Monde / World
France /
05H06 - jeudi 20 septembre 2012

« Oui au droit de vote des étrangers en France » : entretien avec Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes et porte-parole du gouvernement français

jeudi 20 septembre 2012 - 05H06

Madame la Ministre, 75 députés socialistes ont demandé solennellement que la procédure constitutionnelle menant au droit de vote des étrangers aux élections locales soit lancée au plus vite. D’autres responsables de la majorité, comme votre collègue de l’Intérieur, Manuel Valls, sont très réservés. Quelle est votre position ?

Je suis clairement favorable à ce que la proposition n°50 du candidat François Hollande aboutisse et je comprends la démarche de ces 75 députés. La France marquera là un geste d’intégration plus fort que de longs discours. D’autres pays ont déjà appliqué cette mesure et il va dans le sens de l’histoire de notre pays que ce droit entre enfin en application. Procédure parlementaire avec le Congrès ? Référendum ? L’essentiel est qu’un débat serein permette d’y aboutir, j’en suis convaincue.
 

Le monde arabe s’enflamme contre des représentations et des caricatures du Prophète. Peut-on rire de tout ?

Bien sûr que non. Ceci dit, le film américain qui a mis le feu aux poudres, ce n’était pas de l’humour. Je suis très attachée à la liberté d’expression autant qu’au respect d’autrui. Le tout est de faire preuve de responsabilité.
Vous êtes une femme et vous êtes jeune. Deux raisons de défendre une conception stricte du non-cumul des mandats qui concernerait de nombreux parlementaires ?

Effectivement, je pense qu’un renouvellement régulier du personnel politique est bon pour notre pays. La France est en retard en matière de représentative des femmes, des personnes issues de la diversité. La France politique doit mieux correspondre à nos concitoyens.
Vous êtes ministre des droits des femmes. Quelles sont vos priorités ?
Nous avons fait voter en urgence une loi sur le harcèlement sexuel. Mais la priorité va aller dans les mois qui viennent à l’égalité professionnelle. La France est très en retard en la matière : inégalités de salaires, postes subalternes…., ce sera notre chantier prioritaire.
propos recueillis par Michel Taube