Edito
12H06 - dimanche 29 mars 2020

C’est grave, Docteur ? La folie PQ nière ou petite psychanalyse mondiale de la crise du coronavirus. L’édito de Michel Taube

 

Si chaque gouvernement a sa manière bien à lui de gérer la crise du Covid-19, les peuples sont à l’unisson sur au moins un point : la ruée effrénée vers le papier de toilette ! Chine, Canada, Pérou, France… Au fur et à mesure que la pandémie se répand sur la planète, on assiste aux mêmes scènes dans tous les pays.

À vrai dire, certains y échappent, comme les Japonais (il est vrai qu’ils sont en extrême-orient), qui ont d’autres manières d’assurer leur hygiène intime. Les veinards sont équipés de W.C. ultra modernes avec mécanisme de lavage et de séchage intégré. Tant qu’il ne tombe pas en panne et qu’on trouve des pièces détachées, les parties intimes de nos amis nippons n’ont donc pas de quoi s’inquiéter. La plupart des autres Terriens n’ont pas cette chance, et on a beau leur expliquer qu’il n’y a aucun risque de rupture de stock de papier hygiénique tant que le Covid-19 n’aura pas liquidé au moins la moitié de l’humanité, rien ne calmera leur frénésie post, post… Disons postérieur(e).

Personne (sauf donc les Japonais) ne nie que le papier toilette (le papier cul ou PQ pour les intimes) ait une certaine utilité, mais on reste perplexe devant l’hystérie collective vécue dans les super et hyper marchés, aux quatre coins de la coronaplanète. Non, il ne s’agissait pas du premier jour des soldes aux Galeries Lafayette ou d’une promotion exceptionnelle sur des pots de Nutella !

En toute logique, l’explication… logique à ce qui ne l’est pas, à l’irrationnel, ne devrait pouvoir être apportée que par la psychologie, voire la psychiatrie. Nous y reviendrons… Sommes-nous de grands malades (nous ne parlons ici ni du coronavirus ni d’une furieuse pandémie de gastroentérite) ? Sauf peut-être quelques cas extrêmes de PQfolie, écartons l’option pathologique (on en a déjà assez comme ça) et écoutons les psychologues. Qu’entend-on ? Pour les uns, ces comportements s’expliquent par la nature moutonnière de l’homme (pardon, Madame Schiappa : de la femme et de l’homme). Nous copions, imitons, suivons. Ça, on n’avait pas besoin d’un psychologue pour le savoir.

Pour les autres, l’important volume pris par le papier toilette nous donnerait une impression de remplissage (ou de plénitude ?!). Dans son placard ou ailleurs, une cinquantaine de rouleaux, ça se voit, et ça rassure. Face à un grand problème, comme une pandémie, il faut de GRANDS moyens pour se protéger. Il faut bâtir des murs (de PQ), comme autant de forteresses face à l’invisible ennemi.

En réalité, la folie PQnière est plus visible que singulière : le PQ entre dans le panier de la ménagère (quel sexisme, diraient encore les féministes ! Reprenons donc : de la ménagère et du ménager) pris(e) de panique face aux incertitudes de la pandémie galopante, au même titre que de nombreux autres produits de première nécessité, à date de péremption éloignée. Sauf qu’une ruée sur les boîtes de conserve est nettement moins visible que sur les rouleaux de douceur fessière blanche ou rose (ou avec des fleurs), en double ou triple épaisseur.

Force est néanmoins de constater que la ruée sur le PQ, comme celle sur les conserves ou les pâtes aura été de courte durée, car le consommateur s’est rapidement aperçu que les rayons sont régulièrement réapprovisionnés. Heureusement qu’on ne s’essuie pas le derrière avec des masques de protection !

 

Derrière le PQ, la thésaurisation en attendant des jours meilleurs…

Il reste que, si l’on relit les grands classiques, on redécouvre quelques pépites qui méritent le détour. Freud est-il un charlatan, comme le pense un Michel Onfray ? A chacun de juger ! Dans la psychanalyse freudienne, tous les gestes liés aux selles et à la matière fécale (le PQ en est une extension) expriment notre relation à l’argent. Pour Freud, grosso modo, le caca (excusez-nous le mot), c’est l’argent. La ruée sur le PQ serait donc le diagnostic symptomatique d’une crise financière !

Les rituels funéraires anciens de défection sur les tombes des plus riches défunts mais aussi les formules langagières contradictoires « l’argent n’a pas d’odeur » ou « l’argent est sale » inspirent l’idée clé de Freud : le rôle fondateur du sevrage anal de l’enfant dans sa relation future à l’argent. C’est l’apprentissage de la propreté (précoce, tardif, bien ou mal vécu ?) qui déterminera notre relation à l’argent ! Un sevrage bien vécu ou trop précoce rendra économe voire thésaurisateur. Mal vécu ou tardif, il rendra dépensier.

La ruée sur le PQ aurait donc l’apparence d’une folie dépensière mais ce serait exactement le contraire : elle annoncerait un accès de volonté vitale d’épargner en attendant des jours meilleurs ! La crise économique sera donc terrible car la consommation aura du mal à repartir.

Bref, la folie PQnière des Terriens nous inspire cette idée d’une petite psychanalyse de la crise du coronavirus : les Terriens se ruent sur le PQ parce que le monde vit une crise anale soudaine, réaction psychologique à la prise de conscience subite qu’il se passe quelque chose de grave et d’universel.

Une personne touchée par le coronavirus perd souvent son odorat, mais l’odeur nauséabonde que répand cette pandémie risque de mettre à rude épreuve notre pathos collectif.

Allez, quelques bonne Corona – Blagues permettront de mieux digérer cet édito….

 

Michel Taube

 

Directeur de la publication

Nicolas Bedos assassin ? L’édito de Michel Taube

Trop de « fils de… » accèderaient-ils à la célébrité par ce qu’ils sont fils de… ? Jean-Marie Bigard, futur candidat à l’élection présidentielle, parlerait de « fils de p… ». Si…
Michel Taube