Amériques Latines
Amériques /
19H18 - vendredi 8 janvier 2016

Une semaine en Amérique latine (du 28 décembre au 3 janvier)

vendredi 8 janvier 2016 - 19H18

 

Mexique : d’importantes chutes de neige dans le nord-ouest du pays

Crédits : Paul Munhoven - Creative Commons Crédits : Paul Munhoven – Creative Commons[/caption]

D’importantes chutes de neige ont touché le nord-ouest du Mexique fin décembre, et notamment jusqu’à 30 centimètres sont tombés sur une trentaine de villes proches de la frontière avec les Etats-Unis. Les températures ont atteint, par endroits, les -18°C.

Ce sont les chutes de neige les plus fortes qu’ait connu la région du nord Mexique depuis plus d’un demi-siècle.

L’aéroport de Ciudad Juarez a été fermé momentanément ainsi que plusieurs autoroutes dans l’Etat de Chihuahua.

La police fédérale est restée en « état d’alerte » dans les Etats du nord tels que Chihuahua, Sonora, Durango et Coahuila, pour « enlever la neige et la glace » sur les autoroutes et aider les automobilistes.

 

 

Mexique : l’ancien maire de Cocula arrêté, dans le cadre de l’affaire des 43 étudiants disparus

Portraits des étudiants disparus Crédit: Claire Plisson Portraits des étudiants disparus
Crédit: Claire Plisson[/caption]

L’ancien maire de Cocula (de 2012 à 2015), César Miguel Peñaloza, a été arrêté à Iguala et placé en détention provisoire mercredi 30 janvier par les autorités judiciaires mexicaines, dans le cadre de l’affaire de la disparition des 43 étudiants de l’école normale rurale d’Ayotzinapa dans la ville d’Iguala le 26 septembre 2014.

Il est accusé par le bureau du procureur général d’appartenir au groupe criminel organisé des Guerreros Unidos, groupe auquel les étudiants auraient été remis par des policiers municipaux d’Iguala, avant d’être tués et incinérés dans une décharge, selon la version officielle des faits donnée par le gouvernement mexicain. Une version qui est remise en cause par les familles des victimes et des experts internationaux.

Pour l’heure, le procureur n’a pas précisé si César Miguel Peñaloza était directement impliqué dans la disparition des étudiants.

Son arrestation va permettre de déterminer son degré d’implication dans cette affaire mais aussi dans diverses activités criminelles et de trafic de drogue.

Jusqu’à présent, plus d’une centaine de personnes ont été arrêtées dans le cadre de l’enquête sur la disparition des étudiants d’Ayotzinapa.

 

Bolivie : le second plus grand lac du pays asséché

Le lac Poopó, en Bolivie. - Crédits : Olivier Hodac, Creative Commons Le lac Poopó, en Bolivie. – Crédits : Olivier Hodac, Creative Commons[/caption]

Le lac Poopó, considéré comme le deuxième plus grand lac de la Bolivie, après le lac Titicaca, s’est asséché drastiquement depuis les mois de novembre et décembre 2015, menaçant ainsi l’habitat et la survie de la faune et la flore locales. Des milliers de poissons et d’oiseaux sont morts et l’impact économique est conséquent pour les populations vivant de la pêche dans le village de Toledo, dans le sud-ouest du pays.

Le lac, dont les dimensions étaient de 84 kilomètres sur 55 kilomètres, est aujourd’hui réduit à un simple miroir d’eau, qui apparaît comme une flaque au milieu de tant de kilomètres d’étendue désormais désertique. Une image de désolation s’impose : des embarcations qui jonchent un sol frappé de plein fouet par la sécheresse, à une altitude d’environ 3 686 mètres dans l’Altiplano, et des carcasses de poissons et d’oiseaux gisant sur la terre.

Un représentant originaire de la communauté de Untavi, vivant aux abords du lac, a affirmé que cette situation était incroyable et que son asséchement total s’était accéléré au cours des derniers mois. Il a par ailleurs accusé les autorités environnementales et départementales boliviennes de ne pas avoir pris au sérieux l’ampleur de la situation.

Les communautés locales demandent que soit dragué le bras droit du fleuve Desaguadero pour que le lac soit de nouveau alimenté, mais jusqu’à présent aucune réalisation en ce sens n’a été effectuée.

Cependant, le vice ministre de la Défense Civile a remis 8 tonnes d’aide humanitaire pour les 739 familles affectées par la sécheresse.

 

Paraguay : les inondations provoquent la transformation d’une ville en île

Drapeau du Venezuela Drapeau du Venezuela[/caption]

L’élection de trois députés de l’opposition vénézuélienne a été suspendue mercredi 30 décembre par le Tribunal suprême de justice (TSJ) qui a fait droit à un recours déposé par le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), parti du président Nicolas Maduro, contestant la validité de l’élection de plusieurs candidats de la MUD, suite à la victoire remportée par la coalition de la Table de l’unité démocratique (MUD) aux élections législatives du 6 décembre dernier.

Cette suspension prive au moins temporairement cette dernière de la majorité qualifiée des deux tiers au Parlement (112 sièges sur 167) qu’elle avait remportée lors des législatives du 6 décembre. Cette dernière permet au camp politique qui la détient de bénéficier de larges marges de manœuvre comme celles de convoquer un référendum, de mettre en place une assemblée constituante, voire d’entraîner, par une réduction de la durée de son mandat, le départ anticipé du président.

L’opposition a taclé cet acte de « coup d’Etat judiciaire » dans un message adressé à l’Organisation des Etats américains, à l’Union Européenne, et au Mercosur.