désert et températures extrêmes là-bas » explique Jorge, un habitant de Guadalajara. Sur ce chemin, les migrants devront affronter les caprices de la nature, mais s’exposent également à des agressions physiques et morales. Dans leur revue annuelle de 2015, l’association FM4 Paso Libre a d’ailleurs dénombré que 62% des migrants ont été victimes de vol, 16,6% d’agression physique, 6.6% de séquestration et 1.1% d’agression sexuelle. Ce qui les amène à conclure qu’aucune des routes ne peut être réellement qualifiée de « sécurisée ». Chaque chemin emprunté par les candidats à l’exil, court ou long, est semé d’embûches.

A quelques mois des élections présidentielles aux Etats Unis, la question de la migration centraméricaine est au centre des débats et des interrogations. La mobilité humaine est avant tout un droit et un processus social propre aux sociétés. Pourtant, sur les 500 000 centraux-américains qui traversent chaque année la frontière des Etats-Unis malgré les nombreux obstacles, combien y ont laissé leur vie ? Combien sont abandonnés dans le désert du Sonora par les autorités ?

La route du Pacifique était, pour beaucoup, synonyme d’espoir. Elle n’est finalement pas moins dangereuse qu’une autre, pas plus fiable qu’une autre. C’est une route, un chemin, que des millions de personnes traversent et continueront à traverser, avec ses obstacles, ses drames et l’espoir d’un miracle à l’arrivée.