Monde / World
Europe /
10H38 - mardi 7 octobre 2014

Naples : les immigrés rêvent d’emplois stables, c’est l’esclavage qui les attend

mardi 7 octobre 2014 - 10H38

Ils viennent du Bangladesh, ils travaillent même 13 heures par jour, y compris les samedis et dimanches, et ne reçoivent aucun salaire depuis des mois. Le « caporal » les nourrit au déjeuner et au dîner. De temps en temps, ils peuvent faire une pause, mais ils passent la journée dans une grande salle éclairée par des néons, certains pliés cousent à la machine, d’autres debout repassent, certains font des vêtements.

1391444849925_bengalesi_1

Réunion de l’Associazione 3 Febbraio, pour que les immigrants connaissent leurs droits


Un endroit calme hors du temps, ce qui incite à la détente…

Sant-Antimo.10Il ne s’agit pas du laogai chinois (camp de « rééducation par le travail »), mais de petites entreprises de Sant’Antimo, dans la région de Naples, non loin du cœur de la « Terre des Feux » où le déversement illégal de déchets toxiques donne le cancer à des générations entières. La Piazza della Repubblica, au centre du village, à 11 heures du matin chaque jour de la semaine est pleine de personnes âgées assises sur les bancs qui discutent de tout et de rien. Le reste du village est un ensemble de rues propres et calmes, avec de petits immeubles, peints en blanc ou en rose, entourés d’un paysage désolé.

Dans les rues, il n’y a personne, nous voyons parfois un travailleur ou des femmes avec des sacs de course. C’est un endroit calme hors du temps, ce qui incite à la détente. En prenant la rue Cesare Pace, non loin du centre, le seul bruit que vous percevez est le bruit des machines à coudre. Il est continu et constant, comme s’il était marqué d’un métronome et suggère qu’il existe un grand nombre de machines, même si dans la rue, apparemment, il n’y a pas d’usines. Vous ne voyez rien, en fait, qui laisse supposer une activité productive.

Au lieu de cela, dans un appartement au rez-de-chaussée de l’un de ces immeubles, bien caché derrière des tôles de fer, on viole quotidiennement les droits de l’homme.

Mais ces personnes donnent également le jour à des exemples de force et de courage. Mizan a 32 ans, une femme de 23 ans et un bébé de quelques mois qui sont restés à Dhaka, alors qu’il est arrivé en Italie par la Turquie. Après diverses aventures, Mizan est arrivé à Saint-Antimo, où on lui avait dit qu’il travaillerait comme ouvrier couturier et qu’il gagnerait € 1200 par mois. Au lieu de cela il a trouvé un patron bengali comme lui qui l’a exploité et menacé en refusant de lui payer son salaire.

Mizan ne s’est pas laissé intimider, il a quitté son emploi et a dénoncé le caporal, qui restait libre quant à lui de faire fonctionner son usine. Il y a beaucoup de gens comme Mizan. Certains, déclare Gianluca Petruzzo de l’Associazione 3 Febbraio, sont arrivés en Italie lors d’un voyage organisé au Bangladesh, avec la promesse d’un emploi stable. Puis, ils ont touché du doigt la réalité : une dette contractée pour payer leur voyage et un travail non rémunéré pour rembourser leur dette tandis que le patron s’enrichit, et tous ces vêtements cousus par de nouveaux esclaves pour les marques italiennes. 

Esclavage au cœur de l’Europe

Cette réalité est confirmée par l’avocate Amarilda Lici, experte en droit de l’immigration. Les criminels dans cette affaire risquent la peine maximale pour traite d’êtres humains. Aujourd’hui, grâce aux nombreuses plaintes, les personnes de Sant’Antimo ont obtenu la protection humanitaire et pendant que les poursuites pénales contre les caporaux suivent le long cours de la justice italienne, il existe une procédure civile selon laquelle les travailleurs peuvent récupérer l’argent qu’ils auraient dû gagner s’ils avaient été payés. À certains, on doit plus de 20 000 euros.

« Les différentes formes d’esclavage arrivent maintenant au niveau européen », a déclaré Lorenzo Trucco, avocat et président de l’Association d’études juridiques sur l’immigration. « En ce qui concerne l’Italie, où, autrefois l’exploitation sévissait dans le Sud et où le crime organisé agissait au détriment du droit, aujourd’hui même le Nord, n’est plus à l’abri. Le secteurs agricole et horticole sont les plus « sales », mais récemment le bâtiment et textile sont aussi concernés ».

