Edito
13H04 - jeudi 30 janvier 2020

Les retraites, encore… L’édito de Michel Taube

 

L’actualité est par essence une denrée périssable. Plus que jamais, un fait peut être traité en boucle par les médias, et être immédiatement chassé par une autre, qu’il relève du people, ou de la géopolitique. Les syndicats, notamment la CGT, l’ont parfaitement compris, comme avant eux les gilets jaunes. Ils n’ont eu de cesse d’occuper le terrain pour nourrir la contestation de la réforme des retraites, non sans succès : non seulement la réforme, qui sera peut-être adoptée, sera éloignée du projet initial, mais une large majorité de Français souhaite le retrait du projet. Si la grève s’est presque entièrement arrêtée, les braises de la contestation sont encore brûlantes, à l’heure où s’ouvre la conférence de financement.

Personne ne s’étonnerait de voir les syndicats radicaux, CGT en tête, claquer la porte de la conférence quelques heures après son ouverture, comme s’ils s’accrochaient à leur objectif d’un retrait total du projet. On remarquera que Jean-Luc Mélenchon, expert en récupération, s’accroche lui aux syndicats et grévistes, courant après tout ce qui bouge, en jaune ou en rouge.

Si le coronavirus occupe plus les esprits que les retraites, rien n’est en réalité terminé, rien n’est figé : Laurent Berger, rétabli dans son rôle d’interlocuteur privilégié du gouvernement, exige une réforme qui améliore le sort de futurs retraités, mais en feignant d’oublier que la première cause de la réforme, en France comme dans toute l’Europe, est la nécessité d’équilibrer le système pour qu’il ne s’effondre pas.

Il faut dire que la gauche n’a jamais été brillante en calcul. Hier, Martine Aubry et Dominique Strauss Khan pensaient que réduire le temps de travail allait automatiquement réduire le chômage. Et pour trouver les douze milliards nécessaires au financement des retraites, les syndicats excluent d’emblée deux des trois variables d’ajustement : l’âge de départ à la retraite, et le niveau des pensions. Le gouvernement exclut la troisième : le taux de cotisation. Pas question non plus de sacrifier les aides aux entreprises, même si on peut entendre certaines propositions, comme celle de FO, de distinguer les PME et TPE des multinationales. Mais il faut là aussi se garder d’un raisonnement trop simpliste. L’attractivité de la France pour les grandes entreprises doit également être prise en considération.

À droite, on est aussi contre la réforme, parce qu’elle ne va pas assez loin, parce que le gouvernement a trop reculé, parce que le texte est confus. Mais aussi et surtout parce qu’il faut être contre quand on est dans l’opposition. D’ailleurs, droite comme gauche, on est toujours contre. Emmanuel Macron appliquerait à la lettre le programme des Républicains (on n’en est d’ailleurs pas si loin) qu’ils seraient encore tous contre. Et s’il appliquait celui des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon serait aussi contre. Résultat : la crédibilité de l’opposition, quelle qu’elle soit, en souffre.

Une question demeure : pourquoi les autres pays européens n’ont pas connu autant de difficultés pour réformer leurs retraites ? Le gouvernement a-t-il fait preuve d’amateurisme, comme cela lui est souvent reproché ? Les syndicats dogmatiques ont-ils confirmé qu’ils font de la politique antigouvernementale plus que de défendre les salariés (Philippe Martinez est un homme politique plus qu’un dirigeant syndical) ? Les Français, jamais contents et parfois un peu schizophrènes, tendent aussi à être systématiquement contre, surtout contre ce qui  vient de Macron, notre Kennedy français que le monde entier nous enviait, il n’y a encore pas si longtemps ?

On reproche notamment au gouvernement de transformer les régimes spéciaux en régimes spécifiques, loin du régime unique annoncé. Le bon sens voudrait qu’il ait une base commune à tous les salariés, indépendamment de leur statut, et une prise en compte évolutive de la pénibilité, basée sur l’espérance de vie, même si cela revient à transformer 40 régimes spéciaux en 10.000 approches spécifiques, à faire du sur mesure évolutif. Nos systèmes informatiques, de plus en plus puissants et « intelligents », n’en sont-ils pas capables ?

Vive la retraite, n’est-ce pas ? Le devoir de vérité oblige à dire qu’elle conduit trop souvent à l’oisiveté, à la sédentarité, à l’isolement, parfois à la dépression et à l’alcoolisme. Français, que ferez-vous de votre retraite ? Certaines tâches usent. Mais globalement, c’est la retraite et son impact sur la vie des retraités, qui accélèrent la chute. Ayons au passage une pensée pour Jean-Claude Gaudin qui quitte la scène publique et à qui nous souhaitons une retraite active !

Si l’extrême gauche politique et syndicale ment dans son interprétation fallacieuse des chiffres relatifs à l’espérance de vie en bonne santé, les Français, eux, nous, n’ont rien à gagner à se mentir.

 

Michel Taube

Directeur de la publication

Nicolas Bedos assassin ? L’édito de Michel Taube

Trop de « fils de… » accèderaient-ils à la célébrité par ce qu’ils sont fils de… ? Jean-Marie Bigard, futur candidat à l’élection présidentielle, parlerait de « fils de p… ». Si…
Michel Taube