Edito
06H55 - mardi 28 janvier 2020

La ténacité d’Alain Barbier : quand les détestables pratiques des instances olympiques africaines mettent la Mairie de Paris devant ses obligations éthiques… L’édito de Michel Taube

 

Le monde du sport a ses raisons que la raison (et la morale !) ne connaît pas toujours…

Exclusions à répétitions des fédérations russes pour dopage institutionnalisé, procès à Paris (finalement reporté en juin 2020) de Lamine Diack, ancien président de la Fédération mondiale d’athlétisme pour de multiples faits présumés délictueux, règlements de compte sanglants comme le sort fait à notre Michel Platini national, le sport est trop souvent gouverné par des caciques peu scrupuleux et pour tout dire des champions non du sport, mais de la corruption… et des arrangements entre amis…

L’incroyable sentiment de toute puissance et d’impunité des instances olympiques, notamment en Afrique, notamment vis-à-vis des Etats eux-mêmes,  des justices nationales ou internationale et des opinions publiques, peut parfois coûter très cher.

Alors que Paris s’apprête à devenir pendant quatre ans la capitale mondiale du sport, jusqu’aux Jeux olympiques de 2024, et puisque la métropole française se vante de préparer des Jeux exemplaires sur tous les plans, un bon baromètre nous en est offert avec une affaire qui commence sérieusement à hanter les nuits des dirigeants de l’olympisme africain et mondial, et pourrait finir par jeter de l’ombre sur les préparatifs des Jeux de Paris.

La Mairie de Paris et les dirigeants du comité Paris 2024 savent tout de cette affaire rocambolesque qui mérite le détour. Comme nous le verrons, Anne Hidalgo et ses services disposent d’un canal prioritaire pour que l’éthique et la morale dont ils se réclament, et qui devront être portées par les JO de 2024, ne s’arrêtent pas à la proclamation et aux beaux discours. S’en laver les mains reviendrait à cautionner des pratiques diamétralement opposées aux valeurs dont la Maire de Paris se fait le chantre.

 

Retour sur des faits… rocambulesques

Cette histoire, c’est d’abord celle de David contre Goliath. Alain Barbier, un chef d’entreprise français, patron de la société Pixcom, de la trempe de ces patrons de PME qui font battre les poumons de l’économie française, se bat depuis huit ans pour faire plier les dirigeants des comités olympiques africains et le CIO qui ont failli le mettre à terre lors des Jeux olympiques de Londres en 2012.

Officiant dans le domaine de l’événementiel, Pixcom fut chargée par l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA), agissant sous l’égide du Comité international olympique (CIO), de monter le premier Village africain aux Jeux olympiques de Londres, en 2012. Ainsi, fin 2010, Alain Barbier et le président de l’époque, Lassana Palenfo, allèrent à Lausanne présenter le projet à la direction marketing du CIO, représentée par Madame Elisabeth Allaman. Réponse de l’intéressée : « aucun problème pour trouver les partenaires pour financer l’opération, dont Procter et Gamble, qui vient de rejoindre le club des grands partenaires du CIO et qui est très intéressé par le marché africain. »

Si les premières échéances furent honorées, le solde de 1,8 million d’euros hors intérêts, jamais contesté par l’ACNOA, ne fut jamais versé à Pixcom, comme si les obligations des débiteurs s’étaient éteintes avec les lampions de la fête londonienne. En réalité, le Village africain tourna au vinaigre avant la fin des compétitions, du fait d’étranges trous dans la trésorerie. L’affaire prit un tour spectaculaire quatre jours avant la fin des épreuves, à la suite du retrait des prestataires d’une entreprise londonienne partie prenante, qui ne furent plus payés, entraînant la fermeture prématurée du Village africain.

Il ne s’agit pourtant pas d’une banale affaire de recouvrement commercial, car on s’interroge encore sur les causes et les bénéficiaires de l’évaporation des fonds ayant dû servir à la construction et au fonctionnement du fameux village.

Convaincue que la seule loi applicable est la sienne, l’ACNOA assigna Pixcom en justice, l’accusant d’avoir détourné les sommes qui lui auraient été versées, et se targuant de versements cinq fois supérieures à la réalité. Cette incroyable initiative judiciaire se retourna contre elle. Non seulement le tribunal, puis la Cour d’appel de Versailles déboutèrent l’association de sa demande, mais la procédure révéla la véritable nature de l’ACNOA et son aplomb sans limites, offrant à Alain Barbier d’imparables arguments pour passer à la contre-attaque : comment cette instance de l’olympisme africain et ses avocats ont-ils pu être stupides au point de produire en justice des faux grossiers ? En l’espèce, il s’agissait de plusieurs « justificatifs » du même virement, libellés de différentes manières et dans différentes devises. Ce faisant, l’ACNOA n’a fait que consolider la créance de la société Pixcom. Pire encore, produire un faux en écriture devant un tribunal pour emporter sa conviction caractérise le délit d’escroquerie au jugement. Une plainte en ce sens a été déposée, avec pour premier effet la désignation d’un juge d’instruction à Versailles.

