Monde / World
Irak /
09H23 - jeudi 28 janvier 2016

Les enfants de Bagdad

jeudi 28 janvier 2016 - 09H23

Opinion Internationale publie un poème de Hyacinthe Viroulaud, proposé dans le cadre du concours « Faites bouger les lignes » en partenariat avec la plateforme WeLoveWords.

 

J’ai fait un rêve

Le réveil d’une autre personne

J’entrouvre mes yeux, la poussière me ferait pleurer

Les battements de mon cœur sonnent

Comme les tambours d’une nouvelle journée   

Ma peau est brûlante, dorée par le soleil

Ses rayons réchauffant mon esprit gelé

Comme glacé par les images de la veille

 

Je suis encore en vie

Je ne suis qu’un enfant, et pourtant…

Ma vie ne ferait pas rêver les morts.

 

Le monde ne changera pas l’avenir de mon sort  

Il verra  demain en quelque sorte

Ce que j’ai connu hier   

 

Je ne vais plus à école, et je ne suis pas malade

Et pourtant …

Je rêve des élèves de l’autre bout de la terre.

 

Je passe à la télé, ma peur, les fusillades

Mais je serai fort, comme l’était mon père…et tous mes frères

Car c’est à moi de courir demain,

A travers les barricades  

Pour au mieux un morceau de pain  

 

Leur quotidien, c’est le souvenir de ce rêve maussade

 

Hier, j’étais un enfant …

Un enfant de Bagdad

 

J’ai fait le rêve d’être un enfant perdu

J’ai rêvé de courir après la vie, comme lui …

Comme lui, la mort me soufflait dans le dos

 

Mais à mon réveil, ce rêve

C’est comme si je ne m’en rappelais plus …

Un souvenir, si loin…ma vie continue

 

Hyacinthe Viroulaud