Monde / World
Asie /
13H00 - dimanche 23 septembre 2012

Le Laos manque de sage-femmes pour atteindre les Objectifs du Millénaire

dimanche 23 septembre 2012 - 13H00

Le Laos a besoin de plus de sage-femmes et d’un meilleur accès aux soins. Sinon, le pays ne sera pas en mesure d’atteindre le taux de mortalité maternelle de 260 pour 100 000 qu’il s’est fixé pour 2015 dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) de l’ONU. Selon le fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), plus de deux Laotiennes meurent chaque jour de complications liées à la grossesse ou à l’accouchement, l’un des taux les plus élevés en Asie du Sud-Est.

Il n’existe actuellement que 300 postes de sage-femmes au Laos, pour une population de 6,5 millions d’habitants. Beaucoup d’entre elles manquent de pratique ou sont insuffisamment formées pour aider efficacement les femmes enceintes. De plus, le personnel médical est mal réparti sur le territoire, et les nouveaux diplômes sont réticents à s’installer dans les campagnes, là où les besoins sont les plus criants. « Il n’y a pas assez de sage-femmes dans les campagnes », a récemment déclaré Sally Sakukhu, membre de l’unité de santé maternelle et néo-natale de l’UNFPA dans les colonnes du journal Vientiane Times. « Dans ces régions, 5% des femmes enceintes trouveront la mort en donnant la vie », a-t-elle précisé. Pour remédier à ces problèmes, le gouvernement laotien prévoit d’augmenter les effectifs des dispensaires ruraux. Il a également accru les financements en vue de la création de 15 000 postes de sage-femmes.

Mais le manque de personnel n’est pas la seule cause du taux de 300 décès pour 100 000 naissances encore observé au Laos. Selon Sally Sakukhu, les traditions particulières à certaines groupes ethniques, l’incapacité de faire face au frais médicaux et la malnutrition contribuent aux taux plus élevés de mortalité maternelle dans les campagnes.

Yannick Le Bars