Edito
12H12 - jeudi 14 décembre 2023

Et la COP 28 sauva l’industrie du pétrole… et la planète. Enfin pas tout à fait ! L’édito de Michel Taube

 

Entre la COP1 organisée à Berlin en 1995 et la COP 28 de Dubaï, en passant par la célèbre 21 à Paris, les émissions annuelles de CO2 ont augmenté de plus de 50% au niveau mondial. Est-ce à dire que les bonnes paroles, la bonne volonté affichée des États et les congratulations autour d’objectifs de réduction d’émission de gaz à effet de serre, aussi éloignés que non contraignants, ne marchent pas ?

Certainement, puisque ces objectifs ne sont JAMAIS tenus, et personne n’est dupe : il y a une grande part de communication politique dans ces grand-messes annuelles organisées par l’ONU Climat qui réunissent tous les dirigeants de la planète ou leurs représentants.

Au cœur de ce théâtre d’apparences, la COP 28, présidée par Sultan Al-Jaber, par ailleurs CEO de ADNOC (PDG de la principale compagnie pétrolière des Emirats Arabes Unis) est incontestablement un tournant. La COP 28 marque un retour des peuples au premier plan. Or, on ne sauvera pas l’humanité contre les peuples.

Officiellement, un compromis entre les 200 pays participants – qui doivent être en quelque sorte unanimes puisqu’aucun ne doit s’y opposer formellement pour qu’un accord puisse être annoncé – a été arraché : une concession sémantique a été faite aux pays pétroliers puisque l’accord ne prévoit plus la « sortie » mais la « transition vers la sortie » des énergies fossiles. 

En échange, sont désormais expressément cités le « pétrole » et le « gaz », au rang des énergies fossiles et au côté du « charbon » qui était déjà mentionné dans les précédentes COP.

Certains sujets ont fait l’objet de longues discussions et d’une communication abondante. Ils ont marqué les esprits : la sortie du charbon, le développement du nucléaire, la protection des forêts primaires. Des progrès concrets ont-ils été réalisés sur ces points ? Difficile à dire : la réalité d’une COP, c’est beaucoup d’enfumage.

En réalité, les débats se sont subtilement déplacés et ont vu l’apparition d’une notion qui est déjà devenue fondamentale celle d’« unabated fossil fuel », qui pourrait être traduire en français par « énergies fossiles… carbonées » !

Ce qui se cache derrière ce pléonasme ? L’existence d’énergies fossiles… décarbonées ! Et c’est tout l’avenir des producteurs de pétrole et de gaz de la planète – mais aussi de charbon ! – qui s’éclaircit. Les nuages qui semblaient les condamner à terme, se trouvent soudain dissipés, et la voie est ouverte aux technologies de capture et de stockage du CO2 qui, pour prometteuses qu’elles soient, n’en sont encore qu’à leurs balbutiements.

Les conclusions de la COP28 font déjà hurler les écologistes radicaux.

Non, cette COP est peut-être passée à côté d’un défi plus ambitieux qui aurait eu le mérite d’être moins hypocrite dans ses conclusions : assumer une politique mondiale du mix-énergétique, c’est-à-dire de la variété proportionnée des sources d’énergies dont nous aurons besoin demain.

Oui, la sobriété, l’isolation des bâtiments, le développement des énergies renouvelables, le nucléaire sont nécessaires et indispensables. Mais l’abandon total des énergies fossiles ressemble de plus en plus à une coûteuse utopie de bobos, dont la facture serait payée par les plus modestes. La voiture électrique n’est pas la panacée universelle ! Nous en voulons pour preuve que nous n’avons jamais autant produit et consommé de pétrole à l’échelle de la planète et que le “pic” de consommation des énergies fossiles, qu’on nous annonce depuis des décennies, semble s’éloigner à mesure que l’on croit s’en rapprocher. 

Enfin, le pétrole et le gaz représentent pour un grand nombre de pays parmi les plus pauvres le seul espoir de prospérité. Et ils ne sont pas du tout prêts à y renoncer. D’ailleurs, la COP28 avait commencé sur un compromis : la création d’un Fonds mondial de solidarité avec les pays du Sud qui subissent les conséquences du réchauffement climatique plus qu’elles ne l’ont provoqué. Ce fonds “pertes et dommages” a pour l’heure reçu plusieurs centaines de millions de dollars de promesses de dons de la part des pays riches. Les pays bénéficiaires saluent l’avancée… tout en rappelant qu’ils estiment leurs besoins à 100 milliards de dollars par an.

D’ici 2050, un tiers de la planète risque d’être inhabitable. Si la COP 28 aura sauvé l’industrie pétrolière, devrons-nous à un émir du pétrole d’avoir placé la planète sur les bons rails de la transition écologique ?

Déjà le grand Accord de Paris de la COP21 en 2015, resté dans l’histoire comme la COP la plus décisive, n’a même pas su freiner le réchauffement de la planète bien au-delà des 1,5°C.

Peut-être que le mieux serait que la COP28 reste dans l’histoire comme la dernière COP plutôt que de préparer les COP29 en Azerbaïdjan et COP30 au Brésil. Il est peut-être temps d’en finir avec les grandes messes et les vaines promesses ! Et vive le mix énergétique du sauve-qui-peut !

 

Michel Taube

 

Directeur de la publication

Apocalypse Now. Le billet estival de Michel Taube

Pour beaucoup d’Américains, Donald Trump est comme un démiurge de l’Amérique, un dieu vivant. « Je devrais être mort » a lancé l’ancien et probable prochain président des Etats-Unis. « Un miracle ! » a sermonné…
Michel Taube

Réinventons le 14 juillet ! L’édito de Michel Taube

Chaque année le défilé du 14 juillet voit défiler les troupes militaires et les forces de sécurité devant le Président de la République, le gouvernement (même démissionnaire) et les corps constitués. L’armée…
Michel Taube