Edito
10H02 - jeudi 4 mars 2021

Pourquoi n’y aura-t-il pas de lycée Samuel Paty ? Parce que les lycéens français (et leurs parents ?), surtout musulmans, rejettent de plus en plus la laïcité ! L’édito de Michel Taube

 

Pourquoi n’y aura-t-il pas de lycée Samuel Paty ?

Après l’étude restée célèbre de l’Institut Montaigne en 2016, une enquête réalisée en février 2021 par l’Ifop pour la revue « Le Droit de vivre » et la Licra, révèle un double clivage en matière de laïcité : il est d’abord générationnel. 52 % des lycéens sont favorables au port de signes religieux ostensibles dans les lycées publics, contre 25 % pour la population générale. Ils sont aussi 38 % à souhaiter la liberté de porter le burkini et même 49 % à être opposés à un pilier de la laïcité : la neutralité des agents publics. S’il y a une définition minimale de la laïcité, c’est pourtant bien celle de la neutralité de l’Etat et de ses agents. La moitié des lycéens la rejettent donc. Et leurs parents derrière ?

Le clivage se fait ensuite entre les musulmans et non-musulmans : 76 % des lycéens interrogés qui se disent musulmans selon l’étude Ifop sont favorables au port du burkini, 78 % à l’interdiction du blasphème (« le droit d’outrager une religion »), un chiffre qui reste également important (47 %) chez les catholiques et même les « sans religion ».

Il est également significatif que dans les zones d’éducation prioritaire, où les musulmans sont les plus nombreux (triste échec de l’ascenseur social et des politiques de la ville), une majorité d’élèves, toutes origines confondues, est sur la ligne des lycéens musulmans, en particulier les personnes perçues comme « non-blanches » (selon les sondeurs). Ces chiffres montrent l’influence grandissante de deux courants de pensée qui sapent les principes républicains qu’une loi est pourtant censée consolider : le communautarisme américain et l’islam politique. Tous deux considèrent que critiquer une religion, c’est agresser les croyants. Et tous deux manquent particulièrement d’humour (signe de haute civilisation) en rejetant caricatures et représentations amusées de leurs dogmes.

Au mieux, ces jeunes non-musulmans sont en effet les idiots utiles du communautarisme à l’américaine, conduisant à la dislocation de la République, à l’interdiction du blasphème, à la fin du droit de critiquer toute pensée, fut-elle aussi liberticide que l’obscurantisme religieux. Au mieux, donc, nous deviendrions américains, aussi fades qu’un fromage pasteurisé à déguster avec un coca light. D’ailleurs, l’Amérique investit dans les banlieues. Elle veut imposer son modèle, ses valeurs, son communautarisme, sa « cancel culture ». Elle veut, tout comme les indigénistes, que 1500 ans d’histoire de France soient effacés au profit de l’histoire récente : une ou deux générations d’immigration massive.

La France compte la plus grande communauté musulmane d’Europe. L’islam est déjà la religion majoritaire dans de nombreuses zones urbaines et suburbaines de l’hexagone. Si on se réfère au nombre de pratiquants, elle est même la première religion de France, et de loin. En témoignent la fréquentation des lieux de culte et les différentes enquêtes, comme celle de l’Ifop. En refusant les statistiques ethniques, la France refuse de regarder la réalité en face.

Mais ces jeunes sont aussi les idiots utiles de l’islam politique, qui avance ses pions le plus insidieusement et le plus intelligemment possible : à l’école et à l’université, mais aussi dans les clubs sportifs, les milieux culturels et artistiques, les médias, les entreprises, les administrations, jusqu’à la police et l’armée.

Depuis les premières enquêtes de l’Institut Montaigne, toutes celles qui ont suivi vont dans le même sens : la scission se confirme et les jeunes musulmans ont probablement déjà basculé dans leur majorité. Pour ces Français musulmans qui rejettent la laïcité, on peut dire que leur carte d’identité, c’est peut-être celle de la France mais leur patrie, c’est la Oumma, la communauté des croyants de l’islam. Leur loi, c’est aussi ou ce n’est que la charia, même pour ceux qui ne sont pas intégristes et adeptes du djihad. Les territoires perdus de la République sont précisément ceux où, dans certaines écoles, les élèves sont tous musulmans ou y sont fortement majoritaires (les autres ont fui depuis longtemps, comme à Trappes) et où les plus croyants ou identitarisés comme musulmans dominent les autres.

 

S’ils étaient intégrés à la République, si leur patrie était la France et non la Oumma, s’ils épousaient la modernité de la jeunesse palestinienne, turque, émirienne, voire iranienne (voir l’article de Marginal Ray sur une mosquée palestinienne transformée récemment en boîte de nuit éphémère), relever leur appartenance religieuse pourrait être considéré comme du racisme. Mais ce n’est pas leurs croyances spirituelles ou leurs origines qui sont en cause. C’est leur idéologie moyenâgeuse, haineuse, raciste, antisémite.

Paradoxalement, les plus dangereux ne sont pas les séparatistes pur jus, qui ne vivent qu’entre eux, en vase clos. Dans les écoles, les universités, on voit des filles voilées à la dure (façon Maryam Pougetoux, syndicaliste de l’UNEF) côtoyer des non-musulmans ou non pratiquants. Tout cela serait formidable si ne prospérait ce discours victimaire lancinant. Nous sommes tous, les jeunes en particulier, conviés à dénoncer la prétendue islamophobie. Et ça fonctionne : de plus en plus de jeunes non-musulmans considèrent que s’opposer au port du voile ou caricaturer le prophète de l’islam est raciste. Le discours infuse. La République recule, encore et encore, devant l’islam politique, comme devant la délinquance, les deux faisant d’ailleurs souvent bon ménage. Il suffit d’assister à une audience correctionnelle pour en avoir le cœur net. Il en va de même devant les juridictions pour mineurs, comme le savent fort bien avocats et magistrats (audiences sans public).

