Edito
08H15 - mercredi 20 septembre 2023

Violences policières ? La manifestation du 23 septembre doit être interdite. L’édito de Michel Taube

 

“Marche unitaire contre la répression” ?

L’appel à manifester le 23 septembre prochain partout en France lancé par une cinquantaine d’organisations, dont les Insoumis et EELV Europe Ecologie les Verts, – mais notons sans le PCF ni le PS -, est un appel à l’insurrection, un trouble majeur contre l’ordre public et un pied-de-nez aux habitants des 355 communes qui ont été ensanglantées par des émeutes fin juin et début juillet.

Cet appel est scandaleux : il commence par instrumentaliser le nom de Nahel non seulement à des fins politiques mais pour expliquer sa mort par un soi-disant racisme systémique. C’est véritablement mettre le feu aux poudres car c’est adresser à tous les jeunes des quartiers, souvent issus de la diversité et/ou de confession musulmane, le message suivant : “vous êtes les cibles de l’Etat, de la police, de la France”. D’ailleurs, dans les pays arabes et en Afrique, le message a couru, via les réseaux sociaux et les boucles Whatsapp et autres, que Nahel a été dûment assassiné parce qu’il était Arabe.

Ce rassemblement des “populations racisées” (ce sont les termes dégueulasses employés par les organisateurs de la manifestation qui voudraient empoisonner de leur wokisme américanisé la culture française universaliste qui conteste l’existence même des races) vise à déstabiliser l’Etat de droit en dressant les jeunes contre les forces de l’ordre, alors que tout devrait être fait pour leur inculquer le respect des autorités, parentale, scolaire ou publique. Car non la police ne tue pas !

La France vit dans un climat insurrectionnel que les émeutes de fin juin et début juillet ont mis en lumière tel un incendie masssif. La haine de la police est devenue le cri de ralliement des damnés de la terre en France, dont le porte-parole et le concepteur en chef, puisqu’il sort prochainement un livre sur l’insurrection prétendument citoyenne, est Jean-Luc Mélenchon. 

Or, Emmanuel Macron en a-t-il vraiment pris la mesure, nous ne sommes pas encore sortis du tremblement de terre de ces émeutes. La braise couve encore et attiser le feu en manifestant contre la police, contre un pseudo racisme d’Etat, c’est menacer la République.

Non, il n’y a pas de “violences institutionnelles et systémiques, notamment policières”.

Chaque liberté fondamentale est doublement encadrée, tout d’abord par la loi (c’est la Déclaration “française” des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui le stipule en chacun de ses articles). Ensuite tant qu’elle ne nuit pas aux autres libertés qui nous protègent. La liberté de manifester n’est pas absolue, surtout lorsqu’elle vise à semer l’insurrection violente contre la société et qu’elle trouble l’ordre public.

Nous demandons donc à Gérald Darmanin de faire interdire ce rassemblement.

Sinon nul doute que nous serions des centaines, des milliers à nous rassembler le 23 septembre pour dire notre indignation.

 

Michel Taube

 

Derniers éditos : https://www.opinion-internationale.com/rubrique/edito-de-michel-taube

 

paru le 24 août 2023 et mis à jour le 20 septembre 2023

Directeur de la publication

Bonne fête à toutes les mamans !

C’est la première année sans ma mère. Elle va me manquer tout au long de cette journée festive et je ne pourrai plus lui offrir une rose. Si son absence sera probablement…