Edito
06H44 - lundi 18 octobre 2021

Nous sommes tous Astérix ! L’édito de Michel Taube

 

Il est de retour le 21 octobre dans toutes les librairies du monde ! « Astérix et le Griffon » est la cinquième collaboration de l’auteur Jean-Yves Ferri et du dessinateur Didier Conrad. Mais cet album sera le premier sans la présence du fabuleux Albert Uderzo, décédé le 24 mars 2020.

 

Astérix est un monument national, l’incarnation du meilleur de ce qui fait la France : généreuse comme le festin qui clôture chaque album, attachée à la justice et à la résistance comme tout le village d’irrésistibles Gaulois, créative comme les potions du druide, belle comme Falbala qui fait chavirer les cœurs.

 

Avec un succès mondial jamais démenti, nous avons tous les deux ans le sentiment que nous descendons tous des Gaulois !

 

Certes, à l’époque, Rome était déjà un empire quand la Gaule était encore sauvage et Lutèce un grand village. Promenez-vous dans Rome et Paris, deux des plus belles villes du monde, on sent dans la capitale italienne qu’un millénaire de plus nous contemple.

 

Depuis vingt ans et la création d’Ensemble contre la peine de mort, nous avons imaginé un scénario pour un prochain album d’Astérix : le barde Panoramix serait arrêté et encourrait la peine de mort. En appel, Astérix viendrait plaider sa cause, assisté par un jeune avocat Badinterolix. Échec, condamnation à mort. C’est Jules César en personne qui gracierait le brave pour avoir la paix en Gaule. Et il ferait graver sur ses mémoires : « tiens, un jour, il faudra bien qu’on en finisse avec cette justice qui tue ».

 

En attendant, nous sommes tous Astérix.

 

Michel Taube

Directeur de la publication

Refonder ? L’édito de Michel Taube

Emmanuel Macron, comme tout bon communiquant, a l’art d’abuser des mots : il promit la « révolution » en 2016 dans son livre de candidat à l’élection présidentielle. Voici qu’il lance demain le Conseil National…
Michel Taube