Edito / Editorial
Japon /
14H00 - dimanche 10 mars 2013

Fukushima : une question française, européenne et mondiale

dimanche 10 mars 2013 - 14H00

Fukushima nous concerne tous, notamment nous, Français et Européens. Notre destin commun se joue dans les choix nucléaires.

Certes, Fukushima est une tragédie japonaise : comme l’a écrit le prix Nobel japonais de littérature, Kenzaburō Ōe, la catastrophe de Fukushima prend une dimension singulière dans le seul pays qui a connu le drame d’un bombardement atomique à Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945. De Hiroshima à Fukushima : plus que nul autre, les Japonais ont vécu dans leur chair et dans leur âme la puissance à la fois protectrice et destructrice du nucléaire. Drame militaire hier, catastrophe industrielle aujourd’hui, source d’énergie et de protection entre les deux. Pour bon nombre de Japonais, ces deux événements résonnent comme un écho tragique, celui d’un pays affrontant régulièrement des catastrophes d’origine humaine, et devant faire face aux défis d’une reconstruction.

Mais Fukushima est aussi un fait universel, une tragédie européenne et française.

En termes de développement durable (je veux parler de modèle économique et culturel de société), Fukushima va bien plus loin que de poser la question de la gestion énergétique de la planète.

Oui, le nucléaire est aujourd’hui moins coûteux, en facture pour les consommateurs comme en CO2 pour l’environnement, que les énergies fossiles. Mais à quel prix sera l’énergie d’ici vingt ans si un plan massif européen – voire mondial – d’investissement dans les énergies renouvelables est mis en place et mobilise tous les acteurs énergétiques ? « L’accident » de Fukushima oblige à réunir toutes les « énergies » dans le monde pour envisager une telle alternative.

Mais surtout, Fukushima est certainement le symbole le plus tragique de cette 3e révolution industrielle qu’annonce Jeremy Rifkin dans son dernier essai : nous vivons le passage du pouvoir hiérarchique et centralisé qu’incarne le nucléaire à un monde décentralisé et démythifié. « Le monde est à un carrefour », écrit-il. Fukushima nous indique la nouvelle voie à suivre – ou celles qu’il faut désormais quitter !

En terme de sécurité, la catastrophe de Fukushima nous rappelle aussi qu’il a suffi d’un accident grave (mais pas le plus grave sur l’échelle de gravité définie par les instances de contrôle et de régulation de la filière ; ne l’oublions pas, pire est encore possible !) pour ébranler tout un pays. Certes, le modèle français de sécurité des centrales nucléaires est plus sûr, car centralisé, qu’au Japon. Mais des failles existent, tout ne peut être prévu.

En termes d’opinion et de démocratie, la tragédie de Fukushima montre que la volonté d’indépendance énergétique à tout prix et la collusion entre autorités et lobby nucléaire peuvent empêcher les opinions publiques d’exprimer un avis sur le nucléaire. C’est clairement le cas au Japon. L’élection du nouveau premier ministre au Japon, Shinzo Abe, résolument pro-nucléaire, le faible nombre de manifestants dans les rues de Tokyo ce week-end par rapport à l’an passé le démontrent amplement.

En France, le débat est-il vraiment ouvert ? On parlait de référendum pendant la campagne des présidentielles en 2012 ? Cette idée est tombée aux oubliettes alors qu’un référendum sur l’avenir du nucléaire, notamment parce qu’EDF et Areva sont des entreprises publiques et appartiennent largement aux Français, aurait certainement déjuger les pro-nucléaires.

François Hollande a promis de faire baisser de 75% à 50% la part du nucléaire dans la consommation énergétique de la France d’ici 2020. L’Allemagne d’Angela Merkel a décidé de sortir du nucléaire au plus vite. Ces décisions sont fortes mais elles ne sont pas suffisantes face à la nécessité d’un débat européen ou mondial.

Fukushima concerne aussi la France et l’Europe parce que la tragédie a frappé le Japon, un Etat similaire à la France en termes de niveau de vie et de gouvernance public / privé sur la question énergétique. L’accident n’est pas arrivé dans une ex-République soviétique aux centrales vétustes, mais dans un pays qui se targuait d’un très haut niveau de protection de ses centrales et était perçu comme tel. L’accident de Fukushima, ce n’est pas une question de nucléaire japonais, c’est une question de nucléaire dans les pays occidentaux.

Pour toutes ces raisons, Fukushima, c’est aussi une question française. Une question européenne, un enjeu universel.

Et pour ces mêmes raisons, OI – Opinion internationale souhaite appeler, sans préjugés ni conclusions pré-établies, à un grand débat international sur les questions nucléaire et énergétique, d’un point de vue sociétal, économique, politique et du nouveau paradigme à bâtir pour ce nouveau monde.

Michel Taube

Le vote utile

Appel au vote utile : un livre pour les indécis, les abstentionnistes et les perplexes… L’édito de Michel Taube
Michel Taube