Edito
11H35 - vendredi 27 novembre 2020

Confinement : ce qui se passera demain. L’édito de Michel Taube

 

Samedi et les jours suivants, les Français se rueront vers les commerces, lesquels ne respecteront pas l’inapplicable jauge de huit mètres carrés par client. Il était pourtant possible de convenir avec les commerçants de faire respecter la distanciation physique habituelle entre les clients, le nettoyage des mains à l’entrée de l’établissement et le port du masque couvrant la bouche et le nez, à condition toutefois de pouvoir sanctionner les infractions, dès lors que les clients ne boudent pas eux-mêmes les lieux potentiellement dangereux.

Une règle dépourvue de sanction est pire que l’absence de règle. Les restaurants qui s’efforçaient de respecter le protocole sanitaire payent non seulement l’incivilité de leurs confrères, hélas nombreux, mais aussi l’incapacité de l’État à faire respecter les règles qu’il édicte. Samedi, aucun inspecteur du travail, aucun gendarme ou policier ne viendra mesurer si la jauge des huit mètres carrés est respectée. Le seul contrôle que l’on peut attendre porte sur l’infantilisante attestation néo-stalinienne que la plupart des Français n’oublieront pas de remplir… en prenant soin de cocher la case qui les arrange (et ils auront bien raison !). Comble de l’absurdie : en ville, bien qu’elle n’aura plus aucun sens dès lors que tous les commerces seront ouverts dès demain, ce bout de papier, cette honteuse singularité administrative française, demeurera obligatoire.

Critiquer le confinement et les modalités de son allègement ne signifie pas prôner la levée de toute restriction, et encore moins considérer que le confinement est une mesure « dont l’efficacité n’aurait pas été prouvée », comme ont osé l’affirmer certains scientifiques. Une telle assertion est aussi absurde que prétendre que le masque est inutile ou dangereux. Mais quoi qu’en disent le président et son gouvernement, le triple ratio entre, d’une part, les privations de liberté et de commercer, d’autre part, l’efficacité sanitaire (le nombre de décès, nombre de personnes hospitalisées, … ) et enfin l’aggravation de la dette publique, est l’un des plus mauvais de l’OCDE.

Malgré le calendrier (hypothétique) dévoilé par Emmanuel Macron, le sentiment que l’on navigue au jour le jour, dans le brouillard, n’a jamais été aussi fort. Certes, l’épidémie recule, mais combien d’autres pathologies ne sont pas ou mal soignées ? Combien de dépressions, de suicides, d’entrepreneurs désespérés, de chômeurs, de nouveaux pauvres ? Combien de morts pour sauver combien de vie ? Cette équation est un tabou pour le gouvernement et son conseil scientifique. « Quoi qu’il en coûte », nous disait Emmanuel Macron. Mais l’État, c’est nous. C’est nous qui paierons, ce qui n’est pas dit.

On sent montrer une grogne et une exaspération, au-delà des professionnels directement frappés. Craignant de nouveaux mouvements sociaux, le robinet à milliards s’ouvre encore plus généreusement, pour les entreprises comme pour les particuliers, notamment les plus défavorisés : le gouvernement annonce qu’une garantie de ressources de 900 € par mois sera versée jusqu’en février 2021 à 400 000 travailleurs précaires. À après ? Demain, il nous promettra peut-être la prise en charge intégrale de toutes les conséquences économiques du Covid ! Le mensonge par omission est de taire le vrai bilan économique et sanitaire de la politique mise en œuvre, et les conséquences inéluctables de l’abyssal déficit budgétaire.

Depuis le début de la crise, le président de la République martèle qu’il nous faut réussir à dépister pour isoler les personnes contaminées, ce qui suppose une coordination dont on doute qu’elle soit à la portée de notre administration obèse. Les personnes positives assignées à résidence, à domicile ou à l’hôtel devront être prises en charge, en particulier si elles sont isolées et dépendantes. Cela devrait s’organiser, se préparer. C’est toute la logique de la prévention, en coopération avec tous les acteurs de santé, comme les infirmiers, les pharmaciens, les médecins de villes, qu’il faut mettre en place, pour ne pas réitérer le grotesque épisode du record mondial du nombre de tests et en même temps celui de leur inutilité, eu égard au délai d’obtention du résultat. Cette fois, on peut craindre que ceux qui auront été testés positifs soient laissés dans la nature, sans réponse organisationnelle.

Si Emmanuel Macron se veut le maître des horloges, Jean Castex se disait celui de l’intendance. Sans en avoir le nom, c’est bien un lent, trop lent, déconfinement par paliers qui s’amorcera demain samedi.

Le premier déconfinement fut brutal et échoua. Déconfinator est maintenant Premier ministre. Un second échec serait dramatique.

Samedi, nous espérons que les commerçants sauront appliquer eux-mêmes le protocole sanitaire qui leur permettra faire leur métier sans compromettre leur santé et celle de leurs clients. Commerçants, à vous de jouer. À vous de montrer la juste voie !

 

Michel Taube

 

 

Notre indépendance, c’est vous !

Parrainez Opinion Internationale

Directeur de la publication

Pass (ou dictature) sanitaire ? Michel Taube sur LCI

  Contestation du pass sanitaire et de la vaccination, agressions sur des élus et des médecins : Bérengère Bonte de LCI recevait le 18 juillet 2021 Cécile Delozier, Isabelle Veyrat-Masson, Judith Weintraub…

Antivax : les nouveaux fachos ?

Il est incroyable que certains puissent croire que le vaccin contre le Covid nous transformera en zombies contrôlés par les gouvernements grâce à la 5G... L’édito de Michel Taube
Michel Taube

Il était temps ! L’édito de Michel Taube

Une demi-heure de discours pour enrober une annonce très attendue : la vaccination anti Covid doit se généraliser, d’abord en l’imposant aux personnes en contact avec la population, à commencer par les soignants…
Michel Taube