Edito
06H00 - vendredi 1 avril 2022

Ceci n’est (peut-être) pas un poisson d’avril… L’édito de Michel Taube

 

Ce 1er avril 2022 rentrera dans l’histoire.

7h du matin. Après quinze jours de pluies diluviennes, de nombreux cours d’eau débordent. A Paris, la crue de la Seine dépasse largement celle de 1910. Les premiers vents de la tempête Staline (nom que lui ont donné les météorologues) ont atteint dans la nuit la côte Atlantique. 250 km/h avec des rafales à 300. Staline traverse la France et ravage tout sur son passage.

8h Vladimir Poutine annonce la coupure de toute livraison de gaz et de pétrole à l’Europe et la reprise des combats dans la région de Kiev. Le litre d’essence franchit la barre des 4 euros et l’inflation sur le seul mois d’avril est pronostiquée à + 15% par plusieurs Observatoires de la vie économique.

9h. A l’ouverture, la Bourse s’effondre et les transactions sont interrompues. Les taux d’intérêt flambent.

10h. Les patrons du MEDEF et de la CPME publient un communiqué de presse annonçant une vague de licenciements et de faillites dans des dizaines de milliers d’entreprises, prises à la gorge par l’explosion des coûts intermédiaires.

11h. Emmanuel Macron prend la parole et annonce un nouveau plan « quoi qu’il en coûte » massif, historique.

12h. A la surprise générale, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon convoquent une conférence de presse commune et lui répondent immédiatement : « nous vous avions prévenus ! ». Et ils annoncent « une alliance dictée par les événements, pour sauver la planète et la France » pour le premier tour de l’élection présidentielle, en même temps que le retrait de Yannick Jadot qui sera le premier ministre de Mélenchon en cas de victoire.

14h. Dans plusieurs communes de France, des commandos islamistes sèment la terreur : transports en commun, centres commerciaux, centres-villes, musées et même écoles. De l’arme blanche à l’explosif en passant par la mitraillette, tout est bon pour tuer. Bilan provisoire en fin de journée : plus de mille morts, des milliers de blessés.

20h. Le ton grave et le visage fermé, Emmanuel Macron prend la parole et annonce une lutte sans merci contre le djihadisme, « quoi qu’il en coûte ».

20h30. A la surprise générale, Éric Zemmour et Marine Le Pen convoquent une conférence de presse et lui répondent « nous vous avions prévenus ! ». Tous deux annoncent « une alliance dictée par les événements, pour sauver la France », dès le premier tour de l’élection présidentielle, en même temps que le retrait de Marine Le Pen qui sera le premier ministre d’Éric Zemmour en cas de victoire.

Dans les jours qui suivent, des manifestations violentes se multiplient, dans les banlieues, dans les centres villes. Les Champs-Élysées sont dévastés.

10 avril 2022, 20h : Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour sont largement qualifiés pour le second tour de l’élection présidentielle. Emmanuel Macron annonce son retrait de la vie politique.

 

Michel Taube

Directeur de la publication

Refonder ? L’édito de Michel Taube

Emmanuel Macron, comme tout bon communiquant, a l’art d’abuser des mots : il promit la « révolution » en 2016 dans son livre de candidat à l’élection présidentielle. Voici qu’il lance demain le Conseil National…
Michel Taube