Le constat est dramatique. Nous n’en sommes plus aux territoires perdus de la République, mais à la République en perdition. Bien évidemment, Mélenchon, les indigénistes et toute l’extrême gauche jouent les collabos par leur silence et leur aveuglement complices, le mot n’est pas trop fort, de cette idéologie mortifère car ils trouvent en eux, pensent-ils, leurs électeurs de demain.

Mais les autres, ceux qui sont au pouvoir depuis des décennies, que font-ils ? Une loi pour renforcer les principes républicains ? Une plaisanterie, vue l’immensité de la tâche. Nous le répèterons à l’envi : dans les années 60 et 70, rares étaient les femmes voilées dans de nombreux pays du monde musulman, sur tous les continents, avant que la confrérie des Frères musulmans et les salafistes gangrènent les esprits. N’en déplaise à Éric Zemmour, la sécularisation avançait, sans clergé, sans exégèse religieuse, sans révolution.

La Turquie d’avant Erdogan avait interdit le voile à l’université, avec l’approbation de Cour européenne des droits de l’Homme. Qu’attend-on pour le faire ? La France capitule peu à peu mais elle fait semblant du contraire. Notre partenaire formation, l’Institut de Droit Pratique, tente en vain de convaincre les rectorats des académies de l’Éducation nationale de l’importance de former en urgence tous les personnels à la laïcité, au fait religieux et aussi au signalement, lorsque cela s’impose, ne serait-ce qu’au nom de la protection de l’enfance. « Pas de vague » ou « on traite ça en interne » sont les seules réponses qui lui sont faites, au mépris des efforts et de la volonté que nous croyons sincère de Jean-Michel Blanquer, leur ministre de tutelle.

Mais que veut Emmanuel Macron ? Pas de vagues ? Peut-être a-t-il conscience que « l’immense majorité de nos compatriotes musulmans », ne sont pas si laïcs que ce que martèle l’honorable président du CFCM, institution déjà bien coupée des réalités du terrain. Pense-t-il déjà au second tour de la présidentielle de 2022, et aux millions de voix musulmanes, celles qui se seront portées sur Jean-Luc Mélenchon au premier tour ?

Le chef de l’Etat a-t-il aussi conscience que cette capitulation revient à abandonner ceux des musulmans de France qui ne veulent pas vivre selon la charia, qui se sentent pleinement français, républicains, et même laïcs. La laïcité est parfaitement compatible avec la liberté du culte. L’islam est parfaitement compatible avec la République s’il se sécularise et se cantonne à la sphère privée. Mais certainement pas avec l’islam politique, l’islamisme, le fondamentalisme, l’obscurantisme.

Le sursaut ne peut plus reposer sur des demi-mesures,, même multiples comme dans la loi Darmanin, des lois cosmétiques. Il est peut-être encore possible d’agir dans notre cadre juridique actuel, si la volonté politique ne fait pas défaut. Les Français seront majoritairement derrière le pouvoir qui aura ce courage. Sinon, le choix sera entre la soumission irréversible et une forme de guerre civile, sans doute après (ou avec) un épisode d’extrême droite au pouvoir. Si guerre il devait y avoir, autant qu’elle soit celle des Lumières contre l’obscurantisme, et non une guerre de religion. Mais il serait préférable que les pouvoirs publics, à commencer par Emmanuel Macron, mettent tout en œuvre pour nous éviter ces deux issues.

L’écrivaine islamogauchiste Virginie Despentes avait déclaré aux Inrocks, que les djihadistes qui avaient massacré la rédaction de Charlie Hebdo, le 17 janvier 2015, « … avaient décidé, à leur façon, la seule qui leur soit accessible, de mourir debout plutôt que vivre à genoux ». Les Français ne veulent ni mourir debout ni vivre à genoux. Ils comptent sur leurs enseignants, leurs animateurs, leurs familles, leur police, leur justice (à réformer en profondeur), leurs forces armées si nécessaire pour défendre leurs libertés, nos libertés, notre mode de vie, notre civilisation.

Peuvent-ils compter sur vous, Monsieur le président de la République ? Nul doute en tout cas que la laïcité devra être un des enjeux clés de la prochaine élection présidentielle.

 

Michel Taube

Directeur de la publication

Pass (ou dictature) sanitaire ? Michel Taube sur LCI

  Contestation du pass sanitaire et de la vaccination, agressions sur des élus et des médecins : Bérengère Bonte de LCI recevait le 18 juillet 2021 Cécile Delozier, Isabelle Veyrat-Masson, Judith Weintraub…

Antivax : les nouveaux fachos ?

Il est incroyable que certains puissent croire que le vaccin contre le Covid nous transformera en zombies contrôlés par les gouvernements grâce à la 5G... L’édito de Michel Taube
Michel Taube

Il était temps ! L’édito de Michel Taube

Une demi-heure de discours pour enrober une annonce très attendue : la vaccination anti Covid doit se généraliser, d’abord en l’imposant aux personnes en contact avec la population, à commencer par les soignants…
Michel Taube

Vive la France ou réinventons le 14 juillet

La France, ce sont des devoirs, ce sont des joies, c’est un des pays les plus enviés du monde. Raison de plus pour s’investir dans un effort de réinvention des symboles de la République et de transmission innovante. L'édito de Michel Taube
Michel Taube