Monde / World
Chine /
06H46 - mercredi 10 juillet 2013

La sécurité alimentaire inquiète les Chinois

mercredi 10 juillet 2013 - 06H46

La cuisine chinoise est très connue pour être délicieuse et sophistiquée. Depuis l’antiquité, les Chinois ont un grand goût pour la cuisine. Ainsi que Confucius le disait : « les aliments ne sont jamais suffisamment raffinés, la viande n’est jamais assez découpée ». Très fiers de leur cuisine, les Chinois se trouvent pourtant dans la panique au sujet de l’alimentation aujourd’hui, à cause des incessants scandales de sécurité alimentaire.

Crédits photo: AFP/Peter Parks.

Crédits photo: AFP/Peter Parks.

Des scandales alimentaires à répétition qui mettent en danger les Chinois

 

En mai, selon le rapport du contrôle qualité alimentaire, presque la moitié du riz en vente dans la province du Guangdong était contaminé par le métal lourd, qui vient des champs pollués. Pour répondre à ce problème, les spécialistes de la santé en Chine ont donné un conseil simple : « Ne pas manger les produits alimentaires de cette même région pendant longtemps ».

« Le riz empoisonné » n’est même pas l’affaire la plus choquante quand il s’agit de la sécurité alimentaire en Chine. Ces dernières années, on constate plusieurs cas scandaleux qui touchent une grande partie de la population chinoise. En 2008, du lait produit par le groupe Sanlu, un des plus grands groupes laitiers en Chine, est signalé « contaminé par de la mélanine ». Plus de 400 nourrissons souffrent de calculs rénaux après avoir bu ce lait, l’un d’eux est mort. Ce qui est pire, c’est que la contamination n’est pas accidentelle. Pour réduire le coût au minimum, le groupe Sanlu a mélangé son lait avec de l’eau, avant de rajouter la mélanine pour réussir à passer le contrôle de la proportion de protéines.

 

Autres scandales, de l’huile recyclée utilisée aux restaurants, la brochette d’agneau fabriquée avec de la viande de souris trempée dans la graisse d’agneau… Tout cela préoccupe beaucoup les Chinois, qui y ont tous les jours accès. Le « snack bar chinois » au bord de la rue, un endroit si convivial et populaire, est maintenant devenu une zone douteuse. De moins en moins de clients le fréquentent, soucieux de la sécurité alimentaire.

Aujourd’hui, « manger propre » est beaucoup plus important que « manger pas cher » ou « manger savoureux » pour les Chinois. Ils préfèreraient les aliments à la couleur « normale » plutôt que « jolie », par crainte des additifs chimiques nocifs. Après le scandale du groupe Sanlu, de plus en plus de Chinois commencent à acheter du lait importé de l’Australie ou de l’Europe, malgré le prix élevé par la taxe et par le marketing qui profite de cette préoccupation répandue.

 

Des réactions politiques contradictoires

 

Face au mécontentement du grand public, le gouvernement chinois ne tarde pas à mettre au jour « la loi de la sécurité alimentaire », mise en œuvre dès juin 2009. Cette loi exige une surveillance stricte et complète, « du champ à la table ». En 2010, trois premiers ministres adjoints et 19 hauts-fonctionnaires ont formé un Comité national afin de régler ce problème des aliments. Néanmoins, ces mesures ne sont pas aussi fructueuses que prévu, à cause de l’inefficacité administrative et de la corruption.

Malgré la ferme résolution du gouvernement montrée au public, les pratiques de l’administration centrale sont différentes. En 2008, le gouvernement a établi plusieurs « centres fournisseurs spéciaux » afin de garantir la meilleure qualité des aliments fournis à la « classe spéciale ». Par ailleurs, l’Administration Générale du sport de Chine interdit aux sportifs de l’équipe nationale de manger de la viande venant de « hors du fournisseur spécial ». Ces pratiques discriminatoires et irresponsables ont entraîné davantage de méfiance du peuple et ont provoqué une nouvelle vague de mécontentement.

 

Le rôle crucial des médias

 

Sur le sujet « sécurité alimentaire », les médias jouent un rôle très important. Grâce à la révélation médiatique, tout le monde y prête grande attention, d’autan plus que le problème est tellement répandu et personne ne peut y échapper. Chaque affaire révélée provoque sans exception de grands débats dans l’opinion publique, et la confiance du peuple vis-à-vis des producteurs alimentaires nationaux s’est presque effondrée. Nombre d’entreprises alimentaires connues depuis une centaine d’années font faillite, mais certaines d’entre elles ont réussi à « faire taire » les journalistes par tous les moyens et à tout prix.

 

A partir des années 1980, l’économie chinoise a montré une tendance libérale, mais la législation n’est pas arrivée à s’y adapter à temps. Aussi, on peut constater, pendant cette période, plusieurs lacunes législatives, dont les entreprises profitent pour faire fortune de manière immorale – mais non illégale. Il est dommage de voir que l’immoralité dans le domaine commercial croit de manière aussi remarquable que la croissance économique chinoise.