Edito
06H55 - samedi 18 janvier 2020

Le « en même temps » façon Jean-Luc Mélenchon. L’édito de Michel Taube

 

Du Parti socialiste à la France Insoumise, du ministre de Lionnel Jospin (aux côtés de Dominique Strauss-Kahn ou Claude Allègre), à l’admirateur du pseudo révolutionnaire Gilet jaune-rouge-brun Éric Drouet, de la République qu’il prétend incarner pour faire barrage à une perquisition judiciaire à celle qu’il est prêt à faire tomber en appelant à l’insurrection lors du mouvement desdits Gilets jaunes, de la conviction laïque affirmée au clientélisme islamiste… Jean-Luc Mélenchon pourrait, autant qu’Emmanuel Macron, incarner une forme de « En même temps ». En même temps, ou l’un après l’autre ? Homme de contradictions ou girouette à convictions ?

Lors d’une récente interview sur Europe 1, Jean-Luc Mélenchon a surpris : sur le sort de Carlos Ghosn, il regretta que le gouvernement français l’ait abandonné à une justice japonaise qui l’avait condamné d’avance. Au pays des Gilets jaunes, des grèves et de… Jean-Luc Mélenchon, il ne faisait pas bon faire preuve de la moindre compassion avec un grand patron, riche, puissant, peut-être un peu mégalomane. Mélenchon au secours du grand capital. On croit rêver. Et pourtant, le patron de la France Insoumise n’a fait que rappeler que Ghosn avait, lui aussi, droit à un procès équitable.

Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises : sans aller jusqu’à féliciter Donald Trump d’avoir éliminé Qassem Soleimani, il souligna l’ignominie de la République islamique d’Iran, une théocratie qui asservit son peuple et qui veut détruire Israël. Là, on se demande si on a bien entendu : car « en même temps », voilà que Jean-Luc Mélenchon, soutien inconditionnel du mouvement antisioniste (et souvent antisémite) et auteur parfois de thèses complotistes (et de propos très tendancieux relatifs au CRIF et à l’influence des Juifs sur les dernières élections britanniques), vient au secours d’un pays honni et même vomi par ses troupes et la majorité de ses électeurs. Marine Le Pen n’avait pas tout à fait tort de qualifier la France Insoumise de France islamique pour désigner ce mouvement dont le leader a fièrement défilé avec les tenants de l’islam politique lors de la manifestation très controversée du 10 novembre dernier. L’extrême gauche a fait évoluer son clientélisme vers le vote islamiste pour ne pas disparaître. 

L’évolution de la relation Le Pen-Mélenchon est un autre mystère. La porosité entre les deux partis extrémistes, leurs nombreux points communs, à commencer par la détestation des élites, du « système », de l’Europe, de l’argent (celui des autres, du moins) s’est déjà traduite en report des voix entre les deux tours des dernières élections présidentielles et législatives. À en croire les sondages, ce report sera encore bien plus massif en 2022. Il ne fait de mystère pour personne qu’une frange de la classe ouvrière vote à l’extrême droite depuis longtemps. On note aussi que le ton de Jean-Luc Mélenchon s’est adouci à l’égard de Marine Le Pen, qu’ils semblent se comprendre et se respecter. Tous deux soutenaient les Gilets jaunes et les grévistes jusqu’auboutistes. D’ailleurs, rares ne sont pas les adhérents de la CGT qui votent pour le Rassemblement national.

Idée farfelue ? Jean-Luc Mélenchon pourrait-il être le Premier ministre de Marine Le Pen (l’inverse est plus improbable) ? Ce serait en tout cas sa dernière chance d’accéder au (presque) sommet du pouvoir.

Mais on ose espérer que celui qui est peut-être le plus grand tribun de la classe politique française vaut mieux que cela. On le sait républicain et sincèrement laïc? Déformation de franc-maçon ? Lui ne peut ignorer que ces deux qualités ne sont pas partagées par une fraction importante de son électorat et de ses soutiens. Il ne peut davantage ignorer que son programme néo marxiste entraînerait un effondrement spectaculaire de la Bourse le jour de  son accès au pouvoir, ainsi que des fuites de capitaux et de cerveaux qui appauvriraient gravement la France et les Français. Comme Le Pen, la première déclaration du président de la République Mélenchon serait de rassurer les marchés. Peut-on se rassurer : le futur locataire de l’Élysée ferait du « en même temps » comme les autres ! Le Mélenchon et Le Pen, serait-ce une grosse arnaque ? À vrai dire, le plus sage serait de ne jamais le savoir.

 

Michel Taube

Directeur de la publication

Nicolas Bedos assassin ? L’édito de Michel Taube

Trop de « fils de… » accèderaient-ils à la célébrité par ce qu’ils sont fils de… ? Jean-Marie Bigard, futur candidat à l’élection présidentielle, parlerait de « fils de p… ». Si…
Michel Taube