Pour Trucco, cela ne fait aucun doute : l’augmentation de l’exploitation provient d’un manque de connaissance des droits de l’homme, et cela est particulièrement vrai pour les immigrants. Mais les institutions ne connaissent toujours pas non plus les lois contre la traite des êtres humains. En novembre 2013, l’Italie était encore sanctionnée par la Commission européenne parce qu’elle était en retard en ce qui concerne la directive 36/2011 sur le thème de la traite. Pour Trucco, davantage d’effort devrait être fait par les gouvernements, en récompensant par exemple les entrepreneurs qui, malgré les difficultés économiques se comportent vertueusement

Si on connaît bien la traite des femmes aux fins de prostitution, en fait, aujourd’hui, le même phénomène s’applique également au travail forcé : voyages organisés par les criminels des pays asiatiques et de l’hémisphère sud pour amener les nouveaux esclaves dans les usines occidentales. Comment est-ce possible à Sant ‘Antimo ?

 

29,8 millions de nouveaux esclaves dans le monde

558638-carte-ide-esclavage

Il y a 29,8 millions de nouveaux esclaves, selon l’Indice mondial de l’esclavage de 2013, répartis dans le monde entier. En Ouzbékistan, ils sont contraints par le gouvernement à la cueillette du coton pendant 15 heures par jour en échange d’un salaire de misère. En Inde, ils travaillent dans des fours à briques dans des conditions inhumaines. Au Pakistan, employés à 10 ans déjà comme domestiques. Au Qatar, employés dans les travaux pour la Coupe du Monde de 2022.

Après 150 ans depuis que le Brésil, dernier pays d’Amérique du Sud à avoir aboli la traite transatlantique des êtres humains, l’esclavage continue de prospérer dans de nombreux coins du monde avec des noms et des visages différents : trafic d’êtres humains, travail des mineurs, enfants-soldats.

Les hommes nés en Mauritanie sont des esclaves, où ils peuvent naître seulement pour servir leurs maîtres, parce que leurs parents étaient esclaves et il en sera de même pour les descendants. Pourquoi dans les sables du Sahara, on peut hériter de la condition d’esclave comme d’un nom de famille. Ce sont des gens qui n’ont jamais connu la liberté, ou ils ont dû l’oublier parce qu’ils ont été victimes d’enlèvement ou de tromperie. Ils sont nombreux, mais ils sont à peine visibles parce que l’esclavage moderne n’est pas toujours évident, apparemment il n’est pas violent, et parfois les victimes elles-mêmes, à cause du harcèlement psychologique, n’ont pas la perception de leur état.

Pourtant, il ne manque pas de lois et de conventions internationales qui le condamnent sous toutes ses formes, de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, qui l’interdit sous toutes ses formes comme elle interdit la traite. Une autre convention de 1956 des Nations Unies interdit la servitude pour dettes, qui est encore très répandue en Inde, par exemple la glèbe, le mariage en échange d’argent, l’exploitation du travail ou personnelle des mineurs. Pourtant, en 1957, les Nations Unies ont signé la Convention sur l’élimination du travail forcé, alors que déjà en 1951 était entrée en vigueur la convention pour la répression de la traite des êtres humains et l’exploitation de la prostitution.

En temps de crise économique, la nécessité de travailler peut vous forcer à accepter des conditions de travail indignes et est propice à l’esclavage. Pour l’Organisation internationale du Travail, 90 % des nouveaux esclaves sont à la merci des particuliers ou des entreprises, tandis que 10 % sont à la solde des États autoritaires, des groupes rebelles et des prisons.


Esclaves potentiels

Les femmes forment 55 % des exploités, tandis que les enfants constituent le quart du total. Les esclaves proviennent généralement de régions moins développées ou appartiennent à des groupes socialement exclus. Le travail forcé, par exemple, est étroitement lié au système de castes en Asie du Sud et légitimé par les coutumes traditionnelles et les usages traditionnels. Selon l’organisation Anti-Slavery International, 90 % des personnes soumises au travail forcé proviennent de communautés autochtones ou sont des migrants.

Mais il y a aussi d’autres facteurs strictement sociaux à l’origine de la naissance des formes modernes d’esclavage, et en ce sens, la crise économique est un terrain fertile que les organisations criminelles cultivent avec soin. Il s’agit de la dette. Lorsque l’accès à des ressources légales de crédit n’est pas possible, en effet, les plus pauvres se tournent vers d’autres formes de prêts, allants jusqu’à hypothéquer leur vie. C’est pourquoi l’accès aux services financiers est un aspect crucial de la mobilité sociale, parce que sans lui, une famille moyenne ne peut pas améliorer son mode de vie.


L’esclavage se perpétue dans les chaînes de recrutement mondial

L’OIT estime que les gens contraints au travail forcé perdent au moins 21 ans milliards de dollars par an en salaires impayés et frais de recrutement. Et étant donné que les envois de fonds dans le pays d’origine représentent trois fois le budget de l’aide mondiale aux pays en développement, les gouvernements devraient être motivés pour veiller à ce que les migrations ne soient pas contrôlées par les trafiquants. L’esclavage, en fait, se perpétue dans les chaînes de recrutement mondial, en générant d’énormes profits pour ceux qui les contrôlent et autant de pertes pour les gouvernements qui en sont victimes.

Journaliste italienne