Edito
11H25 - mardi 16 mars 2021

Nous boirons le calice (de Covid) jusqu’à la lie. L’édito de Michel Taube

 

Vaccins retirés du circuit ou conservés jalousement par les pays de production, hôpitaux saturés, variant « breton » (eh oui, le coronavirus français n’est pas plus bête que les autres !), confinement à l’horizon.

L’horizon, oui, c’est lui qu’Emmanuel Macron nous demande de scruter. Mais il est toujours très sombre…

Mais pourquoi les dirigeants européens n’ont-ils pas attendu l’avis de l’Autorité Européenne du Médicament pour décider après d’une éventuelle suspension du vaccin AstraZeneca ? Parce que l’Europe de la santé n’existe pas. Et le mal est fait : les dirigeants d’une douzaine de pays, France incluse, ont avalisé la rupture de confiance avec un vaccin pourtant décisif.

L’horizon, on ne le scrute pas de la même façon aux États-Unis : le retour à la vie normale est symboliquement espéré d’ici le 4 juillet, jour de la fête nationale. Et on met le paquet pour y arriver : production massive de vaccins, restriction des exportations des précieux flacons… En Grande-Bretagne, le vaccin AstraZeneca, déjà inoculé à des millions de doses, ne fait manifestement pas le même effet sur nos voisins que sur les Européens du continent. En Israël, l’horizon s’éclaircit déjà : tout rouvre, grâce à un passeport sanitaire que trop de Français refusent au nom d’un principe d’égalité dénaturé. Peut-être un peu trop vite, car seule la moitié de la population y a reçu deux injections (3,3 % en France, en Allemagne ou en Italie), avec pour conséquence que le virus circule encore. Mais au moins, on sait pourquoi on souffre, pourquoi on subit ces confinements et restrictions.

Rien n’a changé un an après le premier confinement imposé pour la même raison : la saturation des services de réanimation. 1000 lits pour 12 millions de Franciliens. 5000 lits pour 67 millions de Français. Le gouvernement a tout misé sur la vaccination pour un retour à la vie normale à l’été 2021. On n’a donc rien fait pour développer la prévention, rien pour vivre avec le virus, puisqu’il devait disparaître.

Seulement 1000 lits en Ile de France ? Cela veut donc dire que nous n’avons aucun lit de réanimation de plus, ni un protocole sanitaire pour faire redémarrer les activités mises à l’arrêt, pour réussir les déconfinements, alors que les professionnels de santé (non hospitaliers) et ceux des activités sacrifiées ne cessent de proposer des solutions. Le Président a choisi de mettre l’économie sous perfusion (le fameux « quoi qu’il en coûte »), mais sans s’imaginer que cela durerait bien plus longtemps qu’initialement prévu. Emmanuel Macron voulait anticiper et éviter un reconfinement. Le pari semble perdu, même si les responsabilités en sont partagées… avec AstraZeneca et l’Union européenne, notamment, parce que l’intendance, une fois de plus, n’a pas suivi.

Le reconfinement approche, du moins en Île-de-France, sans que l’on sache si l’État, à l’autorité chancelante, saura l’imposer.

Et après ? Va-t-on une nouvelle fois rater le déconfinement ? Va-t-on à nouveau ignorer pendant trois mois ou plus les protocoles permettant d’ouvrir les théâtres, les cinémas, les salles de sports, les restaurants (les plaques de plexi pour séparer les tables et une ventilation adaptée, c’est cela que l’État aurait dû subventionner) ? … Ou va-t-on se dire que cette fois, c’est bon, doses vaccinales et intendance, pour vacciner rapidement toute la population… avant qu’une mutation du virus rende le vaccin inopérant et oblige de tout reprendre à zéro ? La plupart des scientifiques estiment que ces mutations obligent à accélérer considérablement la vaccination : le virus doit cesser de circuler avant d’avoir le temps de muter. Mais cette stratégie peut-elle être locale ou exige-t-elle une vaccination planétaire ?

À chaque jour suffisant sa peine, espérons que l’on en sache un peu plus sur la véritable dangerosité du vaccin AstraZeneca. Mais il est fort probable que la méfiance à son égard ne disparaîtra pas, quelle que soit la décision des autorités de santé. Moins cher et ne nécessitant pas la même logistique frigorifique que le vaccin Pfizer, il devait être un pilier de la stratégie vaccinale française.

La malchance s’ajoutant à l’inefficacité, on a vraiment l’impression de boire le calice de Covid jusqu’à la lie. Et on nous en tend déjà un second ! À la vôtre !

 

Michel Taube

 

 

 

 

 

 

 

Directeur de la publication

Pass (ou dictature) sanitaire ? Michel Taube sur LCI

  Contestation du pass sanitaire et de la vaccination, agressions sur des élus et des médecins : Bérengère Bonte de LCI recevait le 18 juillet 2021 Cécile Delozier, Isabelle Veyrat-Masson, Judith Weintraub…

Antivax : les nouveaux fachos ?

Il est incroyable que certains puissent croire que le vaccin contre le Covid nous transformera en zombies contrôlés par les gouvernements grâce à la 5G... L’édito de Michel Taube
Michel Taube

Il était temps ! L’édito de Michel Taube

Une demi-heure de discours pour enrober une annonce très attendue : la vaccination anti Covid doit se généraliser, d’abord en l’imposant aux personnes en contact avec la population, à commencer par les soignants…
Michel Taube

Vive la France ou réinventons le 14 juillet

La France, ce sont des devoirs, ce sont des joies, c’est un des pays les plus enviés du monde. Raison de plus pour s’investir dans un effort de réinvention des symboles de la République et de transmission innovante. L'édito de Michel Taube
Michel Taube