Amériques Latines
Amériques /
15H45 - mardi 3 novembre 2015

Une semaine en Amérique latine (du 26 octobre au 1er novembre 2015)

mardi 3 novembre 2015 - 15H45

Mexique : le chef du cartel des Guerreros Unidos et le maire de Cocula ont été arrêtés

kds Capture d’écran compte Twitter de Marshall Moss[/caption]

 Des milliers de fleurs colorées sont apparues dans le désert d’Atacama, dans le nord du Chili.

Selon les spécialistes, le phénomène, particulièrement marqué cette année, est dû au phénomène climatique El Niño, qui a amené des pluies abondantes dans le pays en mars dernier. Ces dernières ont notamment causé des inondations meurtrières.

Cette immense parure de fleurs sur ce sol désertique apparaît tous les quatre ou cinq ans, mais en cette période de printemps austral, son intensité se traduit par toute une palette de couleurs : du rose au jaune en passant par le mauve.

Raul Cespedes, universitaire à l’université d’Atacama, a résumé ainsi la renaissance de cette nature aride : « Quand on pense au désert, on pense à la sécheresse absolue, mais il y a un écosystème latent qui attend certaines conditions pour s’activer, comme la pluie, les températures élevées et lhumidité ».  

 

La Suisse veut renforcer sa coopération avec le Chili dans lenvironnement et l’énergie

Capture d’écran www.bilan.ch Capture d’écran www.bilan.ch[/caption]

Doris Leuthard, une conseillère fédérale suisse en visite à Santiago (capitale du Chili), a signé deux déclarations d’intention sur l’énergie et l’environnement, dont l’objectif est de renforcer la coopération environnementale et énergétique entre le Chili et la Suisse, en impliquant davantage la population chilienne.

Les deux pays souhaitent coopérer davantage dans les domaines de l’efficacité énergétique et du changement climatique.

Le Chili veut par exemple améliorer l’acceptation de projets de réseaux électriques en intégrant davantage les citoyens dans le processus de décision,  a indiqué vendredi 30 octobre le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) suisse.

Le Chili entend aussi s’inspirer de la manière dont les autorités helvétiques prennent en compte l’avis de la population dans les projets relatifs à l’environnement et aux énergies. Ainsi, le label « Cité de l’énergie », créé en Suisse, est un bon exemple de politique énergétique plus proche des citoyens. Ce label a été introduit avec succès dans un projet pilote au Chili et doit à présent être mis en application.

De plus, les deux pays s’accordent pour diminuer la part des énergies fossiles en les remplaçant par des énergies renouvelables. Le Chili possède un des plus forts potentiels au monde en matière d’énergie solaire et éolienne, rappelle le DETEC.

 

 Pérou : la Première dame accusée davoir usurpé la fonction de président

Nadine Heredia, épouse d’Ollanta Humala, président du Pérou. Capture d’écran www.lepoint.fr Nadine Heredia, épouse d’Ollanta Humala, président du Pérou.
Capture d’écran www.lepoint.fr[/caption]

Au Pérou, une enquête a été ouverte contre la Première dame, Nadine Heredia, chef du Parti nationaliste au pouvoir et épouse de l’actuel président, Ollanta Humala. Nadine Heredia est accusée d’avoir pris les fonctions de son mari, en s’immisçant dans les décisions du gouvernement, a fait savoir vendredi 30 octobre, son avocat.

Selon une information confirmée à l’AFP par le ministère public, la plainte a été déposée en avril par un avocat qui considère que la Première dame a interféré dans des décisions du gouvernement, comme lorsqu’elle a interdit au Premier ministre d’augmenter le salaire minimum.

Selon le plaignant, la Première dame aurait également utilisé des vols militaires pour faire du prosélytisme politique.

« Il s’agit d’une enquête ouverte il y a plusieurs mois après la dénonciation d’un citoyen, il n’y a aucun fondement », a, pour sa part, affirmé Eduardo Roy Gates, l’avocat de Mme Heredia, à la chaîne de télévision Canal N.

Le parquet a convoqué le parlementaire Omar Chehade pour recueillir son témoignage. En 2012, ce dernier avait renoncé à un poste d’importance sous la pression de Mme Heredia.

Par ailleurs, Mme Heredia est aussi visée par une autre enquête, ouverte en septembre, pour blanchiment d’argent, dans le cadre d’une investigation plus vaste sur l’origine des fonds ayant permis de financer la campagne électorale de son mari.

 

Venezuela : la Banque centrale du pays accuse un site américain de donner de fausses informations sur le taux de change du bolívar sur le marché noir

4 Logo de la banque centrale vénézuélienne[/caption]

La Banque centrale du Venezuela a déposé plainte auprès d’une cour du Delaware aux Etats-Unis. Elle accuse le site américain Capture d’écran de la vidéo dans laquelle le juge vénézuélien Franklin Nieves affirme avoir subi  des pressions dans le procès de Leopoldo López. La Patilla Vidéo/Youtube. Capture d’écran de la vidéo dans laquelle le juge vénézuélien Franklin Nieves affirme avoir subi  des pressions dans le procès de Leopoldo López. La Patilla Vidéo/Youtube.[/caption]

Franklin Nieves, un des juges qui ont condamné en septembre dernier le célèbre opposant politique vénézuélien Leopoldo López à quatorze ans de prison, a quitté le pays et se trouve actuellement en exil aux Etats-Unis. Le juge, qui était partie prenante au procès de Leopoldo López en septembre dernier, affirme maintenant que le leader de l’opposition « est innocent », rapporte The Wall Street Journal, et qu’il a fait l’objet d’un procès purement politique.

Leopoldo López, figure charismatique de l’opposition vénézuélienne, a été condamné début septembre à près de quatorze ans de prison au motif qu’il aurait été l’instigateur de violentes manifestations en février  2014.

Le juge – limogé par sa hiérarchie après son départ – déclare que « les juges et les procureurs [dans ce procès] ont subi des pressions de leurs supérieurs pour les inciter à condamner les opposants politiques », rapporte The Wall Street Journal.

Dans une vidéo publiée le 26 octobre par le site dissident Tabaré Vazquez, président de l’Uruguay. Crédits : Fabio Pozzebom, Agência Brasil Tabaré Vazquez, président de l’Uruguay.
Crédits : Fabio Pozzebom, Agência Brasil[/caption]

Le président de la République d’Uruguay, Tabaré Vazquez, a tenu vendredi 30 octobre une réunion bilatérale avec la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, au siège de l’Organisation, à Paris. L’UNESCO célèbre cette année son 70ème anniversaire.

Le chef de l’Etat a notamment remercié l’organisation pour la récente inscription du Paysage industriel de Fray Bentos sur la liste du patrimoine mondial. Il s’est également réjoui de la création, à Montevideo, capitale du pays, d’un Centre régional pour la gestion des eaux souterraines en Amérique latine et aux Caraïbes, placé sous l’égide de l’UNESCO.

Le président uruguayen a souligné le projet de son gouvernement d’élever de manière progressive l’investissement de son pays en matière d’éducation jusqu’à 6% du produit intérieur brut.

Il a également dévoilé sa volonté de développer davantage le Plan Ceibal, qui consiste à donner gratuitement des ordinateurs portables connectés à internet aux élèves du primaire. Il souhaite que ce programme bénéficie aussi aux élèves du secondaire et du supérieur.

La Directrice générale de l’UNESCO a offert au Président Vázquez la médaille commémorative du 70e anniversaire de l’UNESCO.