Edito
08H52 - mardi 20 juillet 2021

Antivax : les nouveaux fachos ?

 

D’une part, chacun sait que la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. D’autre part, le respect et la protection des minorités n’autorisent pas ces dernières à imposer leur dictat. La soumission à une minorité, telle est la caractéristique de l’autocratie, de la dictature, un terme que les antivax se sont grossièrement appropriés.

Toutefois, dans une démocratie, toute restriction aux libertés individuelles doit être proportionnée à la nécessité. Oui ou non notre couverture vaccinale permet-elle d’assurer la liberté de tous de vivre normalement, d’aller au restaurant, au cinéma, au concert, dans un magasin, en vacances… sans risque de tomber malade, voire de mourir? Après tout, si le vaccin était efficace à 100 %, une personne vaccinée ne devrait avoir aucune peur de croiser des non-vaccinés, lesquels devraient être libres de leur choix.

Hélas, l’évolution épidémiologique au niveau de la planète démontre les limites et les dangers de ce scénario. Si l’on ne parvient à éradiquer le Covid-19 à l’échelle nationale, ce qui implique aussi un strict contrôle aux frontières, le risque d’une flambée épidémique perdurera tant qu’on ne s’approchera pas d’une immunité collective, que seule la vaccination permet d’atteindre. Vivre avec le virus, comme le pensait naguère le président de la République, est un pis-aller, et non un objectif, car cela implique des privations de liberté et des dégâts à l’économie autrement plus importants que ceux résultant du passeport sanitaire ou d’une obligation vaccinale. Si celle-ci est la condition de ce retour à la normalité, il faudra l’imposer, tout comme on impose déjà onze vaccins aux nouveau-nés (sans parler du vaccin contre la fièvre jaune pour se rendre en Guyane), une obligation admise et encouragée dans le monde, y compris par la Cour européenne des droits de l’Homme, avec pour conséquence qu’une fronde du Conseil d’État ou du Conseil constitutionnel contre les mesures gouvernementales serait irresponsable.

Les antivax sont souvent aussi contre le masque et les autres gestes barrières, contre les jauges, les mesures de couvre-feu et de confinement qui ne peuvent se justifier qu’en cas d’extrême nécessité. Les masques, précisément, sont tombés dès les premières manifestations contre le passeport sanitaire : extrême droite, extrême gauche, gilets jaunes radicaux, individus violents, comparaison obscène avec la Shoah et l’apartheid… Nous sommes loin de l’inquiétude légitime devant un vaccin que ces individus nous présentent comme un saut dans l’inconnu. Avec deux milliards de vaccinés en près d’un an, cet argument n’est guère pertinent, d’autant plus que l’ARN messager n’est pas en soi une technique si nouvelle et qu’il existe des vaccins anti-covid plus traditionnels. Il est incroyable que certains puissent sincèrement croire que le vaccin contre le Covid nous transformera en zombies contrôlés par les gouvernements grâce à la 5G. Les réseaux sociaux sont un outil de diffusion de la bêtise et de l’irrationalité, comme le pense d’ailleurs le président américain Joe Biden qui a donné vendredi une leçon de morale à Facebook. La terre n’est décidément pas ronde pour tout le monde!

Si le pass sanitaire, donc le vaccin, est la condition de notre liberté et d’une vie normale, alors oui, allons au bout des choses et rendons obligatoire la vaccination pour tous (à condition bien sûr d’avoir assez de vaccins… ce qui n’est pas le cas)!

 

Michel Taube

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale

Directeur de la publication

Pass (ou dictature) sanitaire ? Michel Taube sur LCI

  Contestation du pass sanitaire et de la vaccination, agressions sur des élus et des médecins : Bérengère Bonte de LCI recevait le 18 juillet 2021 Cécile Delozier, Isabelle Veyrat-Masson, Judith Weintraub…

Il était temps ! L’édito de Michel Taube

Une demi-heure de discours pour enrober une annonce très attendue : la vaccination anti Covid doit se généraliser, d’abord en l’imposant aux personnes en contact avec la population, à commencer par les soignants…
Michel Taube

Vive la France ou réinventons le 14 juillet

La France, ce sont des devoirs, ce sont des joies, c’est un des pays les plus enviés du monde. Raison de plus pour s’investir dans un effort de réinvention des symboles de la République et de transmission innovante. L'édito de Michel Taube
Michel Taube