Edito / Editorial
Europe /
10H15 - vendredi 6 juin 2014

D–Day : le Merci à toute une génération

vendredi 6 juin 2014 - 10H15

Ils débarquèrent pour sauver l’Europe du joug nazi. Ils débarquèrent pour stopper la tragédie qui ensanglanta le monde pendant près de six ans. Courage des soldats, audace de l’opération militaire, gigantisme des moyens, le Jour le plus long fut le premier jour d’un nouveau monde… 

omaha_beach_naufrages_rescapes_GrandeUne

Nous sommes les enfants de ce nouveau monde. Les centaines de milliers de femmes et d’hommes qui débarquèrent en Normandie il y a soixante-dix ans annoncèrent la libération et la liberté. Notre liberté. Nous devons leur dire MERCI.

Rappelons-nous : à deux moments de notre histoire, ils furent des millions d’Américains, d’Africains, d’Asiatiques et d’Océaniens à débarquer en Europe pour sauver le monde. Si l’on remonte à la première guerre mondiale, dont on marque le centenaire, 80 pays envoyèrent des soldats et des ouvriers mourir pour l’Europe ! La mondialisation naquit dans le sang des autres versé pour notre liberté. 

Soixante dix ans après, les Européens vivent en paix et ne mesurent plus le courage physique que la liberté exige parfois. La présence pacifique d’adversaires politiques comme Poutine et les Européens est une petite victoire de l’histoire. La présence de la Chancelière allemande est une grande victoire comme le fut la création du Conseil de l’Europe à peine cinq ans après la fin de la guerre et surtout la naissance de la Communauté européenne douze ans après. 

La commémoration de ce jour sert à nous rappeler que la liberté est toujours une conquête. Nul ne devrait être indifférent à sa propre liberté ni à celle des autres.

La liberté n’est jamais donnée ni définitivement acquise. Le déchirement de l’Ukraine, l’anarchie en Centrafrique, l’écrasement du peuple syrien, le djihad international qui frappe en Afrique et ailleurs : la violence du monde a changé de formes et de visages.

Mais aujourd’hui, les raisons d’espérer l’emportent largement sur la colère, la déception et la déprime et ces raisons ont largement germé dans les conquêtes de nos libérateurs en 1944 : droits des femmes, liberté d’informer, libre circulation des personnes, droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, réduction de l’extrême pauvreté, les conquêtes de la liberté sont immenses…

Et pourtant, on pourrait craindre que l’histoire se répétât : la crise sociale qui frappe le monde, les dérèglements climatiques et environnementaux, la montée des querelles entre religions et nationalismes annoncent-ils de grandes catastrophes ? L’état du monde appelle à une alliance des femmes et des hommes de bonne volonté épris d’humanisme et de respect de l’autre. Il enjoint enfin les grands de ce monde à dépasser leurs orgueils et à régler leurs conflits. C’est aussi cela l’héritage des vainqueurs de la deuxième guerre mondiale…

Directeur de la publication

Le vote utile

Appel au vote utile : un livre pour les indécis, les abstentionnistes et les perplexes… L’édito de Michel Taube
Michel Taube