La chronique de Daniel Salvatore Schiffer
09H31 - samedi 11 novembre 2023

Les nymphéas sublimés de Nadine Dewit. Un art majeur et une magnifique exposition. La chronique de Daniel Salvatore Schiffer

 

C’est une splendide série de vingt tableaux, les uns plus beaux que les autres, que l’artiste-peintre Nadine Dewit donne actuellement à voir jusqu’à ce 19 novembre 2023 lors d’une exposition intitulée « Nymphéas – Variations » à la galerie d’art « Cell 10b Art Gallery » de Liège (10, quai de Gaulle) en Belgique.

 

L’ART SUBLIME DE LA LIBERTE ET DE L’ENGAGEMENT

Pour accompagner dignement cette superbe, mais aussi très élégante, exposition, je me suis d’ailleurs employé à écrire le substantiel texte, axé sur la philosophie de l’art, inséré dans l’importante et belle monographie en couleurs, intitulée précisément « Nadine Dewit – L’art sublime de la liberté et de l’engagement », que les Editions Samsa (Bruxelles) publient, magnifiquement bien, à cette occasion.

Car, de fait, c’est sur mon analyse du « sublime », ainsi que sur l’innovant concept de « métaesthétique » que j’ai forgé il y a un peu plus d’une dizaine d’années déjà dans un de mes précédents ouvrages – livre, publié aux Editions L’Âge d’Homme en 2012, ayant pour titre « Du Beau au Sublime dans l’Art – Esquisse d’une Métaesthétique  –, que je me suis basé principalement, tant sur le plan théorique qu’esthétique, pour rédiger cette introduction à l’œuvre artistique, mais aussi humaine, de Nadine Dewit.

 

A LA CROISEE DE TROIS COURANTS ARTISTIQUE MAJEURS DES XIXe ET XXe SIECLES

Ainsi, croire que ces nymphéas de Nadine Dewit ne seraient qu’une nouvelle interprétation des célébrissimes « nymphéas » de Claude Monet, l’un des maîtres de l’impressionnisme, serait une erreur, malheureuse conséquence d’une analyse superficielle et à courte vue. Certes, cette grande et belle artiste peintre qu’est Nadine Dewit s’en est-elle inspirée au départ, mais justement : au départ seulement ! Car, soucieuse de ne pas s’arrêter en si bon chemin dans sa propre création artistique, et souhaitant donc se projeter bien au-delà, tant sur l’exigeant plan formel que stylistique, sinon au niveau du contenu même, c’est à la croisée de deux autres et ultérieurs courants artistiques majeurs, à la charnière des XIXe et XXe siècles – l’expressionisme (avec des peintres aussi intenses que Kirchner, Nolde, Kandinsky, Munsch, Kokoschka, Macke ou Franz Marc) et le fauvisme (avec des artistes aussi grandioses que Matisse, Derain, Vlaminck, Van Dongen, Gauguin, Soutine et, d’une certaine manière, Cézanne ou même, par certains traits, son cher Van Gogh) – que l’œuvre de Nadine Dewit se situe en réalité et, davantage encore, en profondeur ! 

 

LE LUMINEUX GENIE DE L’ART MODERNE ET CONTEMPORAIN

Mais c’est là, encore, trop peu dire. Car ce vers quoi tend, en dernière analyse, l’œuvre picturale de Nadine Dewit, c’est, réinterprété là de manière très personnelle, l’abstraction telle qu’elle se décline le plus majestueusement, et avec une extrême sensibilité, au niveau de l’art moderne et contemporain en ce qu’il a de plus noble, prestigieux et génial tout à la fois : du merveilleux quoique tragique Nicolas de Staël au sombre et pourtant paradoxalement lumineux Pierre Soulages, en passant par les fascinantes toiles, à la fois denses, puissantes et épurées, de Rothko ou Hantaï.

A voir donc impérativement, et de toute urgence, cette magistrale exposition, portant l’évocateur et très significatif titre de « Nymphéas – Variations », de la belle, flamboyante et captivante Nadine Dewit, assurément l’une des artistes peintres aujourd’hui les plus talentueuses, à la fois représentatives et surprenantes, y compris au niveau international, de l’art moderne et contemporain.

Bref : du grand art !

 

DANIEL SALVATORE SCHIFFER

Philosophe, écrivain, professeur d’esthétique et de philosophie de l’art à l’Instit Royal Supérieur d’Histoire de l’Art et d’Archéologie de Bruxelles (IRSHAAB), auteur d’une quarantaine de livres, dont, tout récemment, la monographie intitulée « Nadine Dewit – L’art sublime de la liberté et de l’engagement » (Editions Samsa).

Hommage à Alexeï Navalny : la liberté assassinée

Ainsi, vient-on d’apprendre, ce 16 février 2024, la mort, à l’âge de 47 ans seulement, dans une prison – portant la sinistre appellation de  « loup polaire », où il purgeait une peine carcérale…