Edito
11H36 - mercredi 24 juillet 2019

Boris Johnson : bouffon de la Reine, Trump européen ou surprise du chef ? L’édito de Michel Taube

 

Populiste plus connu pour ses frasques que pour son sens politique et son art de la gouvernance, l’ancien maire de Londres, grand défenseur du Brexit, prend les commandes d’un navire britannique qui tangue dangereusement au large des côtes européennes.

Navire en perdition disent certains. Navire qui a mis le cap à l’Ouest, vers l’Amérique trumpienne qui lui tend les bras, pensent d’autres. Trump et Johnson ont d’ailleurs quelques points communs qui augurent d’une bonne entente.

Mais le nouveau locataire du 10 Downing street devrait se souvenir que c’est Henry John Temple, Lord Palmerston, qui déclara à la Chambre des Communes, en 1848, que l’Angleterre n’a ni ami ni ennemi permanent, mais que des intérêts, maxime depuis reprise par nombre de dirigeants. Ce n’est pas Trump qui le démentirait !

Photo by Niklas HALLE’N / AFP

 

Trump, en vérité, on aime ! Nous, Européens (surtout nous, Français), sommes des personnes cultivées et distinguées. Même le peuple en gilet jaune rejoint l’intelligentsia élitiste de la rive gauche (de la Seine / scène parisienne) pour se moquer du bouffon de New York (où naquit Boris Jonhnson), une erreur de casting, un psychopathe, un ennemi du climat, de la paix, des pauvres, de l’Europe, de l’intelligence, du bon goût. Sauf que le fantasque bouffon obtient, pour le moment, des résultats économiques à en faire pâlir d’envie nos distingués donneurs de leçons, et avec la Corée du nord a obtenu le gel de la course à la démesure nucléaire. Bref qu’il pourrait bien être réélu à la présidence des États-Unis, en 2020.

Déjà, la tentation de présenter le nouveau locataire du 10 Downing Street comme un Trump anglais, ou européen, doit titiller notre grandeur. Johnson et Trump ont un petit air de famille, même s’ils n’ont pas choisi la même nuance de blond pour la teinte de leur casque capillaire. Johnson était également Américain jusqu’en 2016, une dualité à laquelle il crut bon de mettre un terme avant de se briguer la direction politique d’une grande Albion, à nouveau fière et indépendante (trop perfide aussi ?), sans que cela ne l’empêche d’être le chouchou de Donald.

Puisque comparaison n’est pas raison, ou pourrait aussi imaginer Boris Johnson en Poutine anglais, son prénom évoquant les steppes de Russie, ou en Erdogan de la Tamise, l’arrière-grand-père de Boris, Ali Kemal, ayant été ministre de l’Intérieur ottoman en 1919, avant de finir exécuté trois ans plus tard, un sort que l’on ne souhaite pas à son désormais illustre descendant. 

Nous aimons Trump. Nous adorerons Johnson ! Car abstraction faite des comparaisons par trop simplistes que l’on pourrait qualifier de divagations caniculaires (on s’excuse comme on peut), les deux personnages ont effectivement des points communs. Sur le terrain de la bouffonnerie, des gaffes et frasques « Bojo », comme on le surnomme parfois outre-Manche, Boris a peut-être même une longueur d’avance. Il avait comparé les femmes en Burqa à des boîtes aux lettres, qualifié de « négrillons » au « sourires de pastèques » les habitants des pays du Commonwealth, percuté violemment un enfant dans un match de rugby… Le personnage n’a rien de l’eau tiède dans laquelle infuse le thé de Sa Majesté. Il faudra s’y habituer, cette fois dans des fonctions prestigieuses mais lourdes de responsabilités.

Donald et Boris pourront chanter en cœur : « Make America and England great again » (Alexander Boris de Pfeffel Johnson se dit descendant du roi George II) ! En effet, ils incarnent une forme de nationalisme populiste, mais sans véritablement franchir le Rubicon de l’extrême droite. Tous deux exècrent le multilatéralisme, sauf lorsqu’il sert leurs intérêts, et cultivent l’art du contre-pied. Cette imprévisibilité est sans doute la caractéristique première du Premier ministre de la Reine, comme celle du président américain. Avec eux, tout est toujours possible, même les revirements les plus spectaculaires ou les changements d’alliance.

  

Que va faire Boris ?

Que nous prépare Boris Johnson ? Un hard Brexit ? L’ancien maire de Londres, ville ultra cosmopolite et pro-européenne, annonce que la Grande-Bretagne aura quitté l’Union européenne au plus tard le 31 octobre, avec ou sans accord.

Lui qui avait grossièrement menti sur la contribution britannique au budget de l’EU et fait abstraction des avantages considérables que son pays en tirait, devra cette fois affronter une réalité avec d’autres arguments que des mensonges ou des pitreries. Car il existe une différence de taille entre Boris Johnson et Donald Trump : le premier va diriger une puissance moyenne, plutôt sur le déclin, dont le marché intérieur est restreint, et qui ne peut se permettre de s’enfermer dans le protectionnisme. Le second dirige un pays-continent, première puissance économique et militaire du monde.  

Bojo ne peut longtemps jouer à Donald, sans quoi il se ferait croquer par les méchants loups de la finance, ceux-là mêmes qui firent la grandeur du Londres contemporain, et qui regardent de plus en plus souvent vers l’autre rive de la Manche, pour notre plus grand bonheur. 

Boris Johnson ne peut ignorer que l’Europe ne peut se permettre que le Royaume-Uni sorte grandi du Brexit, car c’est toute la construction européenne qui s’en trouverait fragilisée. L’homme des frasques et des surprises, l’homme imprévisible qui entre au 10 Downing Street est-il capable d’un revirement spectaculaire ? Personne ne l’imagine sérieusement aujourd’hui. Sauf lui, peut-être ! 

 

Michel Taube

Directeur de la publication

Black Yellow Friday ! L’édito de Michel Taube

Il n’y a pas à dire : en business, les Ricains savent faire ! Alors que débutent les achats de Noël (fête initialement religieuse que l’oncle Sam a transformée en foire aux cadeaux apportés…
Michel Taube