Monde
08H58 - jeudi 27 février 2020

James Edmund Lieber, « l’homme invisible le plus connecté »

 

A l’automne dernier l’affaire Jeffrey Epstein a jeté un pot de peinture rouge sur tout son entourage et ne cesse de faire surgir de nouvelles enquêtes toujours plus labyrinthiques.

La mort quelque peu surprenante voir douteuse de ce milliardaire accusé de multiples viols sur mineures et de chantages s’est produite en prison, alors qu’il était en principe sous haute surveillance. L’autopsie n’est pas parvenue à établir avec certitude s’il se serait « suicidé tout seul »… Inutile d’être un inconditionnel de Columbo pour ne pas s’interroger sur les risques que son procès faisait courir à un entourage très sensible.

On le sait, dans le plus proche cercle de Jeffrey Epstein figurait Donald Trump, l’actuel Président des Etats-Unis, le prince Andrew de la famille royale britannique, Bill Clinton. On sait moins que gravitait aussi autour de lui un certain James Edmund Lieber, illustre inconnu sorti de l’ombre cette semaine.

Bien que ce dernier, d’une extrême discrétion, s’efforce de sauvegarder une réputation sans taches en guise de carte de visite, et d’après nos informations corroborées par l’excellent site américain Marketwatch, des enquêtes dévoilent son rôle d’avocat conseiller de « l’élite des 1% », la crème des détenteurs de la majorité des richesses mondiales. James Edmund Lieber aurait notamment permis à Jeffrey Epstein d’obtenir son (immense) appartement à Paris. Ce fait, parmi d’autres, a conduit certaines personnes à s’intéresser de plus près à celui qui est parfois nommé par son entourage « l’homme invisible le plus connecté ».

Ce qui attire particulièrement l’attention est le fait que James Edmund Lieber soit membre officiel d’un certain Conseil des Relations Etrangères (CFR), cercle aussi obscur qu’influent (on y retrouverait les époux Clinton) qui représente ses clients dans le monde entier, dans l’optique de solutionner leurs difficultés les plus sensibles, financières ou légales.

Derrière cette image d’homme d’affaires VIP se cachent des histoires nettement moins glamour que sa contribution à l’enrichissement notable de son ancien client, la maison Vuitton. Depuis, il semblerait que Lieber ait eu des rapports avec un certain Vladim Balyaev, un Russe peu connu en France dont la réputation est associée à des opérations qui pourraient tomber sous le coup de la loi dans plusieurs pays. Ce dernier a longtemps travaillé pour la banque centrale de Russie, avant de créer sa propre banque « Otkrytie ». Il se serait également introduit dans l’entourage restreint du président Russe, Vladimir Poutine. Mais Vladim Balyaev est désormais accusé d’avoir violé les lois étas-uniennes applicables au transfert d’argent à l’international. Ce qui a changé considérablement la donne, et l’a conduit à partir en cavale. Il aurait effectué des transferts de plusieurs milliards de dollars dans différentes directions et ce, dans des conditions légalement plus que douteuses, tant du point de vue russe qu’américain.

C’est à ce stade qu’intervient James Edmund Lieber qui semble occupé à aider le fugitif à obtenir un permis de séjour dans n’importe quel pays qui ne risquerait pas de le renvoyer en Russie. Selon nos sources, il aurait été à plusieurs  reprises l’avocat de Vladim Balyaev dans des affaires passées, en particulier en Russie, afin de permettre sa sortie de prison dans des affaires de blanchiment d’argent de la banque Otkrytie.

Lieber soutiendrait Balyaev, comme il a soutenu Jeffrey Epstein, notamment via le Conseil des Relations Etrangères. Bien que le Conseil ait pris soin de radier Jeffrey Epstein de sa liste de membres quand a commencé le scandale, le dévoilement de ces liaisons dangereuses bousculera-t-il ce landernau hier si paisible ?

Claudie Holzach

Coronafiction. Feuilleton (1)

« La vie est une histoire pleine de bruit et de fureur racontée par un enfant »  Citation apocryphe 8 septembre 2020 Hier au soir maman est morte. Papa l’a tuée. Quelqu’un…

La science-fiction au secours de la gestion des crises

Le site gouvernemental intitulé « Risques, prévention des risques majeurs » décrit les différentes étapes d’une gestion de crise. Cela va de sa survenance, en passant par l’activation de la cellule interministérielle de crise,…

Les Corona – Blagues : les Balkany s’y mettent !

Avec le strict respect du confinement et des gestes barrière, un peu d’humour décuple nos forces pour résister au Corona. Chaque jour, Opinion internationale vous propose une bonne blague pour vous aider…