Edito
12H15 - mercredi 30 mars 2022
France

Je t’abats (rituellement) moi non plus : l’autre clivage de cette présidentielle ! L’édito de Michel Taube

 

Ils sont quelques candidats à l’élection présidentielle, Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, à s’être prononcés contre l’abattage rituel sans étourdissement. Serait-il soucieux de prendre le contrepied de sa rivale du RN, Éric Zemmour répond qu’il ne veut pas interdire la viande hallal et casher. C’est à y perdre son gaulois !

Nathalie Arthaud, Philippe Poutou et Nicolas Dupont-Aignan se sont également prononcés pour l’interdiction de l’abattage rituel sans étourdissement. Fabien Roussel, Anne Hidalgo et Valérie Pécresse marchent dans les pas silencieux d’Emmanuel Macron : pas de vague !

Comme le souligne l’association L214, « opposer par principe « abattage religieux » et « étourdissement » en ignorant que l’étourdissement est accepté dans certains pays majoritairement musulmans (comme l’Indonésie ou la Jordanie), et que des personnalités des communautés juives et musulmanes y sont favorables, ne favorise pas le dialogue et l’évolution vers des règles d’abattage qui rendraient l’étourdissement systématique. »

Personne ne peut suspecter L214 de complaisance avec la souffrance animale. D’ailleurs, comme ses vidéos en caméra caché l’ont démontré, l’élevage industriel est une telle source de souffrance pour ces animaux doués de sensibilité que l’abattage en devient une délivrance. D’autres images ont montré des animaux dépecés vivants, sans être étourdis, pratiques qui devraient conduire derrière les barreaux les commanditaires comme les exécutants d’une pareille barbarie.

En février, un sondage Ifop pour la Fondation Brigitte Bardot indiquait que 90 % des sondés sont pour l’obligation de l’étourdissement avant abattage, qu’il soit ou non rituel. Plusieurs pays européens, comme la Suisse, la Belgique, l’Autriche, la Suède, l’Islande, le Danemark, la Slovénie ou la Grèce interdisent l’abattage rituel sans étourdissement.

Pourquoi serait-ce impossible en France ? A cause de l’importance des communautés juive et surtout musulmane ? La loi du nombre, toujours !? Serait-ce vécu comme une provocation inutile ? Or c’est contre la maltraitance animale qu’il faut lutter, à tous les niveaux, et en particulier là où elle est le plus massive : l’élevage et l’abattage industriels, ce dernier devant être strictement interdit sans étourdissement préalable, sans qu’il soit nécessaire d’évoquer le rite religieux des uns ou des autres.

Voulons-nous oui ou non vivre dans un monde sécularisé où la loi biblique ne saurait supplanter la loi laïque ? C’est aux religieux de s’adapter et non aux sociétés civiles. Or s’agissant de l’abattage rituel cher aux musulmans et aux juifs, théologiquement convaincus qu’il faut saigner la bête avant de la consommer, il est contestable de penser dogmatiquement que l’étourdissement préalable soit contraire à leurs commandements religieux.

Evidemment, les orthodoxes juifs et musulmans considèreront peut-être que l’étourdissement est incompatible avec les textes saints. Il leur faudra pratiquer quelque exégèse dont on espère que la conclusion sera que lesdits textes n’exigent pas formellement que l’animal assiste dans la panique et l’effroi à sa propre agonie.

Soyons optimistes et faisons leur confiance ! Mais dans cette attente c’est à une société laïque et sécularisée d’imposer sa loi, en l’occurrence celle de la cause animale.

 

Michel Taube

Directeur de la publication

Refonder ? L’édito de Michel Taube

Emmanuel Macron, comme tout bon communiquant, a l’art d’abuser des mots : il promit la « révolution » en 2016 dans son livre de candidat à l’élection présidentielle. Voici qu’il lance demain le Conseil National…
Michel Taube