Edito
09H56 - samedi 23 septembre 2023

Les deux corps du pape. L’édito de Michel Taube

 

François est à la fois le chef de l’Eglise catholique de Rome et un chef d’Etat pas comme les autres : deux corps du pape pour paraphraser le célèbre titre du livre d’Ernst Kantorowicz « Les Deux Corps du roi ».

Le pape est donc à Marseille pour les Rencontres Méditerranéennes qui réunissent dans la Cité phocéenne 120 jeunes de toutes confessions et religions et des évêques catholiques venus des 30 pays du pourtour de la Mare nostrum. 

La seule et unique raison de la visite du pape François à Marseille est connue : la France, l’Europe devraient selon lui accueillir à bras ouverts les migrants en provenance d’Afrique et du Moyen-Orient. 

Or rarement visite papale aura mis sous tension les deux corps de ce monarque singulier.

Côté pile, côté coeur, côté doctrine sociale de l’Eglise (fortement contestée parmi de nombreuses chapelles de la chrétienté), le pape ne va pas manquer de répéter le sermon déjà délivré hier devant le mémorial dédié aux marins et migrants perdus en mer de Marseille : « Nous ne pouvons plus assister aux tragédies des naufrages provoqués par des trafics odieux et le fanatisme de l’indifférence. Les personnes qui risquent de se noyer, lorsqu’elles sont abandonnées sur les flots, doivent être secourues. C’est un devoir d’humanité, c’est un devoir de civilisation ».

Côté face, côté raison d’Etat, l’homme d’Etat a le jeu facile : si quelques centaines de migrants demandaient à s’installer sur le sol du Vatican, comment réagiraient les cardinaux, la Garde suisse pontificale qui tiennent lieu à la fois de police et d’armée ? Ce n’est pas le Vatican qui a la lourde et souvent impossible mission d’intégrer des centaines de milliers de migrants étrangers aux valeurs françaises : allez par exemple expliquer la laïcité à un migrant afghan nourri au sein de la charia…

La visite du pape pose problème : pendant son séjour, François ne va pas manquer d’exercer un chantage émotionnel où, sous le noble prétexte de sauver des vies humaines, les portes fragiles et déjà largement entrouvertes de l’Europe risquent de céder sous la pression de centaines de milliers de migrants. Angela Merkel nous avait fait le coup en septembre 2015, provoquant un flot d’un million de migrants que les Etats européens, à commencer par l’Allemagne, ont le plus grand mal à assimiler. 

François s’était rendu à Lampedusa en 2013 pour son premier voyage papal. A Marseille aujourd’hui, la tragédie des migrants est toujours à la Une de son agenda “politique”.

 

Mais revenons en France. 

Près de 500 ans après la dernière visite papale à Marseille, le déplacement de François est aussi le premier d’un pape en France depuis Benoît XVI en 2008. 

La présence d’Emmanuel Macron à la messe qui sera donnée dans le Stade Vélodrome est bêtement contestée par Jean-Luc Melenchon.  

François a beau dire qu’il se rend à Marseille et non en France. Il n’en demeure pas moins qu’il rend visite à la fille aînée de l’Eglise catholique. Certes, arrivée à l’âge adulte, celle-ci s’est émancipée de sa bonne mère, en deux temps, à partir du Siècle des Lumières et plus particulièrement de la révolution de 1789, puis de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat en 1905. Mais la France reste en son tréfonds un pays épris de spiritualité marquée par le dogme catholique. Le jacobinisme centralisateur de l’Etat n’y est par exemple pas étranger.

La relation d’Emmanuel Macron à l’Eglise catholique est aussi complexe que la place de la foi dans ses convictions les plus intimes. La fameuse doctrine du “en même temps” du président de la République pourrait être notamment le fruit d’une torture intérieure où se combattent la foi, l’héritage de la France chrétienne et la raison, l’esprit critique et une modernité déracinée ? Lors de son discours aux Bernardins en novembre 2018, puis dans un long entretien dans L’Express, c’est un président emprunt de ce que nous appelerons une forme de christicisme qui était apparu. 

Les vents de Marseille et l’omélie papale inspireront-ils la doctrine du président de la République pour faire voter en cet automne naissant une juste loi sur l’immigration ?

 

Michel Taube

Directeur de la publication

Bonne fête à toutes les mamans !

C’est la première année sans ma mère. Elle va me manquer tout au long de cette journée festive et je ne pourrai plus lui offrir une rose. Si son absence sera probablement…