Edito / Editorial
Europe /
10H28 - jeudi 24 avril 2014

Erdogan présente ses condoléances aux petits-enfants des victimes du génocide arménien. Réel tournant ?

jeudi 24 avril 2014 - 10H28

A la veille du 99ème anniversaire des massacres et des déportations de masse des Arméniens, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a présenté mercredi 23 avril ses condoléances aux descendants des victimes de ce qu’il ne qualifie toujours pas de génocide : « Nous souhaitons que les Arméniens qui ont perdu leur vie dans les circonstances du début du XXème siècle reposent en paix et exprimons nos condoléances à leurs petits-enfants. » Pour la première fois, l’homme politique turc s’exprime sur ce massacre. Sans le nommer, Erdogan fait référence au génocide de 1915, reconnu comme tel notamment par la France, mais pas par la Turquie.

Si, officiellement, la position des autorités turques n’a pas bougé et que le mot de « génocide » reste prohibé et source de fortes tensions diplomatiques, l’attitude des représentants de l’Etat turc évolue. Sous la pression de certains intellectuels notamment, le vocabulaire change. En décembre 2013, un premier pas semble avoir été franchi : le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu parla des déportations d’Arméniens comme d’une « erreur », d’un  « acte inhumain ».

Alors que certains verront dans la déclaration du Premier ministre un acte opportuniste cherchant à s’octroyer une nouvelle sympathie de l’Union européenne et de la communauté internationale, elle constitue pourtant un pas certain. Mine Kirikkanat, journaliste et écrivaine turque établie à Istanbul, le confirme : « pour la première fois, un homme politique turc s’exprime sur le sujet et adresse ses condoléances à l’ensemble de la population de l’empire ottoman, toutes origines ethniques et religieuses confondues ». Les propos de Recep Tayyip froisseront certainement les ultra-nationalistes mais pas l’immense majorité des Turcs qui a toujours reconnu la déportation et admet, depuis des années, que le peuple arménien est stigmatisé.

Ces paroles constituent une réelle opportunité pour faire la paix avec les Arméniens. Erevan et Ankara n’entretiennent pas de relations diplomatiques depuis l’accession de l’Arménie à l’indépendance en 1991, et la frontière commune entre les deux pays est fermée depuis 1993 à l’initiative de la Turquie. Jusqu’à aujourd’hui, la réaction violente de la Turquie à la reconnaissance internationale du génocide arménien de 1915 dans l’Empire ottoman est une des pierres d’achoppement dans l’apaisement et la normalisation des relations entre les deux pays. La déclaration de Monsieur Erdogan est peut-être le premier pas vers une reconnaissance du génocide arménien.

Elle annonce peut-être de nouvelles déclarations qui pourraient venir ponctuer le centenaire du génocide arménien qui sera célébré l’an prochain.

 

HommeDeboutArmeniens« Les Hommes Debout » contre les génocides

Le Collectif VAN (Vigilance Arménienne contre le Négationnisme) franchit le cap de ses dix années d’existence et organise – à l’occasion du 99e anniversaire du génocide arménien de 1915 et du 20e anniversaire du génocide des Tutsi – sa 9e Journée annuelle de sensibilisation aux génocides et à leur négation.

Cet événement aura lieu le dimanche 27 avril 2014, de 10h à 20h, sur le Parvis de Notre Dame de Paris, en partenariat avec 28 associations internationales des droits de l’homme et la participation de l’artiste Bruce Clarke.

 

 

Stéphane Mader
Rédacteur en chef - Chief Editor

Le vote utile

Appel au vote utile : un livre pour les indécis, les abstentionnistes et les perplexes… L’édito de Michel Taube
Michel Taube