Human Rights
Europe /
12H09 - vendredi 24 février 2012

Expulsion de Roms en Albanie : 3 questions à Melanie Anderson d’Amnesty International

vendredi 24 février 2012 - 12H09

Le 23 janvier dernier 2012,  les autorités albanaises ont contraint 36 familles Roms à quitter un terrain vague de Tirana sur lequel elles logeaient, les mettant à la rue, sans leur proposer de solution de logement.

 

Ces familles, qui ont déjà été expulsées de différents lieux ces derniers mois, ont démonté leurs abris pour les protéger des bulldozers. 16 familles s’y sont réinstallées depuis, et risquent une nouvelle expulsion. D’autres ont fuit les lieux et certaines ont trouvé refuge auprès du Défenseur du peuple. Amnesty International (AI) a exhorté le gouvernement albanais à fournir des logements durables à ces familles, mais celui-ci se contente, pour l’instant, de trouver de solutions  temporaires.

 

Pourquoi le gouvernement albanais a-t-il décidé d’expulser les familles Roms du terrain du lac artificiel à ce moment de l’année, alors que les températures sont négatives ?

Nous n’avons pas d’informations spécifiques sur la raison pour laquelle les autorités ont souhaité évacuer les Roms du site du lac artificiel. Ces expulsions sont contraires au doit international. Les principes directeurs des Nations unies sont clairs concernant les expulsions forcées et la réinstallation. Ils les interdisent expressément en cas de climat rude.

 

 

En 2003, le gouvernement a pourtant annoncé la mise en place  d’une  « stratégie nationale pour l’amélioration des conditions de vie » des Roms, en vue d’éliminer les conditions favorisant la discrimination à leur égard et de régler les problèmes liés à leur situation socio-économique. Est-elle restée lettre morte ?

Peu d’informations sont disponibles quant à la réalisation concrète de ces objectifs. Selon le ministère des Travaux publics, pour la première fois en 2008, 30 millions de leks albanais ont été attribués pour la réalisation de projets « d’amélioration des conditions de logement » de la communauté Rom. Dans ce cadre, 4 municipalités et 1 commune, qui ont présenté un projet concret, se sont vues attribuer des financements.

Selon les déclarations récentes de l’ambassadeur de l’Albanie à l’UE, Ettore Sequi, l’Union européenne a alloué 1,5 million d’euros d’aide financière à l’amélioration de la situation des Roms en Albanie.

 

Quel rôle a joué le Défenseur du peuple dans ce contexte ?

Le Défenseur du peuple (Ombudsperon) a pu héberger 8 familles. Elles ont logé directement dans ses locaux pendant au moins une semaine. Il s’est assuré qu’elles bénéficient d’aide alimentaire et d’assistance médicale. Le Défenseur a également rejeté différentes solutions temporaires proposées par le gouvernement. Il a fait pression sur les autorités compétentes pour que des logements permanents et adéquats soient fournis aux familles roms. Son intervention, très relayée dans les media albanais, a contribué à sensibiliser la population aux problèmes auxquels est confronté la communauté Rom.

 

http://www.osce.org/albania/21232

http://www.romadecade.org/files/downloads/13th%20ISC/Albania%20Country%20Report.pdf

 

propos recueillis par Carine Dréau