Monde
06H30 - lundi 13 janvier 2020

MBZ, le prince héritier des Emirats arabes unis, serait-il mêlé au plus grand scandale de corruption en Malaisie ?

 

Selon The Guardian du 8 janvier 2020 et Reuters, l’ancien Premier ministre de Malaisie de 2009 à 2018, M. Najib Razak, a demandé aux Emirats Arabes Unis, et à son homme fort, Mohammed bin Zayed al-Nahyan, le « Machiavel du désert », de « falsifier des preuves » afin de couvrir un énorme scandale qui secoue la Malaisie.

Najib Razak est en effet sous le coup de quarante-deux accusations criminelles en Malaisie, à Singapour et en Suisse, liées au vol présumé de 4,5 milliards de dollars lorsqu’il était au pouvoir, via la société 1MDB, un fonds souverain créé dès son arrivée au pouvoir en 2009 et censé fonctionner sur le même modèle que ceux de Norvège ou des pays du Golfe. Des milliards de dollars auraient été détournés.

Dans une conférence de presse le 7 janvier 2020, Latheefa Koya, chef de la Commission malaisienne anti-corruptrion, MACC, a diffusé des extraits audios de neuf conversations téléphoniques de 2016 qui, selon elle, sont liées à ce scandale. Selon la magistrate, on entend les voix du prince héritier des Émirats arabes unis, de l’épouse de Najib Razak, Madame Rosmah Mansor, et de responsables malaisiens et émiratis. Dans un des enregistrements, Najib Razak aurait demandé au prince héritier d’aider à fabriquer un accord de prêt pour montrer que le beau-fils de Najib, Riza Aziz, avait reçu un financement de l’International Petroleum Investment Company (IPIC), financé par l’État des EAU, et non de l’argent siphonné de 1MDB.

Le chef du MACC parle d’une « conspiration criminelle de haut niveau » pour couvrir des actes répréhensibles.

Najib Razak conteste ces allégations et la légalité de ces pièces audio, enregistrées alors qu’il était chef du gouvernement.

 

Claudie Holzach

Corée, la guerre oubliée du Covid-19

Des échanges de coups de feu ont eu lieu le dimanche 3 mai au niveau de la Zone Démilitarisée (DMZ), frontière qui sépare les deux Corées. Initiés par la Corée du Nord,…