Amériques Latines
20H00 - mercredi 2 décembre 2015

Une semaine en Amérique latine (du 23 au 29 novembre 2015)

mercredi 2 décembre 2015 - 20H00

Mexique : de plus en plus de Mexicains quittent les Etats-Unis pour rentrer chez eux

Marche d'immigrants mexicains aux Etats Unis. Crédit: WCommons Marche d’immigrants mexicains aux Etats Unis. Crédit: WCommons[/caption]

Le flux migratoire entre le Mexique et les Etats-Unis tend à s’inverser. Désormais, les Mexicains quittant les Etats-Unis pour revenir chez eux sont plus nombreux que les migrants mexicains souhaitant s’y installer.

Une étude menée par le Pew Research Center révèle ainsi qu’entre 2009 et 2014, environ un million de Mexicains ont quitté les Etats-Unis pour rentrer dans leur pays, tandis que 870 000 d’entre eux ont fait le chemin inverse.

L’émigration mexicaine vers les Etats-Unis a ainsi atteint son taux le plus bas depuis 15 ans.

Selon certains experts, cela pourrait notamment s’expliquer par la difficile reprise économique des Etats-Unis après être entrés en récession, ainsi que par un contrôle accru à la frontière USA/Mexique, qui a pu ralentir le flux migratoire des candidats à l’exil.

 

 

Mexique : lentreprise sud-coréenne Kia simplante dans le pays

2Le constructeur sud-coréen Kia vient d’implanter une usine de production au Mexique, à Pesqueria, dans l’Etat du Nuevo León, au nord-est du pays. La construction de l’usine vient de s’achever et c’est la première de ce type en Amérique latine.

L’investissement total pour ce site est estimé à près de 3 milliards d’euros. L’usine nouvellement édifiée au Mexique est la plus grande des dix usines que possède déjà Kia à travers le monde (en Corée, mais aussi en Chine, en Slovaquie, en Russie, aux Etats-Unis, entre autres).

Ultra-moderne, hautement automatisée et « respectueuse de l’environnement », sa capacité de production sera de 300.000 véhicules par an, soit 10% de la production mondiale totale du constructeur. La production sera partagée comme suit :

60% des véhicules qui y seront assemblés seront destinés à l’Amérique du Nord, 20% seront dédiés au marché mexicain et les 20% restants prendront la direction des pays voisins.

 

 

Argentine : Mauricio Macri souhaite que le Venezuela soit suspendu du Mercosur

Mauricio Macri en 2010. Crédits : Inés Tanoira/Flickr Mauricio Macri en 2010. Crédits : Inés Tanoira/Flickr[/caption]

Mauricio Macri, élu nouveau président de l’Argentine le 22 novembre dernier à l’issue du second tour, a annoncé peu après son élection qu’il allait invoquer la clause démocratique pour exiger que le Venezuela, gouverné par Nicolas Maduro, soit suspendu du Mercosur. Ce marché commun du Sud regroupe l’Argentine, le Brésil, le Paraguay, l’Uruguay et, depuis le 31 juillet 2012, le Venezuela.

Si la suspension du Venezuela avait lieu, ce pays ne serait pas le premier à être suspendu de l’organisation d’intégration commerciale des pays du cône sud-américain. En 2012,

En 2014, le commerce entre les deux pays a augmenté de 9,4% tandis qu’ en 2013 l’échange commercial dépassait les 500 millions de dollars.

Le Pérou devient ainsi le second partenaire stratégique de la Russie en Amérique latine, après la Bolivie, qui a signé récemment des accords de coopération bilatérale dans divers domaines comme l’énergie électrique et le soutien pour établir un centre nucléaire dans le pays.