Voici l’arroseur copieusement arrosé, d’autant plus que la justice répressive française va s’intéresser de près aux flux financiers au sein de l’ACNOA, et accessoirement au rôle de Lassana Palenfo, qui fut président de l’organisation à l’époque des faits. Le sulfureux personnage, général de son état, fut remplacé en 2017 par Mustapha Berraf, également président du Comité olympique algérien (COA). En octobre dernier, à l’occasion de l’assemblée générale de l’association qui se déroulait à Doha, au Qatar, de nombreux délégués africains souhaitaient le destituer du fait de l’opacité de sa gestion, de sa propension à décider sans concertation et en violation des statuts. Les directions changent, mais les pratiques détestables perdurent.

Le CIO considère que l’affaire ne le concerne pas et que sa branche africaine est indépendante. Il s’agit manifestement d’une contrevérité juridique : l’ACNOA est l’émanation du CIO, sous la tutelle duquel elle agit. C’est même le CIO qui a payé les premières factures de Pixcom, et tous deux ont leurs comptes bancaires en Suisse. En décembre dernier, le CIO rejeta une demande de conciliation amiable d’Alain Barbier, refusant toute idée de règlement en lieu et place de l’ACNOA. Nier l’évidence, encore…

 

Pourquoi Anne Hidalgo a les cartes en main…

Alain Barbier n’est pas procédurier. Il ne voit la saisine de la justice que comme l’ultime démarche, mais ne peut accepter qu’une entreprise soit flouée sans aucun scrupule par une fédération sportive aux pratiques occultes. D’ailleurs, on notera que les plus hautes autorités du football africain, ne se sont pas laissées abuser par le comportement déloyal de l’ACNOA et du CIO, puisque la Confédération Africaine de Football lui a confié la responsabilité des installations de la conférence de presse des Awards en janvier 2019 sur l’ile de Gorée (Sénégal). Ce chef d’entreprise français continue d’officier en Afrique où il est respecté par de nombreux acteurs du sport.

Alain Barbier compte privilégier une issue amiable et multiplie les démarches en ce sens, frappant à toutes les portes. Parmi elles, celle de la Mairie de Paris, afin qu’Anne Hidalgo exerce d’amicales pressions sur l’ACNOA. Elle dispose en effet d’un puissant levier qu’il ne lui appartient que d’actionner : un partenariat lie les Jeux de la Jeunesse en 2022 à Dakar, organisés sous le contrôle de l’ACNOA et de son président Berraf, et les JO de Paris 2024. Ignorer la requête d’Alain Barbier, alors que la mauvaise foi à laquelle il est confronté ne peut plus être contestée, reviendrait à cautionner les agissements tant de l’ACNOA que du CIO.

La Mairie de Paris a répondu que le dossier était à l’étude. Mais il n’y a plus grand-chose à étudier. L’arrêt de la Cour d’appel de Versailles et la désignation d’un juge d’instruction suite à la plainte pour escroquerie au jugement ne laissent aucun doute sur la réalité de la créance et l’attitude inacceptable et totalement contraire à la morale sportive de l’ACNOA et du CIO.

La Mairie de Paris ne peut cautionner les pratiques amorales des instances olympiques africaines et internationales. Pas plus que le comité olympique français dont le président, Denis Massiglia, côtoyait Alain Barbier pendant des années. Les instances françaises du sport ne devraient-elles pas avoir à coeur de protéger un de leurs compatriotes ?

Puisse la détermination d’Alain Barbier contribuer à un assainissement des instances internationales du sport, alors que les Jeux olympiques de Paris se profilent à l’horizon.

Michel Taube

 

 

 

 

 

 

Corruption quand tu nous tiens…

Alain Barbier est à sa manière un lanceur d’alerte sur des pratiques qui occultent les coulisses du sport mondial…

Il ne fait mystère pour personne que de nombreux pays dits émergents ou en développement, non seulement ne sont pas des démocraties, mais sont profondément gangrenés par la corruption. Force est de déplorer que les pays africains figurent toujours en mauvaise place dans les classements de l’agence Transparency.

Parallèlement, le processus de décision (un pays = une voix) au sein des instances sportives internationales, en particulier lorsqu’il s’agit de désigner le pays organisateur d’une coupe du monde de football ou des Jeux olympiques, ne peut qu’encourager la corruption : il est bien plus tentant (et moins onéreux !) de chercher à acheter la voix de la Somalie (dernière au classement de Transparency) ou de la Guinée Conakry que celle de l’Italie ou du Canada.

Le problème ne s’arrête pas au vote au sein du CIO ou de la FIFA. Le risque de corruption et de défaut de fiabilité des interlocuteurs privés comme publics dans le sport doivent être pris en considération pour toute entreprise traitant avec eux ou susceptible de le faire. Cette affaire mérite notre attention, car elle est aussi le combat d’un homme contre la corruption et certains agissements dont on ne saurait accepter qu’ils soient tolérés et encore moins banalisés : « Il n’y a plus d’argent pour vous payer. Tant pis pour vous ! »

L’alerte que lance Alain Barbier doit aussi résonner aux oreilles de ceux qui pensent qu’il n’y a de droit que le leur, dans l’espoir qu’ils comprennent que cette approche ne pourra, à terme, que leur nuire.

 

Directeur de la publication

Nicolas Bedos assassin ? L’édito de Michel Taube

Trop de « fils de… » accèderaient-ils à la célébrité par ce qu’ils sont fils de… ? Jean-Marie Bigard, futur candidat à l’élection présidentielle, parlerait de « fils de p… ». Si…
Michel Taube